GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

LÉGENDAIRE YUCATAN HALL OF RECORDS TROUVÉ À YAXCHILAN? STRANGE LABYRINTHS ET EDGAR CAYCE -

Accès principal au labyrinthe de Yaxchilan.

Le légendaire Yucatan Hall of Records trouvé à Yaxchilan? Strange Labyrinths et Edgar Cayce - Partie I

IMPRIMER

L’ancienne ville maya de Yaxchilan s’élève sur la rive mexicaine de la puissante rivière Usumacinta, en face de sa ville rivale de Piedras Negras, à environ 35 kilomètres (21 miles) en aval du côté du Guatemala. Même à ce jour, le seul accès à Yaxchilan se fait par bateau, le long de la rivière. Loin des foules de Palenque et d’autres sites mayas, les ruines de Yaxchilan se trouvent aujourd’hui encore dans les mêmes conditions que celles décrites pour la première fois par Maudslay et Maler au début du 20ème siècle, au sommet de « l’âge d’or » de l’exploration.

Yaxchilan est l’un des sites mayas les plus reculés, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala. À ce jour, le seul accès au site se fait par bateau le long de la rivière Usumacinta. Il n’y a pas de routes menant à Yaxchilan. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Yaxchilan est l’un des sites mayas les plus reculés, à la frontière entre le Mexique et le Guatemala. À ce jour, le seul accès au site se fait par bateau le long de la rivière Usumacinta. Il n’y a pas de routes menant à Yaxchilan. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Les mystérieux labyrinthes mayas du Chiapas

Un bâtiment en particulier est unique parmi les anciennes structures de Yaxchilan.

L’entrée principale du labyrinthe de Yaxchilan se trouve à partir d’un bâtiment bas d’un côté de la place principale, connu sous le nom de bâtiment 19. C’est l’une des structures les plus anciennes et les plus finement ornées du site. (Photo : ©Marco M. Vigato)

L’entrée principale du labyrinthe de Yaxchilan se trouve à partir d’un bâtiment bas d’un côté de la place principale, connu sous le nom de bâtiment 19. C’est l’une des structures les plus anciennes et les plus finement ornées du site. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Maler l’a appelé « Le Labyrinthe », et c’est aujourd’hui l’une des premières structures que le visiteur rencontre après avoir débarqué sur le site. Il a un niveau au-dessus du sol et deux niveaux souterrains, composés d’un labyrinthe de couloirs sombres remplis de chauves-souris et de salles voûtées carrées en encors. Les trois niveaux sont reliés par des escaliers internes, et il y a un certain nombre de niches avec des autels et des passages aveugles qui donnent vraiment l’impression d’un labyrinthe. Beaucoup de passages inférieurs ont été délibérément remplis de gravats dans les temps anciens, de sorte que l’étendue réelle du réseau souterrain de tunnels peut ne jamais être connue, jusqu’à ce que d’autres fouilles soient effectuées.

 

Vue des ouvertures du tunnel au niveau inférieur du labyrinthe de Yaxchilan. Cette section des tunnels a été laissée exposée lorsque le toit s’est effondré, peut-être sous le poids des structures ci-dessus. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Vue des ouvertures du tunnel au niveau inférieur du labyrinthe de Yaxchilan. Cette section des tunnels a été laissée exposée lorsque le toit s’est effondré, peut-être sous le poids des structures ci-dessus. (Photo : ©Marco M. Vigato)

L’entrée du labyrinthe est aujourd’hui accordée par quatre portes trapézoïdales à l’étage supérieur, face à la place, et trois arcs en encorbellement au niveau inférieur. Tous les passages intérieurs sont recouverts d’une épaisse cape en stuc blanc, qui cache la maçonnerie sous-jacente. Il est possible qu’au moins une partie du labyrinthe ait été creusée dans un tunnel à flanc de colline plutôt que construite en maçonnerie.

Il n’y a aucune indication quant à la fonction de cette structure énigmatique, son contenu et toutes les traces de peintures murales ou de décoration ayant disparu depuis longtemps. Aucune sépulture n’a été trouvée dans le Labyrinthe non plus, ce qui rend son but encore plus mystérieux.

Seuls deux autres exemples de labyrinthes mayas sont connus, l’un au Chiapas à Toniná et l’autre au Yucatan à Oxkintok. Le Labyrinthe de Toniná forme un véritable « Palais des Enfers», considéré comme un temple pour les esprits des morts. Il est plus grand que le labyrinthe de Yaxchilan, bien qu’il manque de nombreuses subtilités qui rendent le labyrinthe de Yaxchilan unique dans le monde maya.

 

La structure 33, également connue sous le nom de « Palais » de Yaxchilan est un imposant bâtiment érigé à la base de l’Acropole, au sommet d’une élévation naturelle. Devant ce bâtiment, Maler a trouvé une stalactite sculptée qui, selon lui, pourrait provenir d’un grand système de grottes encore inexploré situé quelque part dans les environs de Yaxchilan. (Photo : ©Marco M. Vigato)

La structure 33, également connue sous le nom de « Palais » de Yaxchilan est un imposant bâtiment érigé à la base de l’Acropole, au sommet d’une élévation naturelle. Devant ce bâtiment, Maler a trouvé une stalactite sculptée qui, selon lui, pourrait provenir d’un grand système de grottes encore inexploré situé quelque part dans les environs de Yaxchilan. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Le labyrinthe de Toniná est situé au premier niveau de la gigantesque pyramide artificiel qui forme l’acropole du site (maintenant considérée comme la plus grande du Mexique, surpassant en volume et en hauteur la pyramide du Soleil à Teotihuacan et la grande pyramide de Cholula). Il se compose de 11 passages voûtés, couverts de belles voûtes en corbeau s’élevant à une hauteur de près de quatre mètres (12 pieds), tous communiquant les uns avec les autres et avec un certain nombre de tunnels aveugles et de petites chambres.

