GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Nous nous dirigeons vers une baisse des retraites de l’ordre de 25%

Manifestation à Paris: les retraités réclament une revalorisation de leurs pensions, 18 octobre 2018

«Nous nous dirigeons vers une baisse des retraites de l’ordre de 25%», selon Henri Sterdyniak

© Sputnik .
France
URL courte
Par Fabien Buzzanca
567729
S'abonner

Alors que les partenaires sociaux ont de nouveau rendez-vous à Matignon les 5 et 6 septembre pour parler réforme des retraites, le futur «système universel» inquiète certains observateurs, qui craignent une réforme injuste. L’économiste Henri Sterdyniak a livré son analyse à Sputnik et prévoit une baisse future des pensions.

Déjà 18 mois de discussions. Et ce n’est pas fini. Le futur «système universel» de retraite sera à nouveau le sujet des débats qui auront lieu à Matignon les 5 et 6 septembre prochain. Sera présent Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, pressenti pour faire son entrée au gouvernement. L’accompagneront syndicats, patronat, mais aussi le Premier ministre Édouard Philippe.

Alors qu’Emmanuel Macron tient «à un grand débat» concernant ce chantier, qui doit incarner «le changement de méthode» suite à la crise des Gilets jaunes, il a également remis en question l’âge de départ à la retraite à taux plein à 64 ans, principale mesure du rapport de Jean-Paul Delevoye. Le locataire de l’Élysée dit préférer «un accord sur la durée de cotisation».

 

​Du côté des syndicats, seule la réformiste CFDT est favorable au «système universel» voulu par la majorité. Les autres ne veulent pas d’un système unique par points, à l’exemple d’Yves Veyrier, numéro Un de Force ouvrière. Ce dernier ne voit «aucune raison de défaire» le cadre actuel, «qui garantit une retraite convenable». Pour Philippe Martinez, patron de la CGT, «il y a besoin d’améliorer ce système, mais pas de tout changer». Comme d’autres observateurs, il craint un système par points «injuste».

Sputnik France a demandé à l’économiste Henri Sterdyniak, officiant notamment à l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), son avis sur la question. Pour lui, une telle réforme mènera à une baisse des pensions pour les futurs retraités. Entretien.

Sputnik France: Quel est l’objectif du gouvernement avec cette réforme?

Henri Sterdyniak: «On peut distinguer l’objectif affiché, qui est celui de passer à un nouveau système qui sera universel et plus contributif, de l’objectif réel, qui est celui de garantir que la part des retraites dans le PIB n’augmentera pas dans les années à venir. Le ratio retraités-actifs va obligatoirement évoluer à la hausse. L’objectif est donc de baisser progressivement le niveau des retraites, de l’ordre de 25% d’ici à 2050. L’avantage de passer à un nouveau système est d’accélérer la baisse des retraites.»

 

Sputnik France: Quel crédit accordez-vous à la volonté affichée du Président de la République de mettre en place «un grand débat», censé acter le changement de méthode du gouvernement après la crise des Gilets jaunes?

Henri Sterdyniak: «Pour qu’un grand débat puisse avoir lieu, il faudrait qu’il soit ouvert. C’est-à-dire que l’on accepte l’idée qu’il faudra peut-être augmenter les ressources du système. Donc accepter la hausse des cotisations et ne pas simplement se dire que le problème est de savoir sur qui va peser la baisse des retraites.»

Sputnik France: Plusieurs observateurs craignent un futur système par points, qu’ils jugent «injuste», notamment pour les classes sociales les moins aisées. Qu’en pensez-vous?

Henri Sterdyniak: «Un système très contributif risque de défavoriser les travailleurs manuels. Si le critère principal pour déterminer le niveau de pension est avant tout l’âge, cela pénalise les travailleurs qui ont du mal à se maintenir en emploi au-delà de 60 ans, soit à cause de l’usure physique, soit à cause de la désindustrialisation du pays qui fait disparaître des métiers et augmenter le chômage. Le risque avec le système envisagé est de favoriser des personnes qui peuvent plus facilement se maintenir en emploi et qui ont une longue espérance de vie, comme les cadres, au détriment des travailleurs à bas salaire.»

Sputnik France: La question de la pénibilité occupe une partie des débats…

Henri Sterdyniak: «C’est un problème majeur. Il existe des professions qu’il est difficile de pratiquer au-delà d’un certain âge. Je pense aux aides-soignantes ou aux routiers, par exemple. Il faudrait donc imaginer que pour ces professions, on puisse bénéficier de la retraite plus tôt avec des conditions correspondantes à celles dont ils auraient pu bénéficier en se retirant plus tard de la vie professionnelle. Mais visiblement, on n’en prend pas le chemin. Il faut voir ce que va donner la concertation. Dans l’idéal, il faudrait ouvrir des négociations dans les branches et les entreprises afin de baisser l’âge de l’accès à la retraite à taux plein pour certaines professions.»

 

Sputnik France: D’ici quelques mois, à quoi pourra s’attendre un jeune qui rentrera sur le marché du travail à l’âge de 23 ans?

Henri Sterdyniak: «Si l’on maintient la durée de cotisation requise à 43 ans, il aura sa retraite à 66 ans. Maintenant, la question est de savoir quelle sera dans 40 ans la situation du marché du travail, la pénibilité des différents emplois, etc. La crainte d’un niveau de retraite plus faible qu’aujourd’hui est légitime. Actuellement, la retraite en France est relativement généreuse, les retraités ont à peu près le même niveau de vie que les actifs. Si le projet du gouvernement passe, on peut s’attendre à un niveau de vie inférieur de 25% pour les retraités du futur. C’est préoccupant. En revanche, il faut rappeler que ce sont les jeunes d’aujourd’hui qui seront aux commandes dans 30, 40 ans et ils pourraient très bien décider de maintenir un niveau satisfaisant de retraite. Rien n’est inscrit dans le marbre.»

Sputnik France: Que préconisez-vous pour sauver le système des retraites tout en gardant une certaine justice sociale?

Henri Sterdyniak: «D’abord, il faut accepter l’idée d’augmenter un peu les taux de cotisation. Il faut maintenir des âges de départ relativement faibles pour les métiers pénibles. Cela devra se faire branche par branche. Il est également nécessaire de se donner des objectifs en termes de taux de remplacement. Le danger du système préconisé par le gouvernement est que ce dernier pourra fixer selon sa volonté la valeur du point d’année en année pour équilibrer le système. Cela veut dire que les travailleurs n’auront aucune garantie sur le niveau de leurs retraites, puisqu’il pourra baisser à la discrétion du gouvernement. La bonne réforme consisterait à se fixer des objectifs afin que les travailleurs avec un salaire moyen aient un taux de remplacement de l’ordre de 75%, quitte à augmenter les ressources du système.»

 
 
Guillaume Bonard
Bah oui, la prospérité ne se décrète pas !
 
Pablo Lona
"a prospérité ne se décrète pas !"
Ben oui, elle se décrète lorsqu'il existe une vraie nation gouvernée par des vrais hommes d'état et par des vrais patriotes.
En revanche vos élites adorées ont le droit de décrèter la pauvreté, n'est ce pas ?
Et la prochaine fois ne faites pas la même erreur et écrivez bien votre nom, vous avez fait une Coquille.
J’aimeRépondre81 sem
 
Guillaume Bonard
Pablo Lona Vous êtes enfermés dans le monétarisme, dans la vision monétariste... La monnaie n'est qu'un outil d'échange, bref un pacte social... Hormis que pour que la monnaie ait de la valeur encore faut-il des marchandises produites par le pays, et pour ça il faut des énergies et matières premières.... Or, les importations de pétrole baissent en France depuis 2001, alors mécaniquement l'économie se contracte et il y a de moins en moins de biens et services à s'échanger ou acheter... Ainsi que moins de revenu pour tout le monde.... S'il suffisait de distribuer de la monnaie de manière illimités pour rendre tout le monde milliardaire sans travailler, alors ça ferait longtemps que le gouvernement aurait mis à disposition une application disponible à autrui afin que tout le monde puisse imprimer des billets directements à domicile...
J’aimeRépondre11 sem
 
Pablo Lona
Guillaume Bonard
Oui, peut être, comme de Gaule ? Les trente glorieuses furent de l'enfermement dans le monétarisme ?
Et si on arrêtait avec toutes ces théories fumeuses qui ne font que légitimer la triche ? J'ai une idée pour remplacer tant de postulats savants : le bon sens.
J’aimeRépondre81 sem
 
Hugues Warnod
n'oubliez pas il faut bien payer les migrans avec les retraites de nos cultivateurs et autres
 
Jnl Sofala
Cette réfome fait partie des instructions imposées par Bruxelles (Grandes orientations politiques et économiques - GOPEs)
J’aimeRépondre81 sem
 
Pas Cal
y a vraiment un paquet d'ignare haineux pour toujpurs parlé des migrants
Quand les députés et sénateurs se sont votés une niche en se permettant une retraite a taux plein au bout d'un mandat et demi t'étais ou toi et ta grande gueule sur les migrants ?
L'idiot utile dans toute sa splendeur l'ignare qu'a rien compris trop obnubilé par ses propres phobies pour comprendre que les migrants n'ont absolument rien a voir avec cette problèmatique
pendant que les politiques et les élus trahissent les ouvriers toi tu viens essayer de nous détourner le regard des vrais responsables alors t'es quoi un traitre ou un imbécile ?
J’aimeRépondre81 semModifié
 
Serge Marchello
Pas Cal ces bon la cáf
J’aimeRépondre41 sem
 
Pacquito Serada
On remarquera que ce chiffre est sorti du chapeau, n'est basé sur aucune analyse autrement partagée que par les économistes attérants, dont Sterdyniak, qui n'a jamais travaillé un seul jour de sa vie dans le privé sans des tonnes de subventions et des résultats catastrophiques (100% du PIB de dettes) est le signataire du manifeste. En gros, c'est un fonctionnaire qui n'a jamais eu à créer la moindre richesse qui nous explique comment le système doit fonctionner, avant tout pour lui même et ses copains fonctionnaires, bien que lui et ses amis ont été totalement infoutus de bien gérer notre argent pendant 40 ans, et vont partir en ayant bien profité d'une vie à crédit, et l'addition pour leurs enfants. Après avoir tué le libre arbitre et la chrétienté, ils s'apprêtent maintenant à tuer la France...
 
Luco Spincer
je ne vois pas en quoi un travailleur du privé crée plus de richesse qu'un travailleur du public ! Quelle idiotie ! Un prof qui vous a enseigné la lecture et l'écriture, etc..Un infirmier, un médecin de l'hopital public, un policier, un douanier, un magistrat, un fossoyeur, ont créé moins de richesse qu'un fils à papa millionnaire qui vend de produit de beauté, dans le privé ? Une connerie répétée mille fois ne devient pas une vérité...
J’aimeRépondre111 sem
 
Janet Duncan
Luco Spincer : Vous avez tout à fait raison, il y a dans le secteur privé une grande proportion d'emplois parasites qui ne produisent aucune richesse, dans les banques, la communication, la publicité, et une grande partie du secteur public qui est productif de richesse ou de bien être : enseignement, assistance publique, eaux et forêts, travaux publics, météo-France, justice, musées, bibliothèques, universités et grandes écoles, génie maritime, marine nationale, INRA, etc..
J’aimeRépondre81 sem
 
Camille Quinet
Mais 20000 fois ça sonne tout comme une vérité !

 



12/09/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 181 autres membres