GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Un cardiologue arrêté comme un terroriste Ils viennent me chercher. Au secours

 

Suisse : Un cardiologue arrêté comme un terroriste près de Bâle

Le Dr Thomas Binder – Photo (c) Facebook / Thomas Binder
Le Dr Thomas Binder – Photo (c) Facebook / Thomas Binder
Temps de lecture : 2 minutes

Bâle – Le Dr Thomas Binder, cardiologue à Wettingen en Argovie, qui diffusait depuis un certains temps des opinions pour le moins dérangeantes notamment sur Facebook et Twitter et dénonçait dernièrement « la panique orchestrée » autour de l’épidémie de coronavirus, a été arrêté samedi soir par un commando de la police cantonale et placé dans un établissement psychiatrique – les rues avoisinantes et la gare toute proche avaient été bouclées à cette occasion. 

« Ils viennent me chercher. Au secours ! »

Selon un communiqué de la police cantonale, le médecin aurait proféré des menaces contre des proches et les autorités suisses. Quelques minutes avant son arrestation, il avait encore publié un « appel à l’aide » sur Twitter

: « Il y a un commando d’assaut

de la police cantonale

d’Argovie

devant mon cabinet.

Ils viennent me chercher.

Au secours ! » 

Une avocate de renom arrêtée à Heidelberg

Un cas semblable s’est déroulé le lendemain à quelques 300 km de là à Heidelberg dans le Nord du Bade-Wurtemberg, où une avocate de renom et auteur de plusieurs ouvrages juridiques, Beate Bahner, qui venait de mener une action en référé devant la cour constitutionnelle fédérale de Karlsruhe contre les ordonnances édictées en Allemagne dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus, a également été arrêtée par la police et placée en psychiatrie alors qu’elle leur demandait de l’aide car elle se sentait menacée. Et exactement comme pour le cas de Wettingen, la police allemande parle de « mise en danger de soi-même et d’autrui ».

Dans le cas de Mme Bahner à Heidelberg, on notera que celle-ci est entretemps ressortie de l’établissement psychiatrique en question et à fait depuis des déclarations contradictoires avec ses précédents propos…

Suisse : Le Dr Binder récuse les accusations des autorités

 

Le Dr Thomas Binder – Photo (c) Facebook / Thomas Binder
Le Dr Thomas Binder – Photo (c) Facebook / Thomas Binder
Temps de lecture : 2 minutes

Bâle – Tandis que l’avocate allemande Beate Bahner qui avait déposé un recours devant la cour constitutionnel contre certaines mesures prises par les autorités allemandes dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de coronavirus et avait été internée en psychiatrie dimanche dernier, a entretemps été relâchée puis a fait des déclarations peu claires et contradictoires, le Dr Binder de Wettingen, en Argovie, est toujours enfermé mais combatif.

Le canton d’Argovie – Image (c) Wikimedia / Poulpy (CC BY-SA 3.0)

Arrêté comme un terroriste 

Le Dr Thomas Binder est ce cardiologue de 58 ans qui avait été arrêté samedi dernier par un commando – en l’occurrence l’unité spéciale „Argus“ – selon un scénario digne d’un film ou d’une opération antiterroriste. La police cantonale avait indiqué l’avoir arrêté à cause de « menaces » de sa part vis-à-vis de « proches et des autorités » helvétiques. Le Dr Binder, toujours interné à Königsfelden, récuse formellement ces affirmation via Twitter : « Lors de l’interrogatoire ayant finalement eu lieu aujourd’hui, aucune ‹ menace › émanant de ma part n’a pu être [démontrée] ».

Mercredi dernier, le porte-parole de la police cantonale d’Argovie, Alex Dutler, avait encore pu déclaré que « l’internement provisoire peut être contesté devant le tribunal, [et que] jusqu’à présent, l’accusé ne l’a pas fait. » Entretemps c’est chose faite et le cardiologue annonçait jeudi sur Facebook que « le tribunal administratif devrait décider de la levée des soins provisoires ».

Une arme provenant de son service militaire 

Sur le fond de l’affaire, Alex Dutler a indiqué à la presse que « les autorités ont été informées que l’homme était en possession d’une arme à feu – ainsi que de ses déclarations frappantes sur les médias sociaux, qui pourraient être interprétées comme des menaces… » Pour ce qui est de l’arme, il s’agit, selon le Dr Binder, d’une arme enfermée dans une armoire et provenant de son service militaire – en Suisse, la plupart des citoyens ayant effectué leur service national, détiennent effectivement une arme chez eux.

« chargez votre arme et nous vous aiderons !… »

Par contre, le reproche concernant les « menaces » se rapporterait à des publications du médecin sur des réseaux sociaux, tels que : « Armée, police, pompiers, voyez immédiatement [ce qu’il en est de] vos gouvernements et des institutions et des médias, sinon, chers citoyens, sortez, chargez votre arme et nous vous aiderons !… » qui ne sont peut-être pas à prendre au pied de la lettre, même si on peut évidemment facilement les interpréter dans ce sens.

Enfin, toujours selon le porte-parole de la police cantonale d’Argovie, « la position critique de l’accusé sur les mesures fédérales quant au coronavirus n’a eu aucune influence sur la décision du procureur de la République ». 



28/04/2020

A découvrir aussi