L’accès est accordé au moyen de trois grandes portes qui s’ouvrent vers la plaine sur la face extérieure de la pyramide-colline. Contrairement au Labyrinthe de Yaxchilan, celui de Toniná ne contient qu’un seul niveau. Il est très bien possible que cette structure, placée à la base de l’acropole, était destinée à symboliser le monde souterrain dont la grande pyramide-montagne au-dessus représentait la manifestation visible sur le plan terrestre et céleste.

 

Les deux images ci-dessus montrent la « Petite Acropole » de Yaxchilan, qui a peut-être servi une fonction militaire ou défensive et abrite certaines des plus grandes résidences d’élite de la ville antique. (Photos : ©Marco M. Vigato)

Les deux images ci-dessus montrent la « Petite Acropole » de Yaxchilan, qui a peut-être servi une fonction militaire ou défensive et abrite certaines des plus grandes résidences d’élite de la ville antique. (Photos : ©Marco M. Vigato)

Pour des raisons pas encore claires, vers 700 après JC, Toniná est devenu le théâtre d’une révolution religieuse qui a culminé avec le renversement des dieux des Enfers et le remplissage délibéré du Labyrinthe et d’autres structures associées au culte de la Mort.

Le seul autre exemple connu d’un labyrinthe maya se trouve à Oxkintok, et s’appelait dans les temps anciens Tza Tun Tzat (ou Satunsat,signifiant « lieu où l’on se perd »). Semblable au labyrinthe de Yaxchilan, il se compose de trois niveaux distincts reliés par des escaliers internes. Le Labyrinthe est entièrement sombre, à l’exception de quelques petites fenêtres à travers lesquelles un peu de lumière filtre vers l’intérieur. Sa construction peut dater du début de la période classique (300 à 500 après JC), ce qui le rend légèrement plus ancien que le labyrinthe de Toniná. Dans ce cas également, il existe des légendes de niveaux inférieurs qui n’ont pas été explorées et dont la rumeur dit qu’elles cachent une entrée aux Enfers.

 

Visitez le labyrinthe maya de Yaxchilan avec l’écrivain et chercheur indépendant Marco Vigato:

 

 

 

Légendes de la Salle des Annales et du Prophète endormi

Le concept d’un ancien Hall of Records, peut-être « atlante » servant de dépositaire de connaissances occultes, a été popularisé pour la première fois par le célèbre médium et clairvoyant américain Edgar Cayce dans les années 1930. Dans plusieurs de ses lectures, le « Prophète endormi » (comme on l’appelle), a parlé de l’enterrement délibéré des archives de la civilisation atlante à trois endroits de la planète: un sur l’Atlantide (Poséidon), un autre en Égypte et un troisième au Yucatan ou en Amérique centrale.

Bien que l’histoire de l’enterrement des documents soit en quelque sorte confuse, Cayce semble se référer à la destruction du « Temple des archives » mésoaméricain original et au retrait des documents à un autre endroit. Les auteurs John Van Auken et Lora Little ont popularisé l’idée d’un ancien « Hall of Records » dans le Yucatan, fondant leurs recherches sur une interprétation littérale des lectures de Cayce. Le résultat de cette recherche a été un livre publié en 2000 et un documentaire télévisé publié quelques années plus tard, dans lequel les deux auteurs ont revendiqué l’ancien site de Piedras Negras comme l’emplacement le plus probable du Hall of Records de Cayce. Piedras Negras est situé à seulement 35 kilomètres (21 miles) en aval le long de la rivière Usumacinta de Yaxchilan, et est un site beaucoup moins étudié et fouillé.

Trône de pierre récupéré de Piedras Negras, la ville en ruine de la civilisation maya précolombienne située sur la rive nord de la rivière Usumacinta (CC BY-SA 2.5)

Trône de pierre récupéré de Piedras Negras, la ville en ruine de la civilisation maya précolombienne située sur la rive nord de la rivière Usumacinta ( CC BY-SA 2.5 )

Alors que plusieurs caractéristiques du site de Piedras Negras semblent correspondre à la description de Cayce, l’existence de structures souterraines à Piedras Negras est purement hypothétique.

[LIRE LA PARTIE II]

Marco M. Vigato a beaucoup voyagé à travers l’Europe, le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Asie du Sud-Est, l’Amérique du Nord et du Sud et est un chercheur indépendant sur les mystères anciens et les civilisations mégalithiques. Ses expéditions et ses photographies consacrées à l’histoire ancienne, aux voyages d’aventure et à l’archéologie se trouvent à Uncharted Ruins.

--

 

Image du haut: Accès principal au labyrinthe de Yaxchilan. (Photo : ©Marco M. Vigato)

Par Marco M. Vigato



27/08/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi