GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Le pouvoir alchimique du sang menstruel et de l'union sexuelle - règles sang - union sexuelle - energie sexuelle

Le pouvoir alchimique du sang menstruel et de l'union sexuelle

par Barbara Marciniak

Extraits de son ouvrage
Terre, clés pléiadiennes de la Bibliothèque vivante
Ariane éditions, 1998 (épuisé)
sélectionnés par Alain Boudet

Avec l'aimable autorisation des éditions Ariane

Introduction d'A. Boudet: J'ai choisi de mettre à votre disposition quelques extraits de ce livre de Barbara Marciniak qui parlent des menstruations et de l'union sexuelle, car ils nous offrent des perspectives bien différentes de ce que nous entendons habituellement sur ce sujet. Je souhaite que ce texte permette aux femmes et aux hommes de se réconcilier avec les règles, et de ne plus les considérer comme un phénomène gênant. Je souhaite qu'ils s'ouvrent à l'idée que l'union sexuelle n'a pas été prévue par la nature uniquement en vue de la reproduction et de la survie de l'espèce humaine. Le sang menstruel porte la puissance et la connaissance et l'orgasme produit des énergies de rajeunissement et de guérison. Ces fonctions nous ont été occultées et il est temps de les redécouvrir et de les honorer.

Barbara Marciniak

Barbara Marciniak a publié plusieurs livres réputés transmis par canalisation (Messagers de l'aube, Terre, Famille de Lumière, Sagesse des Pléiadiens) qui accompagnent les humains dans leur processus de transformation spirituelle, les encouragent à ouvrir leur esprit et à retrouver leur puissance personnelle.

Aux personnes qui ne sont pas familières avec la notion d'échanges d'énergie entre partenaires lors du rapport sexuel, je conseille de lire d'abord mon article Sexualité essentielle et sexualité sacrée qui est une introduction approfondie aux aspects humains et sacrés de la sexualité.

Dans le texte suivant, le mot Déesse représente l'Énergie féminine sacrée universelle. Elle est nommée par différents noms selon les traditions: Shékinah, Sophia, Mère Divine. Chez les chrétiens, l'Énergie féminine universelle est dissimulée dans le concept tarabiscoté de Saint-Esprit. Elle a eu de nombreuses représentantes porteuses de cette énergie dans diverses cultures, telles que Isis, Inana, Ishtar, Kuan Yin, la femme Bison Blanc (voir article La prophétie de la femme Bison blanc), la Vierge Marie, Marie-Madeleine et bien d'autres.

Exaltation de la Déesse

L'énergie de la Déesse a toujours reconnu les rites de la fertilité. Cette énergie ne ressemblait pas à votre monde occidental; pour elle, la sexualité n'était pas honteuse. La Déesse adorait la sexualité. La sexualité constitue, bien sûr votre héritage naturel. Cependant, comme pour toute chose, il y a eu distorsion.

Les abus de pouvoir des femmes dans l'antiquité

Il fut un temps, dans le domaine de la Déesse, où la vibration mâle dut subir des affronts considérables. Les femmes, sous l'influence de sources extérieures, cessèrent de rendre hommage aux hommes et de s'associer à eux, et le sentiment de l'unité entre l'homme et la femme se perdit. Par la suite, dans le domaine de la Déesse, les hommes furent pratiquement réduits à n'être qu'un service d'étalons. Les femmes s'égarèrent dans la puissance de la Déesse à tel point que les hommes n'étaient pas considérés comme leurs égaux. Ils n'étaient plus que des objets servant à accomplir les rites de fertilité. Plusieurs hommes étaient tués à la suite de rites de fertilité uniques célébrés avec des représentantes de la Déesse locale. On se livrait à la castration et à d'autres sacrifices. Cela est véridique. Les femmes détournèrent l'énergie sexuelle masculine, engendrant la présente réaction.

Votre planète connut divers cycles, accompagnés d'oscillations du pendule. Il y eut un long règne de l'énergie matriarcale sur la Terre. Ensuite, l'énergie patriarcale devint souveraine et élimina tout indice de leadership et de connaissance féminins. La connaissance féminine ne fut transmise qu'à travers les mythes et les légendes, où le principe féminin était identifié comme participant à la vie et sujet percevant de la vie. Il éprouvait sa connexion à la trame de l'existence grâce au processus de la naissance.

Une forme de patriarcat se vit menacée par le pouvoir féminin, il y a de cela plusieurs éons. Alors, les femmes, afin de dissimuler leur puissance, se mirent à douter d'elles-mêmes de façon à ce que les hommes puissent adopter une position et dire: Laissez-nous la chance de diriger le monde et de voir ce qu'il en est. La force féminine fut reléguée à l'amère-plan. Les femmes acceptèrent de croire que leur corps abritait la malédiction et que le fait de saigner était mal. Elles doutèrent même de la force vitale en elles et de leur influence sur celle-ci.

Tout cela est en train de changer, et vous rencontrerez la Déesse apparaissant avec compassion dans la vie de ceux prêts à la ressentir.

La révélation de la connaissance féminine

Le temps est venu d'exprimer, de révéler et de partager avec magie et mystique cette connaissance que détiennent les femmes. Le temps est venu pour les femmes d'en découvrir davantage sur leurs propres mystères: les processus de leurs menstruations, de l'accouchement et de leurs cycles émotionnels. Le temps est venu de partager cela avec les hommes. Plusieurs femmes se demanderait: Qu'ai-je à partager? Je ne le comprends pas moi-même. Alors, le temps est venu pour vous de regarder à l'intérieur et de vous demander: Quelles sont ces sensations en moi? Si je devais expliquer à quelqu'un ce que c'est qu'être femme, qu'est-ce que j'expliquerais? Comment puis-je devenir davantage une déesse dans un corps de femme, davantage une magicienne? La Déesse intérieure est celle qui sait.

Cela ne veut pas dire que la Déesse n'œuvre pas avec les vibrations mâles, car les hommes apprendront aussi à incarner la Déesse. Quand il s'agit de la Déesse, aucune discrimination ni colère n'existent.

À mesure que vous construisez et élaborez de nouvelles communautés, nous proposons que les femmes se réunissent, quel que soit leur âge, et établissent leur intention de comprendre leurs périodes de saignements et de partager avec les hommes leur pouvoir et leur connaissance en tant que clés. Explorez les mystères du sang comme l'un des processus naturels de la vie de la communauté. Votre corps, ainsi que ses cycles, engendrent l'image de la vie. Le pouvoir est l'une des choses primordiales que vous devez comprendre... Une puissance si importante que la vibration mâle en est venue à craindre le processus et la magie de la naissance.

L'idée d'être femme déplait à certaines d'entre vous. Lorsque les saignements surviennent, vous trouvez ce moment et cette expérience désagréable, inconfortable, douloureuse et gênante. Les hommes n'ont en général aucune idée de ce qui se passe alors; c'est un moment embarrassant pour eux également. Dans les jours qui suivent, communiquez avec la Déesse, ouvrez votre c?ur et découvrez où veulent vous mener les saignements et ce qu'ils peuvent vous enseigner puisqu'ils recèlent plusieurs des clés qui permettront de ramener la Déesse sur cette planète. Il est nécessaire de revenir à un partage du pouvoir en redevenant partenaires.

Le sang menstruel et la Mère Terre

Les femmes ont le plus souvent éprouvé de la répugnance pour leur sang menstruel, plutôt que de le considérer comme la source de leur puissance. Le sang comporte le code génétique, et puisque la Déesse Mère constitue la source de toute chose, le code provient d'elle. C'est là que se dissimule l'histoire.

Le sang menstruel peut servir à nourrir la vie végétale, à démarquer la Terre et à laisser savoir à la Terre que la Déesse vit de nouveau. En général, les femmes ne saignent plus dans la Terre. Un tel acte constitue un transfert direct de l'énergie de la Déesse. Lorsque les femmes dispersent leur sang sur la Terre, celle-ci s'en trouve nourrie.

Depuis des éons, on déclare aux femmes que leur sang est une malédiction, et elles sont devenues terrifiées de leur propre sang. Elles ne comprennent pas qu'il est leur source et leur puissance. En vous libérant d'anciens tabous et en travaillant avec le sang menstruel, vous constaterez que l'effet que vous exercez sur les animaux et les plantes de la Bibliothèque vivante se modifiera.

Femmes, si vous avez toujours vos règles, ayez la sagesse de rendre hommage à votre corps et à votre sang. Celui-ci est l'une des sources de fertilisation et de démarcation territoriale les plus efficaces auxquelles vous puissiez faire appel. Comprendre les mystères du sang constitue la clé permettant de vous relier à la source de votre puissance et de votre connaissance intérieure profonde.

Vous pouvez marquer la terre où vous vivez avec votre sang menstruel. Vous pouvez commencer avec les points cardinaux: le nord, le sud, l'est et l'ouest. Au fil du temps, vous pouvez continuer à laisser une marque sur la Terre, comme un peintre ébauchant des traits sur sa toile. Vous pouvez diluer votre sang avec de l'eau pour en augmenter la quantité. Vous pouvez le bénir et employer des cristaux pour maintenir sa vibration. Ce processus est considéré comme la démarcation du territoire de la Déesse. Il attirera des plantes et des animaux doués de vitalité nouvelle et qui se sentent uns avec la Déesse.

Si vous souhaitez que votre jardin soit fertile, le meilleur jardin en ville, utilisez votre sang dilué dans de l'eau. Votre jardin prospérera. Vous constaterez qu'il peut accélérer la croissance des aliments. Il peut accélérer un grand nombre de choses. Ce n'est pas par erreur que les femmes saignent. C'est là l'un des dons les plus grandioses. C'est l'élixir des dieux.

Les pensées contrôlent les fonctions du corps

De croire que le sexe ne sert qu'à la procréation constitue une grande distorsion de votre identité. L'enseignement a été travesti. Personne n'est jamais forcé d'avoir un bébé si elle ou il ne le désire pas. Commencez à penser et à ressentir en terme de l'influence à exercer sur toutes vos fonctions corporelles, y compris la conception. Vous pouvez dire: Je sais que mes pensées et sentiments contrôlent les fonctions de mon corps. Je l'influence, et lorsque je serai prête à avoir un bébé, je transmettrai une énergie à cette fin. Autrement, je ne suis pas disponible. C'est là un concept qui, lorsqu'on le considère s'avère très libérateur.

Le pouvoir du sang menstruel transmis aux hommes

Le sang semble plus mystérieux pour la vibration mâle, car tout le sang de l'homme demeure à l'intérieur. Ce n'est pas quelque chose qu'il peut voir et toucher chaque mois comme peut le faire une femme. La guerre constitue l'une des distorsions résultant du patriarcat et visant à donner aux mâles le pouvoir du sang. Ce sang n'est pourtant pas le même. Il jaillit de la violence, de la destruction de la vie, de la mutilation et de la tuerie, associé à des émotions ou à des sentiments étouffés ou réprimés.

Il n'existe pour l'homme qu'une façon correcte de prendre en lui le pouvoir du sang - c'est qu'une femme lui offre son sang, qu'elle partage avec lui son propre élixir. Ceci peut se faire de plusieurs manières. Que l'homme se nourrisse de fruits et de légumes cultivés avec du sang menstruel constitue une méthode évidente. Un homme peut également être marqué à la nuque ou sur la plante des pieds avec du sang menstruel. Son corps absorbera alors la connaissance qu'il contient.

Les hommes auront besoin du sang des femmes, et les femmes se souviendront de la Déesse en elles et incarneront le principe de la Déesse. Ce principe vous enseignera comment créer un équilibre sur cette planète. Il est de notre intention que chacune des femmes comprenne les mystères de son corps et partage ces mystères avec la vibration mâle qui lui est appropriée, et sans secrets.

L'acte sexuel pendant les menstruations

Les hommes craignent parfois le sang des femmes. Souvent, un homme hésite à s'engager dans l'acte sexuel lorsque la femme saigne. Pour la femme, il peut y avoir une anxiété quant à savoir si l'homme trouve la présence de sang désagréable. Si vous appréciez l'acte sexuel durant les saignements, que vous soyez homme ou femme, félicitations, car vous avez vaincu une empreinte profonde. Vous partagez avec l'autre à un niveau profond impliquant une connexion cellulaire.

L'acte sexuel lors des menstruations, dans le cadre d'une relation sérieuse, constitue une méthode puissante de partager le sang. Il s'agit d'un rituel archaïque, et nous ne conseillons pas d'exploits sexuels au hasard pour partager le sang des menstruations. C'est un geste sacré et puissant.

Pourquoi croyez-vous qu'un tel tabou l'enveloppe? Pourquoi avez-vous été détournés des mystères du sang des éons durant? Peut-être parce que certaines ouvertures vers la connaissance se seraient présentées que les dieux [les puissances occultes planétaires] souhaitaient ne pas vous voir posséder. Le sang contient les archives de l'expérience personnelle, planétaire et céleste. Lorsque vous faites l'expérience du sang lors de l'union sexuelle, vous êtes envahi de vagues de connaissance, bien au-delà de votre aptitude actuelle à comprendre et à intégrer. Plusieurs années peuvent s'écouler avant que cette connaissance profonde, décodée en votre corps, se développe.

Le sperme

L'équivalent masculin du sang menstruel est, bien sûr, le sperme. Le sperme, tout comme les puces d'ordinateur, porte le code de l'intelligence permettant l'évolution de la conscience, Celle-ci se mesure à l'heure actuelle suivant le degré d'aptitude de la vibration mâle à se souvenir de la Déesse et à l'épouser. C'est le sperme qui détermine si un enfant sera mâle ou femelle. L'ovule reste le même; le sperme prend ces décisions. Il constitue l'histoire de la Mère encodée dans la vibration mâle et contient l'interprétation de la façon dont le mâle se souvient de cette histoire.

Pouvez-vous concevoir le fait que le sperme garde un contact télépathique avec son propriétaire? Lorsqu'un homme a des relations sexuelles avec une femme menstruée, son sperme peut agir comme explorateur et lui transmettre télépathiquement le pouvoir et la connaissance de la femme. Un homme peut accéder à l'identité réelle d'une femme pendant ses règles. Femmes, si vous partagez une relation sexuelle avec un homme durant vos menstruations, vous devez accepter de livrer vos secrets les plus intimes à votre partenaire. Vous devez être prêtes à ce que votre partenaire reçoive et partage votre puissance. C'est là un mystère archaïque.

L'Arbre de vie et l'Arbre de la connaissance

Les histoires sumériennes rapportent que les dieux Enlil et Enki se disputèrent au sujet du traitement et de la condition de leurs sujets, les humains. Enki, le souverain, prit le parti des humains et, par l'entremise de la femme, fit don à la race de la connaissance sexuelle. Le souverain Enlil, quant à lui, interdit formellement aux humains la connaissance sexuelle de crainte qu'ils ne deviennent l'égal des dieux. Ces concepts et ces suppositions invisibles et ancrés dans la cellule font référence à la version moderne de l'histoire de la création - Adam et Eve, le serpent et le Jardin d'Eden. La connaissance sexuelle fut le don d'Enki [le serpent], alors qu'Enlil souhaitait manipuler et diviser les humains afin de les empêcher de connaître les actes des dieux.

Chez les femmes, le sang constitue la vibration de la couleur rouge. Chez les hommes, le sperme constitue la vibration de la couleur blancheMêlés ensemble, le sang et le sperme forment un autre élixir. La seule pensée qu'un homme puisse toucher une femme ayant ses règles relevait de la plus grande hérésie, combien pire encore le fait d'avoir une relation sexuelle avec elle, ou de mêler le sperme au sang ou de le gouter. Et pourtant, en des temps très anciens, alors que l'énergie de la Déesse était comprise, et que les femmes étaient vénérées, ce mélange était considéré comme une boisson procurant l'immortalité aux hommes. Les hommes comprenaient que lorsqu'ils buvaient le sang menstruel, ou qu'ils y mêlaient leur sperme, ils s'en trouvaient avivés, fortifiés. C'était l'une des clés de l'immortalité.

La Bible relate l'histoire de l'Arbre de la Vie et de l'Arbre de la Connaissance. L'Arbre de la Connaissance permet que vous soyez informé. La faculté et la pratique sexuelles sont équivalentes à l'Arbre de la Connaissance, de cet arbre on interdit aux humains d'en consommer les fruits. On leur interdit également toute participation avec l'Arbre de la Vie.

Qu'est-ce que l'Arbre de la Vie? Plusieurs croient que l'Arbre de la Vie est une chose qui donne un fruit. La rumeur veut que le fait de consommer ce fruit de l'Arbre de la Vie apporte l'immortalité. Dans les temps anciens, on savait que ce fruit était le sang de la Déesse. C'était le fruit de l'Arbre de la Vie. Considérez votre corps et votre système nerveux comme un arbre. Les histoires ne parlent pas de fruits poussant sur les arbres, mais des fruits du corps - les sécrétions et substances qui sont véritablement les dons des dieux [les dieux bons, Enki]. Depuis des éons, les dieux [les puissances occultes planétaires, Enlil] vous ont détournés de cette connaissance.

La relation sexuelle avec une femme pendant ses écoulements de sang constitue l'une des vibrations les plus élevées parce qu'il vous est possible à tous les deux de traverser des ouvertures vers d'autres dimensions. Partager le sang revient à accéder à cette conscience plus élevée. Il y eut un temps où ce genre de chose fut très en vogue et était respecté parce que les gens comprenaient ce qui se passait. Souvenez-vous qu'il fut un temps où la sage-femme était le pire ennemi des chrétiens parce qu'elle arrivait à préserver le contact des femmes avec leur corps et à les aider lors du processus de l'accouchement (voir Accouchement, sang menstruel et chamanisme).

Les énergies de rajeunissement et de guérison de l'orgasme

La voie de la connaissance des mystères

La voie d'entrée de la Bibliothèque vivante dans votre corps se trouve dans vos organes génitaux. Si vous apprenez à utiliser cette voie, elle servira d'ouverture aux archives du temps. En général, les humains se rencontrent et s'accouplent en l'espace de quelques minutes. Souvent, ils ne s'attardent pas à s'explorer sexuellement l'un l'autre parce que le plaisir lascif est parfois associé à une souffrance émotive profonde. On a imprimé la honte à plusieurs d'entre vous à l'idée de rechercher ce plaisir. Souvenez-vous! L'histoire veut que vous ayez reçu le don des dieux.

Nous trouvons intéressant de constater combien d'écoles de pensée sur Terre déclarent que l'accomplissement suprême consiste à transcender la sexualité. Soyez conscients des idées qui vous détournent de l'essence totale de qui vous êtes. Ces idées et concepts paraissent élevés; ils vous éloignent toutefois de la truculence et de l'abondance de votre forme physique. Vos sécrétions et vos mystères sont des dons à explorer avec dignité, grâce, révérence et respect, à l'intérieur d'une relation sérieuse.

Il est dans notre intention d'inspirer en vous une réinterprétation de la sexualité. Veuillez comprendre qu'au moment des changements sur Terre, vous serez affecté et réaligné dans tous les domaines. Il n'est pas nécessaire de craindre d'être seul, car vous avez la capacité d'exprimer un engagement entre partenaires de la profondeur que vous souhaitez.

La voie vers les étoiles

La sexualité aligne votre corps sur un état de guérison et ouvre les voies vers les étoiles. La sexualité à l'intérieur d'une relation amoureuse possède une dimension profonde et peut vous amener dans d'autres univers, revitaliser votre corps et lui rappeler son pattern idéal.

L'expression sexuelle permet l'exploration à la fois des domaines spirituel et physique. Un équilibre est nécessaire. Vous demeurez dans un corps physique qui, dans son essence même, tire son existence de l'expression sexuelle de vos parents. Soyez à l'aise avec votre énergie sexuelle; rendez hommage et acceptez cette force vitale qui circule en vous. Nous souhaitons vous voir animé, enrichi et comprenant le véhicule que vous êtes.

Sur votre planète, on vous a restreint à l'ignorance en ce qui a trait à la sexualité. Dans votre optique, il s'agit d'une expérience locale qui, au mieux, est agréable, alors qu'en réalité, il s'agit d'un événement d'ordre cosmique. Chaque fois que vous avez une relation sexuelle avec une autre personne, un pattern énergétique vous relie immédiatement et attire des énergies invisibles.

Votre corps est un aimant

Lorsque vous et une autre personne êtes alignés, vous devenez comme les pôles Nord et Sud. Habituellement, les cellules de votre corps ressemblent à la foule grouillante d'une gare centrale ou de tout autre endroit où les gens se déplacent dans toutes sortes de directions. Alors, durant l'acte sexuel, c'est comme si, au coup de sifflet, tous se tournaient et regardaient dans la même direction. Lorsque vous atteignez un état d'union affective véritable pendant l'acte sexuel, vous vous déclenchez mutuellement, et toutes vos énergies cellulaires s'alignent en une direction. Votre corps devient un aimant.

Lorsque vous et une autre personne atteignez un état élevé de puissance électromagnétique, vous vous attirez mutuellement et créez un équilibre entre vous. Lorsque vous excellerez à ceci, vous n'aurez même pas à vous toucher. Vous pouvez tisser cette toile d'amour entre vous, et c'est par ce champ magnétique que vos corps intérieurs s'élèvent et passent dans d'autres mondes.

Acceptez totalement votre corps

La plupart d'entre vous choisissent les aliments qu'ils consomment. Soyez sélectif également sur les manières d'apporter du plaisir à votre corps. Autorisez-vous à découvrir le plaisir, à en discuter, et à le ressentir. Regardez votre corps, observez-le, nu, et dans toutes les positions pour découvrir la divinité dans les interstices et les fissures que vous possédez. Souvenez-vous, lorsque vous conduisez une voiture, vous ne dites pas : Oh! ne regardez pas dans le coffre. Vous acceptez l'objet dans sa totalité. Chacun des composants de la voiture opère avec l'ensemble pour vous transporter. Il en va de même avec votre corps.

Nous considérons la sexualité comme le don le plus passionnant que vous ayez reçu, et nous souhaitons vous amener plus loin sur le parcours afin que votre temps sur Terre soit plus agréable. Ayez de l'amour pour vous-même et pour la Terre parce que vous formez un tout et que vous êtes pareils. Et ceci implique toutes les parties de votre corps. Il vous faut discuter de sexualité. Engagez-vous à accepter chaque zone de votre corps et à attirer à vous un partenaire qui rendra hommage à chaque région de votre corps. Sachez que votre partenaire souhaitera et sera prêt à jouer un rôle de pionnier dans le domaine magnifique de votre puissance de dieu-déesse.

Préparez votre corps en le purifiant

Combien de gens connaissez-vous qui attirent en eux une vibration élevée avant d'avoir une relation sexuelle? Certaines personnes s'enivrent, consomment des drogues ou font ce qu'elles doivent faire pour se donner le courage d'avoir une relation sexuelle. Il vous faut établir des valeurs, des normes et des conditions concernant la sexualité avec le domaine non physique de façon que seuls ceux qui remplissent vos conditions viennent à vous.

Nous vous conseillons de nettoyer tous les anciens attachements de votre corps. Voyez votre corps purifié, béni et se libérant de l'énergie sexuelle de tous les attachements antécédents. Faites ce que vous pouvez pour relâcher avec amour toutes les relations sexuelles antérieures ayant une emprise sur votre vie. Cessez de parler du passé et d'alimenter d'anciens partenaires. Laissez aller ces choses. Si vous persistez à parler de gens que vous fréquentiez il y a plusieurs années, vous alimentez leurs formes-pensées dans votre champ aurique, spécialement si votre rapport à eux était sexuel. Ceci vous empêche de faire l'expérience d'un présent nouveau.

Lorsque vous utilisez un papier-mouchoir, vous le prenez, vous vous mouchez puis vous le jetez. Les gens ne sont pas ainsi. Le processus n'est pas si simple et si rapide. Chaque fois que vous avez un rapport sexuel avec une personne, vous êtes lié à cette personne. Lorsque deux corps s'unissent, même pour une seule nuit, vous absorbez la fusion de votre champ aurique mutuel. Peut-être n'aviez-vous pas compris cela jusqu'ici.

La sexualité est merveilleuse. C'est certainement l'un des dons les plus splendides que vous possédez comme être humain pour vous permettre de découvrir votre identité. Vous devez toutefois apprendre à l'employer. Personne ne vous a renseigné sur les ramifications des maillons énergétiques résultant des rapports sexuels. Il vous faudrait accomplir un nombre de cérémonies ou de rituels avec l'intention de libérer votre champ de l'énergie des gens. S'enduire de fumée est un excellent rituel servant à purifier votre champ. Toutes les églises en font usage. Plusieurs institutions emploient l'encens ou une fumée quelconque pour nettoyer l'énergie. La fumée est multidimensionnelle. Lorsque vous vous enduisez, cela constitue une indication que vous cherchez à vous nettoyer, à purifier et à libérer l'énergie de sorte qu'il ne subsiste aucun attachement. Il serait bien d'enduire votre corps et d'enduire votre lieu de résidence.

La guérison et la force vitale

La guérison découlant de votre compréhension des priorités de votre vie se produira lorsque vous saisirez cette force vitale nommée sexualité. C'est là un des rétablissements clés qui doivent avoir lieu sur cette planète.

Lorsque les hormones de l'attirance s'agitent, vous faites l'expérience d'un échange d'énergie entre tous vos chakras et ceux de votre partenaire. Vos énergies se fusionnent. Si vous faites monter l'énergie plutôt que de la garder dans les régions génitales, vous pouvez augmenter la circulation d'énergie et fonctionner en ayant une conscience nouvelle. Apprenez l'un de l'autre à faire monter l'énergie le long de la colonne vertébrale et à la faire circuler dans vos corps, reportant l'orgasme. Pendant l'acte sexuel lui-même, peut-être constaterez-vous que vous passez dans une fissure temporelle.

L'expérience de l'orgasme diffuse des énergies de guérison et de rajeunissement dans votre corps. Dans plusieurs cas, elle peut susciter une libération émotionnelle intense, et vous vous trouvez inondé de sentiments.

Maitrise de l'éjaculation

De la même manière qu'on a vendu aux femmes l'idée qu'elles ne peuvent empêcher la grossesse si elles ne désirent pas d'enfants, on a vendu aux hommes l'idée que l'éjaculation est la seule forme d'orgasme. Le sperme peut être retenu, transformé dans son énergie, et redistribué dans le corps. Il s'agit d'une forme supérieure de la sexualité pratiquée en Orient depuis plusieurs éons. Si les hommes éjaculent chaque fois qu'ils atteignent l'orgasme, ils perdent leur force vitale, dans l'une des versions de la réalité.

Si vous êtes un homme, vous pouvez apprendre à retenir le sperme et à ne pas éjaculer pendant l'acte sexuel. Il existe des techniques pour ce faire. En appuyant sur le périnée, la région entre l'anus et le scrotum, la force vitale est retenue à l'intérieur du corps, et l'orgasme se transforme. Les humains ont été amenés à avoir un orgasme génital, qui constitue une expérience localisée à une partie du corps, au lieu d'une expérience impliquant tout le corps et d'élévation spirituelle. Si vous réfléchissez au nombre de corps dont vous êtes constitués (voir article Corps subtils), vous prenez conscience qu'il vous est possible d'avoir un orgasme dans chacun de ces corps. Alors, lorsque vous reconsidérez et redéfinissez les manières qui vous mènent au plaisir, vous commencez à faire l'expérience de différentes façons de recevoir le plaisir et vous sortez de la région restreinte des organes génitaux.

Le sperme est une force catalytique d'existence. Chaque fois qu'un homme émet du sperme, il épuise son corps en quelque sorte. Idéalement, un homme devrait éjaculer par choix, lorsqu'il y a besoin de procréation ou désir de l'expérience. On vous a transmis des idées qui vous maintiennent dans un état vibratoire très bas vous menant à la dégénérescence plutôt qu'au rajeunissement.

La culpabilité inutile

Vous avez d'abord été imprégné de l'idée que le sexe est négatif. Par la suite, des institutions furent établies qui pardonnaient ces actes répréhensibles. Vous oscillez entre les deux pôles de cette dualité. Plusieurs hommes et quantité de femmes, particulièrement dans le monde occidental, ne comprennent pas à quel point ils sont imprégnés de cette idée que le sexe est mauvais. Ceci nuance leur comportement à tel point qu'ils se précipitent tout au long de l'expérience sexuelle parce que, s'ils font quelque chose de mal, ils ne veulent pas se faire prendre.

Le juste équilibre existe. Vous pouvez le trouver. Vous n'éprouvez alors aucune culpabilité ni honte après l'acte sexuel. C'est pourquoi nous disons qu'il est essentiel d'avoir de profonde liens amoureux avec votre partenaire. L'amour que vous partagez empêche, en général, la honte et la culpabilité. Sans l'amour, la honte et la culpabilité sont souvent importantes, et l'anéantissement émotif peut être considérable.

La joie

Faites de l'expression de votre sexualité un moment de joie. Le sexe n'a rien à voir avec la performance; c'est le lien et le partage le plus intime qui soit. Cela n'a pas à voir avec: Ah oui! tu étais fantastique. Il s'agit d'intimité, de la fusion avec un autre tout en maintenant votre souveraineté. C'est le fait d'être soutenu et de soutenir parce que cela deviendra essentiel à mesure que vous maintiendrez votre souveraineté et redécouvrirez ce que sont le plaisir et la joie. Votre corps commencera à se souvenir.

Activer les chakras

Le fait de plonger son regard dans celui de l'autre [..] peut aussi susciter une excitation intense. C'est là la connexion du cœur aux yeux de l'âme - le cœur de l'âme. Vous pouvez certainement fermer les yeux; un contact visuel soutenu changera toutefois votre expérience. Vous souhaiterez peut-être travailler également avec les chakras et toucherez spécifiquement le chakra du cœur de l'autre personne. Posez votre main sur le chakra du cœur de votre partenaire et gardez le c?ur ouvert.

En stimulant avec les yeux, en utilisant les chakras, et en activant les points d'acupression de la région génitale, ces endroits prennent vie. En les touchant, une réaction chimique vous entraine vers un orgasme qui vous projette à l'extérieur, vers vos multiples corps. Ceci vous permet de grimper l'échelle menant à la connaissance supérieure, et d'accéder à votre divinité. Ceci implique également de vous livrer à l'exploration mutuelle de vos corps - d'agir tout à fait librement quant à la forme et à l'expression de votre corps. Voilà la prochaine étape.

Peut-être pouvez-vous modifier votre centre d'attention durant l'acte sexuel de façon à ne pas atteindre l'orgasme immédiatement. Amusez-vous et montez jusqu'au point juste avant l'orgasme, maintenez cette fréquence, apaisez-vous un peu, puis montez encore et encore. Attardez-vous à ce processus. Lorsque vous respectez le processus, passez-y des heures, car ceci crée une intimité profonde, et l'expérience restera beaucoup plus longtemps. Le rajeunissement et la régénération de la force vitale se produisent grâce à des heures et des heures d'intimité, gardant les yeux ouverts et apprenant à votre corps ce que vous souhaitez qu'il fasse.

L'orgasme n'est pas un événement local. Certaines personnes ont un orgasme simplement lorsqu'on leur chatouille les oreilles. Chez d'autres, il suffit d'effleurer les poignets pour qu'elles l'atteignent. Il est possible d'avoir un orgasme en rêvant. Il est possible d'avoir un orgasme lorsque vous êtes hors de votre corps. L'orgasme est mal compris. Vous considérez que c'est un événement local à la région génitale. Ça ne l'est pas. C'est un événement cosmique qui a été interprété en lui attribuant une portée locale de sorte que vous passiez à côté de la question. C'est une pulsation continue de divinité de plaisir et de liaison avec le pouls de l'existence. Il peut donc se produire n'importe où. Si vous étiez vraiment accordé à votre sexualité, si vous étiez libre à ce point, une bouchée d'une nourriture délicieuse pourrait vous amener à l'orgasme. C'est l'appréciation suprême de la divinité en toute chose.

La masturbation

Il n'y a rien de mal dans la masturbation. C'est une pratique excellente si vous savez rendre hommage à votre corps et à la justesse d'y stimuler certaines sensations. Masturbez-vous sans projeter, sans honte et sans amener divers inconnus dans votre corps par vos pensées. Comme toute chose, c'est délicat. C'est une excellente forme d'art, mais elle ne doit pas être pratiquée uniquement comme soulagement. Si vous pratiquez la masturbation seulement pour soulager la tension, vous devez reconsidérer votre geste. Si vous ne vous êtes jamais masturbé, comment pensez-vous avoir un rapport sexuel avec quelqu'un et faire en sorte qu'il connaisse votre corps si vous ne le connaissez pas vous-même?

Ne craignez pas votre sexualité

Vous ne comprendrez pas ce qu'est être dieu ou déesse en l'absence de votre expérience sexuelle, pas complètement, car vous êtes humains, et ceci fait partie de la façon dont votre corps a été conçu. Toutes les créatures de cette planète possèdent une forme d'expression sexuelle - une façon quelconque de s'exciter et de se reproduire. Vous ne comprenez pas comment deux mouches peuvent s'attiser simplement en touchant leurs antennes. Les créatures de la Terre - les plantes et les animaux - se stimulent mutuellement et s'amènent à des états d'activité élevés sans toutefois se reproduire. Maintenez cette image.

Il est nécessaire que vous compreniez et que vous ne craigniez pas votre sexualité. Ne la rendez pas désuète à cause de la crainte que vous avez de la force vitale.

Merci à Barbara Marciniak
Les intertitres et les mises en évidence en caractères gras ou verts sont de A. Boudet

7 janvier 2011

Pour en savoir plus

Coupe menstruelle

Coupe pour recueillir les règles

Merci à Lunacup

Mesdames, vous pouvez recueillir votre sang menstruel à l'aide d'une coupe menstruelle.

Une coupe menstruelle ou coupelle menstruelle est une petite coupe en forme de cloche aux bords arrondis et terminée par une petite tige. Généralement en silicone, elle est très souple. La femme introduit la coupe manuellement dans le vagin et la porte pendant le temps des menstruations afin de recueillir le sang menstruel. Pendant les menstruations, la coupe doit être vidée et rincée à l'eau claire deux à trois fois par jour. Entre deux périodes d'utilisation, la coupe doit-être stérilisée avec de l'eau bouillante puis rangée dans le sac généralement fourni à cet effet. On trouve divers types de coupe via internet ou dans des boutiques consacrées aux produits naturels, écologiques ou alternatifs. La coupe menstruelle est réutilisable et a une durée de vie annoncée par les fabricants allant jusqu'à dix ans. (Wikipédia, coupe menstruelle).

Vous trouverez d'autres renseignements sur les sites EasycupCoupe-menstruelle et Lunacup.

Articles dans ce site

  • Sexualité essentielle et sexualité sacrée. La sexualité est une manifestation naturelle, saine et joyeuse de notre force de vie. Or bien souvent son expression est entravée ou détournée par des sentiments ou des idées reçues tels que honte, culpabilité, interdiction du plaisir, vide affectif, ressentiments et préjugés vis-à-vis du sexe opposé. Nous pouvons évoluer vers une sexualité épanouie en prenant conscience que ces sentiments sont issus de notre passé et peuvent être remplacés par le lâcher-prise, l'humour, l'attention aux sensations présentes, la légèreté et la joie. Vivre une sexualité connectée à notre moi véritable, c'est savourer la pratique sexuelle avec naturel, simplicité, innocence et émerveillement. Des indications pratiques sur les préliminaires, la maitrise de l'éjaculation, la respiration, sont suggérées. Dans une relation durable dans l'amour et la confiance, des phénomènes énergétiques subtils se déclenchent au moment de l'orgasme, favorables à la santé physique et mentale des deux partenaires. Au delà du plaisir réciproque, l'acte sexuel est un chemin d'accès à l'éveil spirituel qui a été reconnu et enseigné chez de nombreux peuples anciens, puis occulté et diabolisé. Nous sommes en train de le redécouvrir.
  • Accouchement, sang menstruel et chamanisme. Le chamanisme ancien était avant tout une affaire de femmes. La pratique chamanique d'utiliser le sang lors de cérémonies rituelles a émergé du passé le plus ancien, quand les femmes étaient les praticiennes sacrées de l'art magique de la guérison, et quand les principales substances qu'elles utilisaient dans leur travail étaient le sang menstruel et le sang de l'accouchement, qu'elles épanchaient sans sacrifice. Le mystère ancien du sang féminin revient à notre conscience.
  • Hommes et femmes, le bonheur de s'écouter et se comprendre. Réaliser l'union du féminin et du masculin en soi. Les relations de couple sont souvent dénaturées par des conflits, des difficultés de communication et des différences d'opinion. Ces comportements sont-ils génétiquement programmés? Non. Ils sont le résultat d'une éducation enfermante et d'une ignorance de notre nature profonde. Une observation authentique et honnête de soi nous révèle que chaque homme et chaque femme possède aussi bien les qualités masculines que féminines, qui demandent à être reconnues, acceptées et développées. C'est en faisant la paix intérieure entre notre masculin et notre féminin que nous pouvons établir des relations harmonieuses, d'abord avec soi-même et ensuite avec les autres. C'est alors que la vie de couple, et la Vie elle-même, nous offrent le meilleur.

Ouvrages

  • Barbara MarciniakMessagers de l'Aube - Enseignements de notre Famille de Lumière des Pléiades, Ed. Ariane, 1999; Famille de Lumière, Ed. Ariane, 1999; Sagesse des Pléiades pour un monde en chaos - Accepter la responsabilité de son pouvoir et créer un monde aux possibilités sans fin, Ed. Ariane, 2006.
  • Message des hommes vrais au monde mutant: Une initiation chez les aborigènes. Marlo Morgan. Ed. J'ai lu, 2004. Dans cet ouvrage Marlo Morgan relate sa découverte de l'utilisation du sang menstruel par les femmes aborigènes d'Australie pour guérir leurs blessures.
  • Anton Parks: Les chroniques du Girku, tome 1: Le secret des étoiles sombres. Ed. Nouvelle Terre, édition augmentée 2007. Tome 2: Adam Genisis. Ed. Nouvelle Terre, 2007

Sexualité essentielle et sexualité sacrée

La sexualité est une manifestation naturelle, saine et joyeuse de notre force de vie

Alain Boudet

Dr en Sciences Physiques

Télécharger l'article
en version prête à l'impression
sur Academia

Résumé: La sexualité est une manifestation naturelle, saine et joyeuse de notre force de vie. Or bien souvent son expression est entravée ou détournée par des sentiments ou des idées reçues tels que honte, culpabilité, interdiction du plaisir, vide affectif, ressentiments et préjugés vis-à-vis du sexe opposé. Nous pouvons évoluer vers une sexualité épanouie en prenant conscience que ces sentiments sont issus de notre passé et peuvent être remplacés par le lâcher-prise, l'humour, l'attention aux sensations présentes, la légèreté et la joie. Vivre une sexualité connectée à notre moi véritable, c'est savourer la pratique sexuelle avec naturel, simplicité, innocence et émerveillement. Des indications pratiques sur les préliminaires, la maitrise de l'éjaculation, la respiration, sont suggérées. Dans une relation durable dans l'amour et la confiance, des phénomènes énergétiques subtils se déclenchent au moment de l'orgasme, favorables à la santé physique et mentale des deux partenaires. Au delà du plaisir réciproque, l'acte sexuel est un chemin d'accès à l'éveil spirituel qui a été reconnu et enseigné chez de nombreux peuples anciens, puis occulté et diabolisé. Nous sommes en train de le redécouvrir.

Contenu de l'article

Annexes


La sexualité est omniprésente dans les médias et sur internet et une abondante documentation en livres, journaux et articles est disponible à son sujet. Alors pourquoi vous proposer un article de plus sur la sexualité?

canovaJe vous répondrai: Pourquoi êtes-vous en train de lire cet article sur la sexualité? Pourquoi en avez-vous eu l'envie ou la curiosité, alors qu'il en existe déjà une pléthore? Vous seul le savez, mais je peux supposer que vous aspirez à découvrir de nouvelles facettes de la sexualité, car elle fascine et reste encore mystérieuse. Peut-être n'êtes-vous pas complètement en paix avec elle, nous sommes tellement imprégnés d'interdits, de honte, d'excès, d'abus, de manipulations, de confusion. L'abondance d'informations parfois contradictoires sur ce sujet le rend encore plus confus et ne satisfait pas forcément votre questionnement profond. Il se peut donc que vous éprouviez le besoin de faire le point. Où vous situez-vous dans cette masse de pratiques, de conseils, d'enquêtes et de théories?

Je n'aurais jamais pris le temps de rédiger cette étude approfondie si j'avais eu comme seule intention de répéter ce qui est dit ailleurs sur Internet. J'ai éprouvé le besoin de faire une synthèse critique de tous les aspects fragmentaires sous lesquels on nous présente la sexualité: assouvissement de besoins physiologiques, méthodes pour accéder au plaisir, décalages fréquents des points de vue des hommes et des femmes, et d'autres aspects moins connus sur l'expansion spirituelle pendant l'union sexuelle.

Cette synthèse à vocation éducative ne se limite pas à vous guider pour vivre votre sexualité de façon agréable et satisfaisante. Ce serait déjà excellent, mais nous irons plus loin. Nous toucherons la nature même de notre être. Nous nous interrogerons: Quelle est la place, la fonction de la sexualité pour nous réaliser dans notre aspect le plus magnifique? Comment participe-t-elle au déploiement de tous nos potentiels? Comment nous relie-t-elle à nos profondeurs et à l'univers?

Par ce questionnement, cette étude rejoint mes autres études sur la réalisation de soi, telles que L'enfant intérieurLa spiritualité ou Le pouvoir des émotions. De même que dans ces dernières, j'ai reformulé le langage habituellement employé, réadapté les informations, je les ai synthétisées, parfois ré-interprétées, pour qu'elles deviennent des pistes de réflexion suffisamment compréhensibles par le plus grand nombre. Je les ai voulues consistantes et ancrées dans la vie pour qu'elles ne restent pas des pensées mortes encombrant le mental, mais ouvrent des perspectives exaltantes pour l'épanouissement de toutes et de tous dans un monde que nous réinventons.

"Sexualité""sexe", qu'est-ce que ces mots vous évoquent?

Pour nous engager dans cette exploration, je vous propose de porter un moment votre attention sur ce qui se passe en vous lorsque nous évoquons la sexualité et le sexe. Observez comment votre tête, votre corps, réagissent. Observez sans aucun jugement, sans chercher à savoir si c'est bien ou si ça devrait être autrement. Observez honnêtement, avec bienveillance envers vous-même. Vos réactions vous indiqueront où vous en êtes, par exemple si vous êtes à l'aise ou non. Il est primordial que vous vous acceptiez tel que vous êtes avec ces réactions, tout en sachant que vous pouvez décider d'évoluer vers une sexualité plus épanouie, si vous le souhaitez bien sûr, en vous laissant guider par ce que nous développons dans ce texte.

Pour vous aider à percevoir vos réactions, voici quelques questions et suggestions:

  • A la pensée du sexe et de l'activité sexuelle, éprouvez-vous de la curiosité, de l'envie, de l'excitation, de la joie, de l'indifférence, de la répulsion, du mépris, de la répugnance, de la peur, de l'angoisse? Il est possible que cela vous évoque des expériences malheureuses, honteuses, humiliantes ou traumatisantes.
  • Si l'on vous demande de parler de votre sexualité, de vos désirs, d'exprimer votre opinion à ce propos, éprouvez-vous de la gène? Vous réagissez peut-être par le silence, par un rire nerveux ou par une blague qui vous permet d'esquiver.
  • Vous sentez-vous serein ou sereine vis à vis de votre sexualité? Ou bien, vous êtes peut-être dans l'un des cas suivants.
  • Vous connaissez bien le sujet, vous avez suffisamment lu, mais vous n'êtes pas à l'aise. Il ne suffit pas de savoir, il y a certaines choses à creuser en vous sur votre personnalité et cet article vous donnera des pistes.
  • Il y a des aspects de la sexualité que vous connaissez mal et que vous aimeriez explorer.
  • Vous estimez que vous avez déjà beaucoup de connaissances intellectuelles et théoriques, mais il vous est difficile de faire le lien entre ces connaissances et votre vécu personnel. Dans ce cas, il serait indiqué que vous puissiez avoir des explications pratiques et vivantes supplémentaires. Cet article vous parle de vous, de ce que vous êtes, non de théorie.
  • Vous êtes attiré(e) par la sexualité, mais en même temps, vous avez des difficultés avec le plaisir, quelque chose en vous le repousse.
  • Vous avez des difficultés sexuelles avec votre ou vos partenaires et vous vous demandez pourquoi. Cet article vous proposera des pistes de réflexion approfondies et parfois originales.

couple enlacé

  • Vous avez une pratique sexuelle satisfaisante, mais elle ne correspond pas à ce qu'on voit couramment dans les films. Cela vous rend perplexe, et peut-être même frustré(e). Nous verrons que les films exposent une version déformée de la sexualité, ce sont des clichés.
  • Vous craignez que votre comportement sexuel spontané ne convienne pas à votre partenaire, ou ne conviendrait pas à un(e) futur(e) partenaire quel qu'il ou elle soit. Pour être aimé(e) et apprécié(e), vous croyez que vous devrez vous comporter d'une autre façon, selon des modèles qui ne vous plaisent pas forcément, mais qui vous semblent nécessaires: les filles sont comme ceci et réagissent comme ceci, et les garçons comme cela. Nous verrons qu'avoir des idées préconçues sur les uns et les autres et sur la sexualité n'est pas une bonne façon de procéder. Le dialogue entre partenaires est bien plus profitable.
  • Vous pressentez que la sexualité est bien plus que l'obtention d'un plaisir à deux, mais vous permet de toucher d'autres aspects profonds et inconnus de votre être et vous aimeriez explorer cette réalité. Nous le ferons.

Dans cet article, nous examinerons la place du plaisir dans la relation sexuelle, ce qui l'entrave et ce qui le favorise. L'acte sexuel est avant tout un acte relationnel et à ce titre, il est porteur de toutes les difficultés et de toutes les joies que l'on rencontre dans tous les domaines relationnels. Nous montrerons qu'au delà du plaisir, l'acte sexuel est un chemin d'accès à l'éveil spirituel.

Les représentations sociales de la sexualité nous laissent désorientés

Notre comportement sexuel est fortement influencé par ce qui nous a été inconsciemment suggéré par notre environnement depuis notre enfance: parents, frères et sœurs, copains, copines, enseignants, journaux, films, télé, radio, images publicitaires, et plus récemment internet. Même si l'attitude de nos parents a été de ne pas vouloir aborder le sujet, ils nous ont de toute façon transmis une attitude vis-à-vis du sexe par leur positionnement.

femme publicitaireNous sommes globalement conditionnés à adopter des comportements conventionnels par les représentations sexuelles que notre société véhicule: images de la femme, de l'homme, de la séduction et de la sexualité. Malgré des variantes personnelles, nous sommes imprégnés de ces valeurs et de ces clichés. Hélas, ils ne nous mènent pas souvent vers le meilleur de nous-mêmes. Ils sont essentiellement orientés vers la création de besoins artificiels qui nous incitent à acheter et à consommer, à moins qu'ils n'aient comme but de nous distraire superficiellement, de nous détourner de nous-mêmes pour nous empêcher de découvrir qui nous sommes vraiment.

Avant les années 60, la sexualité était tabou. Il était malvenu d'en parler librement autour de soi ou dans les médias. Depuis la situation a changé. Certains et certaines ont osé parler librement, revendiquer leur droit au plaisir. Les femmes ont rejeté la contrainte de "devoir conjugal" qu'on leur imposait, ont exprimé leurs sensations, leurs désirs et leur plaisir sexuel dans leur spécificité féminine. On a découvert que les carcans religieux et patriarcaux auxquels on s'efforçait d'obéir avec peine, drame et souffrance, bridaient l'épanouissement sexuel et étaient fondés sur un pouvoir abusif. Les mœurs se sont décomplexées et les gens se sont détendus. Il y a eu une évolution positive vers la reconnaissance du fait que la sexualité est partie intégrante, essentielle et épanouissante de nous-mêmes.

Mais comme le balancier était allé trop loin du côté de l'interdit, il est revenu en force du côté de la licence. Compte tenu de la répression antérieure, c'était inévitable. La licence s'est alors manifestée comme un défoulement excessif, au point que la sexualité est devenue une nouvelle obsession. Attention, je ne suis pas en train de suggérer une morale à suivre, loin de là. Chacun se cherche selon sa propre voie. J'incite simplement à découvrir la voie d'une sexualité qui nous procure un sentiment d'enrichissement et de plénitude, ce qui n'est généralement pas le cas de la sexualité obsessionnelle et défoulante.

La rencontre sexuelle ne bénéficie pas de références saines

Dans cette recherche, nous sommes peu aidés par les modèles de comportement représentés dans les médias.

On aurait pu croire que la "libération" de la sexualité irait de pair avec la créativité [dans la pratique sexuelle]. Or ce dont se plaignent les gens - et plus particulièrement les femmes - c'est de la standardisation des comportements sexuels. La raison en est que les pratiquants agissent "comme dans les films"; ils appliquent ce qu'ils ont vu sur les écrans... Il faut dire que le X constitue le seul "enseignement "dispensé; il n'existe en effet aucun film d'érotisme, c'est-à-dire une œuvre où la sexualité aurait un sens et une esthétique, qui porterait à élever les consciences. (Dr. Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

Bien que la sexualité soit omniprésente dans l'industrie du divertissement (télé, cinéma, spectacles, internet), on y montre principalement des attitudes qui ne fonctionnent pas dans la vie réelle: par exemple la femme dit oui tout de suite, comme si elle n'attendait que ça et elle jouit immédiatement. Le phénomène internet a multiplié et facilité l'accès à d'innombrables scènes pornographiques dans lesquelles les personnes sont représentées comme avides de sexe en tout genre. Les femmes y sont traitées de salopes et de chiennes comme si elles aimaient être insultées. C'est dramatique pour les adolescents dont ce canal constitue l'entrée en matière de sexualité. Ils n'ont pas de références saines, c'est-à-dire respectueuses des personnes. C'est ainsi qu'à l'extrême (comme nous l'a montré une actualité récente), ils arrivent à croire qu'organiser une "tournante" est chose normale (une fille subit le viol de plusieurs garçons successivement).

Couples nus sur internet

Des milliers de pages exposant des vidéos amateurs de scènes érotiques sont accessibles gratuitement sur internet.

Une surprenante caractéristique des mœurs sexuelles est un retour au machisme ou son exacerbation. Mépris et domination de la femme se traduisent par des propos et des attitudes dégradants, agressifs et violents envers elle; le comble de l'avilissement étant les "tournantes". Cette dégradation des relations entre la femme et l'homme peut être mise sur le compte du modèle d'information sexuelle dont disposent les jeunes: des films pornographiques où la femme est présentée comme une poupée jouissante soumise à l'homme ou comme "une chienne qui ne pense qu'à ça". Ce qui renforce la peur qu'ont les hommes de l'émancipation de la femme et, par contrecoup, leur désir de la soumettre... (Dr. Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

Toutefois, au fond d'eux, les gens sentent bien que quelque chose ne va pas et que cela ne correspond pas à leur nature, mais ils ne savent pas pourquoi et comment. Ils sont donc désorientés face au sexe, tout spécialement les adolescents.

[Les adolescents] ne savent plus ce qui est à faire ou à ne pas faire. Ils ont perdu la hiérarchie des désirs et des demandes... Ils ne savent pas ce qui est ou non compatible avec la dignité humaine. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

L'éducation sexuelle

Il est donc urgent qu'une véritable éducation sexuelle soit mise à la disposition de tous, en commençant par l'école. Les quelques cours scolaires sur ce sujet n'abordent que la physiologie et la biologie. Ils ne sont pas un apprentissage sur soi-même et sur l'autre. L'école faillit lamentablement à dispenser une véritable éducation qui inclurait la connaissance et la maitrise de nos émotions et des relations avec les autres. Elle préfère, à quelques nuances près, bourrer notre crâne de savoirs intellectuels que l'on devra apprendre par cœur et ressortir le jour de l'examen (rien ne change malgré de nombreux rapports et expériences positives à ce sujet depuis les années 50 - voir le dossier Éducation).

Nos enfants, nos adolescents, et par conséquent nous-mêmes qui l'avons été, nous manquons terriblement d'un apprentissage sur l'épanouissement de l'être et de sa sexualité. Il n'existe pas d'enseignement sexuel orienté vers la réalisation de soi et la plénitude (voir des développements dans l'article L'éducation sexuelle).

Notons toutefois que des exceptions peuvent être trouvées dans des initiatives privées, telles que le site web Éducation sexuelle, ou encore la publication de très bons livres éducatifs (certains sont indiqués en fin d'article). Ils ont l'immense mérite d'inciter au respect et à l'amour de l'autre. Ils mettent l'accent sur l'écoute de soi et de son partenaire, la fantaisie, l'agrément, le détachement du souci de la performance. Cependant ils restent peu diffusés, particulièrement chez les adolescents qui préfèrent l'internet et la radio.

De plus, il est rare de les voir aborder le sujet du sens de l'acte sexuel: car l'acte sexuel est bien plus que se donner du plaisir réciproque, c'est réunifier en soi ses énergies masculines et féminines, c'est se découvrir dans toutes ses dimensions en connexion avec sa nature profonde.

La sexualité comme défoulement émotionnel

Larry Clark

Les adolescents représentés dans la série de photographies de Larry Clark ne semblent pas heureux et cherchent des échappatoires dans la sexualité et la drogue.

Pour certains d'entre nous, la vie semble n'avoir aucun sens. Le monde environnant est froid, dur et impitoyable. Nous avons été conditionnés à l'idée qu'il faut lutter pour obtenir de la considération et de quoi subsister. Chacun se trouve donc seul face à lui-même. Ceux qui abordent le monde avec ce regard sont tentés de s'engouffrer dans la sexualité comme dans un refuge contre la solitude et le désarroi, dans l'espoir d'y trouver une niche de chaleur humaine.

D'autres vivent leur quotidien coincés par des charges et des devoirs plus ou moins stressants, plus ou moins désagréables ou épuisants. Ils voient le temps défiler sans profiter de la vie. L'orgasme constitue une exception, une parenthèse: ils sentent un courant de vie intense couler dans leur corps. C'est comme un rappel que la vie existe.

D'autres encore se sentent seul(e)s et en manque affectif. La rencontre sexuelle occasionnelle leur donne l'impression fugitive plus ou moins consciente de combler leur vide affectif. Ces moments ne sont que des bouffées d'air qui permettent de supporter le reste. Ils ne règlent rien sur le fond.

En prêtant attention à notre ressenti après l'acte sexuel, il est facile de nous rendre compte si la rencontre sexuelle n'est qu'une compensation, un pis-aller, une illusion destinée à occulter un besoin plus profond ou si elle résulte d'une attirance amoureuse et d'un échange authentique. L'acte sexuel accompli dans le cadre d'une relation d'amour véritable crée un sentiment d'assouvissement, de plénitude, de sérénité et de bonheur. On en ressort grandi et dilaté.

Au contraire, dans le cas d'une compensation illusoire, une fois l'orgasme passé on est à nouveau seul face à soi-même, et face à l'autre qui n'a été qu'un complice passager. L'acte n'a pas étanché la soif de vivre. Il en reste un sentiment de manque, de tristesse, de nostalgie, de vide. Alors, on en redemande pour retrouver cette brève sensation de vie. La sexualité est utilisée comme une drogue pour fuir son malaise (voir Drogues et développement spirituel). Elle se transforme peu à peu en une addiction et une obsession.

ATTENTION: Pour éviter les fausses interprétations et bien faire comprendre l'intention de cet article, il est important de préciser que je ne décris pas une sexualité que je taxerais d'inadéquate ou même mauvaise, pour la remplacer par une bonne sexualité qui serait considérée comme un modèle à atteindre. Ici, il ne s'agit ni de modèle, ni de morale. Mon intention est d'attirer l'attention sur notre état d'âme, de vérifier si nos actions sont en accord avec nous-mêmes ou si elles obéissent à des codes de conduite qu'on se croit obligé de suivre. J'invite à faire connaissance avec les ressources dont nous disposons pour se sentir mieux.Je suggère que chacun trouve lui-même ce qui lui convient et choisisse ce qui est le meilleur pour son épanouissement.

Satisfaire le besoin de sexe

Certaines rencontres sexuelles, habituellement de la part des hommes, n'ont d'autre but que de trouver une partenaire pour satisfaire leurs pulsions. Dans ce cas, la femme est considérée comme un objet dont il faut tirer le maximum de jouissance, sans qu'il soit nécessaire d'éprouver un sentiment envers elle. Ce vide affectif est déploré par les femmes, y compris les adolescentes. "Les garçons ne pensent qu'à baiser!" déplore l'une d'entre elles; une autre s'indigne: "A notre premier rendez-vous, il ne m'a même pas embrassée, il a voulu qu'on le fasse par derrière tout de suite."(Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

Les hommes justifient parfois ces comportements par des prétextes erronés. Ils croient que le sexe fonctionne de cette manière, car ils l'ont vu dans les films. Ils se font leur cinéma intérieur et se disent que si la femme dit non, c'est qu'elle veut dire oui, parce qu'elle aime qu'on aille la chercher de force (la femme peut parfois être confuse à ce sujet, à cause d'un fort besoin d'être aimée). Ce sont des idées toutes faites et sans fondement sur ce que l'autre aime et pense. On peut remarquer qu'une telle attitude néglige l'écoute de l'autre, le dialogue, la communication vraie.

Il n'est pas dans mon intention de juger de tels comportements, mais de vous inviter à vous demander s'ils vous satisfont. Vous laissent-ils un sentiment de frustration et de tristesse, ou de contentement et de plénitude? Si les deux partenaires y trouvent contentement et plaisir, alors cela indique qu'ils vivent ce qui est juste pour eux d'expérimenter.

Évacuer les tensions

Les hommes mettent souvent leurs envies impérieuses de sexualité sur le compte de leur instinct sexuel et de leurs besoins physiologiques. C'est une réponse trop facile et trop superficielle qui fait l'impasse de leur ressenti profond. S'ils y prêtent attention, sans écarter l'influence de l'instinct, ils pourront détecter d'autres influences dominantes issues de leur personnalité. Il s'agit souvent du besoin de défouler des tensions vives, autrement dit de se lâcher. Leur corps est tendu par le contrôle de soi (voir Psychologie biodynamique). On les a éduqués à être toujours à la hauteur, être forts, ne pas faillir. En conséquence, ils ont appris à se contrôler, à ne pas exprimer leurs émotions et leurs doutes. Leur corps en porte l'empreinte.

Le trop-plein de tensions peut être évacué par différents moyens, mais les hommes ont peu d'occasions de se relâcher. Ils le font au travers des conflits et des accès de colère, ou dans les sports où ils dépassent leurs limites. Dans les sports de l'extrême, ils vont au bout de leurs tensions pour lâcher et sentir enfin de fortes pulsions de vie. Un autre moyen de les ressentir est l'orgasme.

L'orgasme est pratiquement le seul moment de leur vie quotidienne où ils font l'expérience du lâcher-prise complet. Ils s'y abandonnent un bref instant avec délice, sans que cela aille à l'encontre de leur image de mâle. Ils peuvent alors sentir les forces de vie couler dans leur corps comme la sève de l'arbre.

Honte et estime de soi

À l'inverse du sexe débridé, de nombreuses personnes sont réticentes à vivre leur sexualité. Certaines personnes ne sont pas du tout attirées par la sexualité et trouvent un équilibre sans sexualité. Pour celles-là, tout va bien. Mais pour les autres, il s'agit de blocages dus à une éducation enfermante ou à des troubles et abus vécus dans le passé. Leurs pulsions de vie leur attirent vers la sexualité, mais elle est repoussée parce qu'elle leur fait peur. Elles s'aventurent toutefois dans la sexualité pour "faire comme tout le monde". Mais elles la vivent avec retenue, habitées par leurs doutes, leurs réserves et leurs appréhensions.

À beaucoup, on a inculqué l'idée que la sexualité est défavorable à notre épanouissement, qu'elle est dégradante et risque de nous entrainer dans une spirale descendante; que se livrer à la sexualité, c'est entrer dans le vice, ressembler à une prostituée, donner de soi une image honteuse et une mauvaise réputation.

Cette honte a été inculquée par des siècles de diabolisation de la sexualité par les institutions religieuses, associée à la diabolisation du corps, des sensations de plaisir, de la femme et des énergies féminines. Même si par la pensée nous comprenons que la sexualité est l'expression normale de l'énergie de vie comme la nature nous en offre l'exemple, il reste au fond de nous une sorte de crispation, un réflexe de quelque chose de mal, de honteux, de coupable qui nous conduit à la destruction et la perdition. Le corps conserve inscrit en lui ces injonctions. Une observation honnête et rigoureuse de ces résurgences, associée à une bienveillance tendre envers soi aidera à les dissoudre (voir L'enfant intérieur).

D'autres ont honte de l'image de leur corps intégralement nu. Se montrer dans son intimité la plus complète n'est pas forcément facile. Il se peut que vous craignez de ne pas correspondre à l'image que vous aimeriez donner, par peur de ne pas être suffisamment attirant(e). Vous doutez de vous, de vos proportions, de vos rondeurs, de vos seins, de l'aspect de vos parties génitales. On vous a peut-être inculqué la pensée que les organes génitaux sont quelque chose d'inférieur, de laid. Voir vos parties génitales et celles de l'autre en détail peut susciter de la gène, du dégout, ou une curiosité que vous jugez malsaine. En clair, vous ne vous aimez pas tel(le) que vous êtes et vous avez peur du jugement de l'autre (voir Se mettre à nu). Comment pourriez-vous vous adonner à la rencontre sexuelle dans la joie et la confiance si vous ne vous aimez pas vous-même?

D'autres formes de honte nous encombrent. C'est par exemple la comparaison avec les autresJe n'ai pas envie de sexualité alors que tout le monde autour de moi ne parle que de ça et semble l'apprécier au plus haut point. Je suis anormal(e). Je ne correspond pas à ce que décrivent les films et les copains. A mon âge, je suis encore vierge, et j'en conçois une mauvaise estime de moi, une honte de moi. Non, vous n'êtes pas anormal(e) ni déméritant(e). Bien au contraire, vous pouvez vous féliciter de suivre votre chemin personnel, vous osez être fidèle à vous, vous avez le courage d'écouter et suivre votre voix intérieure plutôt que les sirènes extérieures. Soyez-en fier(e).

Une autre source de honte et de sous-estime de soi est l'absence de plaisirJ'ai fait l'amour pour faire comme tout le monde, mais je n'en ai pas éprouvé de plaisir. Cela fait déjà des années que je fais l'amour et je n'ai pas encore connu le plaisir. Puisque tout le monde a du plaisir, c'est que je suis nulle. Bien entendu ce type de raisonnement est faux. Le plaisir n'a rien à voir avec vos performances ou vos mérites. Il découle du type de relation que vous avez, c'est une alchimie à deux. Il est très influencé aussi par l'idée qu'on s'en fait. Peut-être même ne le ressentez-vous pas parce que vous l'attendez sous une autre forme, par exemple explosive alors que le vôtre est doux et léger.

J'ai discuté avec un nombre incalculable de femmes qui pensaient ne jamais pouvoir jouir, alors qu'elles connaissaient régulièrement et facilement l'orgasme. D'autres ont appris à connaitre leur corps et ce qu'il aime, ce qui implique de respecter son rythme. Avoir un orgasme peut devenir très simple: il suffit d'apprivoiser son corps, de se détendre, de découvrir ce qui vous excite, et comment. Si vous souffrez de problèmes personnels ou émotionnels qui semblent interférer avec le plaisir sexuel, alors il serait bon d'y travailler en parallèle. (L. L. Paget, L'orgasme sans tabou)

Le manque de plaisir peut résulter d'une interdiction inconsciente. J'ai du plaisir, mais je n'ai pas le droit, c'est indécent et inconvenant. Dans ce cas le plaisir est stoppé dès qu'il pointe son nez. Là encore, ces injonctions sont issues d'une éducation de la peur qui se transmet de génération en génération.

D'autres sont à l'aise avec la sexualité, éprouvent du plaisir, l'apprécient, mais refusent certaines pratiques courantes parce qu'elles les dégoutent. Par exemple, le sexe oralMoi, une femme convenable, vais-je m'abaisser à lécher le sexe d'un homme, être léchée par lui? De même pour le plaisir en solitaire. On vous a dit que la masturbation était non seulement répréhensible, mais nocive à la santé physique et mentale. Tout cela est le résultat de la diabolisation de la sexualité.

La honte et la sous-estime de soi sont des poisons qui sabotent votre vitalité et vous détournent de la joie de vivre. Une façon de vous en libérer est d'abord de reconnaitre qu'ils sont actifs en vous. Il est bon que vous puissiez en parler, si possible avec votre partenaire. Échangez librement chacun à votre tour sans interrompre l'autre sauf peut-être pour lui demander des précisions. C'est une excellente pratique pour approfondir votre relation et intensifier votre amour. Parler de vos difficultés, de vos peurs, de vos désirs.

Respectez-vous. Accueillez-vous tel que vous êtes: avec vos désirs, vos peurs, vos limites, vos résistances. Ne vous forcez jamais à pratiquer quelque chose qui vous déplait, même si vous pensez que vous devriez dépasser votre résistance. Ne vous jugez pas.

Les ombres de la personnalité embrouillent notre sexualité

L'exemple précédent de la honte nous a familiarisés avec le fait que certains traits négatifs inscrits dans notre inconscient viennent s'interposer de façon inattendue et intempestive dans notre vision et notre pratique de la sexualité. La relation sexuelle peut mettre à jour des accumulations émotionnelles et des préjugés qui l'empêchent de se développer librement, obscurcissant sa fonction originelle. Par exemple on peut rencontrer: perte de sens, incapacité à s'abandonner, culpabilité, interdiction du plaisir, peur de déplaire, jugements négatifs sur le corps et la sexualité, et d'autres que nous décrivons ici.

La peur d'être soumis à la femme

fleur épineuseMerci à Laetitia Tixier

La plupart des hommes portent les stigmates de leur relation avec leur mère. S'ils ont eu la chance d'avoir une mère qui leur a accordé toute sa confiance, si elle a reconnu en eux une graine de vie qu'elle a arrosée et laissé croitre selon sa nature, ils ont été magnifiquement préparé à une vie et une sexualité épanouies. Mais si le garçon a été soigneusement surveillé et contenu dans un espace étroit de liberté au nom de sa sécurité, si sa mère désirait le garder pour elle et lui demandait constamment des marques d'attention, ou si elle le modelait selon la vision qu'elle avait d'un homme, alors la mère est devenue une menace pour le garçon qui, devenu adulte, aura probablement des craintes inconscientes de s'abandonner vraiment à une femme dans la relation sexuelle.

S'abandonner à la femme résonne pour lui comme se soumettre au féminin. Il ne peut le faire que jusqu'à un certain degré et conserve une vigilance et un réflexe de contrôle. Mais il a toujours le pouvoir d'en prendre conscience et de décider de le transformer, avec l'aide de sa partenaire.

Beaucoup d'hommes ont peur d'être engloutis par la puissance de la femme. C'est une peur ancestrale, qui est transmise à l'homme depuis des siècles dans la société occidentale. C'est cette peur qui a entrainé les hommes à reléguer la femme au second rang, à la minimiser, voire l'humilier et la détruire. De ce fait, le féminin qui à l'origine s'offre généreusement, s'est recroquevillé en quelque chose de protégé, de secret, de mystérieux, qu'on ne peut plus voir en face, en toute transparence. Ce côté sombre et inconnu lui donne un aspect encore plus menaçant et ne fait que renforcer la peur.

L'aspect sombre et mystérieux du féminin qui se protège a généré certains fantasmes angoissants pour l'homme qui se représente la femme comme une castratrice, une mangeuse d'hommes. Il révèle ainsi qu'au fond de lui, il reconnait qu'elle peut exercer un pouvoir sur lui et le soumettre à ses désirs, même s'il affiche le contraire extérieurement. Sur le plan du fantasme sexuel, le vagin avale le pénis et le maintient sous son pouvoir. Il existe une imagerie dans laquelle le vagin est pourvu de dents. Le Vagina dentata apparait dans les mythes de presque toutes les cultures quelle que soit la religion dominante. Encore récemment (2008), le film Teeth de Mitchell Lichtenstein met en scène un jeune fille qui découvre que son vagin mord quiconque souhaite en abuser.

Le ressentiment envers l'homme

La femme peut avoir de nombreuses raisons d'en vouloir à l'homme. Elle porte les stigmates de la relation avec son père, qui peut lui avoir manqué d'amour (froideur, absence, autoritarisme, séduction, humiliation, violence, ou à l'inverse héros ou sauveur irremplaçable...). Elle est aussi marquée par des siècles de domination masculine où elle a été rabaissée et violentée.

Nombreuses sont les femmes qui ont subi des abus sexuels sous une forme ou une autre, parfois seulement en intention, mais nettement ressentie comme une intrusion. Les cas les plus fréquents se produisent avec des proches de la famille ou des connaissances, mêlés à des sentiments ambigus et coupables si une certaine amitié ou estime a pu se développer antérieurement avec l'abuseur. Un grand nombre de ces femmes se sentent salies et éprouvent de la honte. Ces épisodes sont inscrits en elles comme une terreur de l'homme, ou une trahison, avec parfois un désir de vengeance inconsciente. Très souvent, la femme oublie cet épisode d'abus, car il était trop douloureux de le supporter. Son esprit s'en est protégé en l'oubliant.

A l'occasion de l'union sexuelle, ces sentiments négatifs peuvent ressurgir sous une forme détournée. Par exemple par le manque de désir ou par des dérèglements organiques comme la vaginite.

Le manque de désir résulte parfois de mécontentements dans la vie de couple. Un exemple: la femme est déçue par son conjoint parce qu'il est souvent absent de la maison. Le manque de désir est sa punition inconsciente envers l'homme.

Les jeux de manipulation et de séduction

Une femme peut accepter de faire l'amour avec son partenaire, même si elle n'en pas envie, par peur de ne plus être aimée si elle refuse. Elle espère donc qu'en échange son partenaire lui sera reconnaissant et lui procurera sécurité et amour. Si, malgré son peu d'enthousiasme, elle accepte en riant, sur un mode ludique et aimant, cela ne crée aucune gène. Où la difficulté nait, c'est si elle accepte contre son gré, avec amertume. Quant à l'homme, il joue un jeu comparable s'il réagit avec colère ou amertume au refus de sa partenaire. L'amertume va ronger le couple.

Généralement, nous sommes conditionnés depuis l'enfance à ne recevoir des gratifications et de l'attention de la part de nos parents que si nous satisfaisons à leurs exigences. Par exemple, si nous leur sourions, si nous sommes sages, silencieux et immobiles, si nous avons de bonnes notes scolaires. Cela s'appelle de l'amour conditionnel, parce qu'on reçoit l'amour sous condition, ce qui à vrai dire n'a rien de l'amour. C'est un marché, un commerce: tu me donnes ton attention, même si tu n'en as pas envie, et alors je te gratifie aussi de mon attention ou d'un cadeau.

Adultes, nous fonctionnons encore beaucoup à notre insu selon ce marchandage, par conditionnement. Nous acceptons de faire des choses parce que nous pensons que nous en serons gratifiés par de l'argent, de la considération ou par l'estime des autres. Il se peut que la relation sexuelle intervienne aussi dans ces transactions. En acceptant de nous comporter en désaccord avec notre nature profonde ou notre être intérieur, nous ne sommes plus vrais, nous nous trahissons nous-mêmes et nous trompons l'autre. C'est au fond une manipulation subtile et inaperçue.

Manipuler, c'est manœuvrer pour amener l'autre à agir selon notre souhait, par exemple par la séduction, en le "prenant par les sentiments", par la menace (de ne pas accéder aux désirs de l'autre, etc.). Nous le faisons presque instinctivement sans nous en rendre compte, par conditionnement.

Il n'y a pas lieu de nous culpabiliser si nous découvrons que nous avons employé une dose de manipulation. Il suffit juste de repérer le jeu, de le reconnaitre, d'en parler à l'autre et d'en rire.

Virilité et valorisation

Dieux égyptiens en érectionBeaucoup d'hommes se sentent diminués si leur pouvoir érectile est en défaut. Ils placent leur valeur dans leur sexe. S'il n'est plus viril, l'homme ne se sent plus un homme, il a l'impression de ne plus servir à rien, il ne se sent plus rien. Le terme d'impuissance qui a été adopté pour décrire cette perte est très pernicieux, car il suggère que l'homme a perdu sa puissance propre.

Ceci provient d'une incompréhension de la nature de la puissance et du pouvoir. L'homme ressent son sexe comme un bâton de pouvoir qu'il peut exercer sur la femme et la conduire là où il ou elle veut. Il s'efforce d'être à la hauteur pour produire le résultat voulu. Si ce pouvoir s'arrête, il est perdu.

L'homme doit comprendre que la relation sexuelle n'est pas une démonstration de compétence, mais l'échange mutuel d'amour et l'écoute de l'autre. Il doit réfléchir sur la source de sa puissance et réaliser qu'elle n'est pas le pouvoir sur l'autre, mais une source de vie intérieure. Alors, il verra ses énergies se modifier et un autre type de puissance se développer en lui.

L'obsession de l'orgasme

Beaucoup de personnes s'imaginent qu'une relation sexuelle réussie doit conduire les deux partenaires vers l'orgasme. Cette image est encouragée par les médias en tous genres et certains ouvrages de sexualité. L'orgasme est considéré comme le but à atteindre et la relation sexuelle se transforme en une stratégie pour arriver au résultat final, stratégie appuyée par des méthodes à suivre.

Dans notre société dominée par l'homme, la nécessité pour la femme de connaitre l'orgasme et pour l'homme de le provoquer a causé un grand tort aux deux sexes. C'est loin d'être la façon la plus habile et la plus efficace d'amener les femmes à la jouissance. Cela marche peut-être dans les films pornos (dont la prétendue intrigue n'a pour but que d'exciter les fantasmes masturbatoires chez l'homme), mais cela ne donne en aucun cas aux hommes et aux femmes une image réaliste de l'orgasme et de la manière de l'atteindre. (L. L. Paget, L'orgasme sans tabou)

Dès lors qu'on vise un résultat, on se juge en terme de réussite ou d'échecj'ai obtenu ou non (j'ai été capable d'obtenir ou non) le résultat attendu.

Beaucoup de gens se refusent des rapports sexuels libres et aimants, même s'ils n'en ont pas conscience, parce qu'ils abordent la sexualité en termes de résultats... Non seulement nous "évaluons" la "réussite" du rapport sexuel, mais nous considérons le plaisir physique comme son but principal. Le plaisir est une chose naturelle mais aussi incertaine. (D. Chopra, Le chemin vers l'amour)

Si vous tentez d'atteindre un objectif, vous vous attachez à la réussite en espérant en obtenir la récompense. Reconnaissez-vous ce schéma de fonctionnement? Il est aussi présent en-dehors du champ sexuel, n'est-ce pas? Dans ce cas, vous vous fabriquez une tension mentale pour "y arriver" et cela crée un frein à la libre circulation de votre énergie, et donc une entrave à l'orgasme qui est abandon complet à soi-même. Autrement dit, vous obtenez le contraire de ce que vous voulez. La tension n'apparait pas si vous acceptez que le but ne soit pas atteint. Toutefois, le mieux est de ne plus avoir la vision d'un but quelconque, et d'accueillir ce qui se présente dans vos corps.

Avoir la vision préalable d'un point d'arrivée, c'est passer à côté de bien d'autres expériences enrichissantes. Lorsque vous décidez de marcher pour atteindre coute que coute le sommet d'une montagne, vous concentrez votre énergie et votre attention vers cet objectif. et vous ignorez ce qui vous est offert tout au long du chemin. Vous négligez la sensation du toucher d'un rocher, la bénédiction d'une eau de source, la méditation en face d'un paysage inspirant. Vous ne prêtez pas attention à l'opportunité qui s'offre de prendre un autre chemin, qui ne vous conduira pas au sommet comme vous l'avez programmé, mais vers un paysage inconnu, surprenant et régénérant.

La sexualité n'est pas une entreprise. Dans la sexualité épanouie, nous accueillons ce qui vient comme un ami qu'on reçoit. Nous nous laissons guider par le corps, ses sensations, et par nos sentiments.

S'évertuer à satisfaire le/la partenaire

Vouloir satisfaire sa/son partenaire est un autre objectif que l'on se donne fréquemment, mais il est fondé sur quelques illusions.

kamasutraIl est normal que vous souhaitiez que votre partenaire trouve de la joie et du bonheur dans la relation sexuelle et qu'il/elle soit comblé(e). C'est la manifestation de votre amour. Vous lui donnez votre amour, votre attention, votre écoute, votre disponibilité, votre présence. C'est un immense cadeau. C'est votre don.

Mais il ne vous appartient pas d'en évaluer ou d'en garantir les effets. Vous avez apporté votre part, le reste appartient à l'autre, cela dépend de son alchimie intérieure personnelle, de son histoire, de ses pensées, de ses peurs, de ses désirs. Vous devez réaliser que vous n'avez pas le pouvoir de l'amener à ce que vous souhaitez pour elle/lui.

Réfléchissez aux conséquences que cela entrainerait si vous en aviez le pouvoir. Cela signifierait que vous pourriez façonner l'autre selon votre vouloir... pour son bien, évidemment... du moins son bien tel que vous le concevez! Où est sa liberté?

Réciproquement, vous ne pouvez pas exiger de l'autre qu'il crée vos sentiments de bien-être, car il n'en a pas le pouvoir. Il peut seulement y contribuer, mais en définitive, vous seul pouvez créez votre état de bonheur (voir Le pouvoir des émotions).

La tendance à s'efforcer de satisfaire l'autre sexuellement est l'expression particulière de l'idée erronée qu'on se fait couramment dans notre société occidentale d'une relation de couple. Selon cet idéal, il reviendrait à chacun de combler les besoins de l'autre, son besoin le plus impérieux étant celui d'être aimé et apprécié. Habituellement le couple est fondé sur l'espoir illusoire d'étancher ce grand besoin.

Il est peut-être difficile de comprendre où se situe le défaut de cette conception, car il est clair que le couple n'a de sens que si les partenaires s'échangent appréciation et amour. Le défaut s'insinue dans le fait d'attendre de l'autre qu'il nous rende heureux. Nous sommes dans la demande plus que dans le don. C'est comme si nous lui demandions de guérir notre passé, nos vieilles blessures d'amour. Nous nous imaginons que l'autre a le pouvoir de faire naitre nos sentiments de joie, alors que ce pouvoir existe en nous-mêmes. Par là, nous remettons notre propre pouvoir à l'autre. En conséquence, lorsque notre attente n'est pas satisfaite, nous sommes dans la frustration et le ressentiment, et nous en faisons le reproche à l'autre. C'est tellement fréquent, vous connaissez? Or nous avons le pouvoir de guérir nous-mêmes notre passé, ce qui nous permet de rencontrer l'autre sur des bases bien plus solides et enrichissantes. (voir Hommes et Femmes)

Inversement, nous pensons être en mesure de créer un sentiment de joie chez l'autre, en être responsable, alors qu'en réalité, c'est lui-même qui s'ouvre à la joie. En cas d'échec, cette charge que vous vous donnez pourrait vous créer de la sous-estime ou de la culpabilité. Vous n'êtes pas responsable des sensations de l'autre.

Par contre, vous avez le pouvoir et la responsabilité de vos propres pensées et sentiments. Vous pouvez créer une atmosphère de respect, d'amour, de communication, d'échange profond, de tendresse et de joie.

Accueil et dialogue

Si nous souhaitons avoir une sexualité joyeuse, simple et légère, il est essentiel de nous dégager de ces sentiments dérangeants et de ces pensées enfermantes. Comment les gérer?

La première chose est de prendre conscience de leur présence active et de les accueillir sans aucun jugement. Ne les repoussez pas. Accueillez vos émotions et accueillez celles de l'autre. Soyez-en témoin et restez dans la bienveillance et l'humour pour vous-même et pour l'autre.

Si une réaction vous agace, vous perturbe ou vous choque, osez en parler avec votre partenaire avec franchise, courage et sincérité. Vous évoluerez dans le dialogue. L'amour est une évolution. La communication est nécessaire pour exprimer à l'autre qui vous êtes, ce que vous souhaitez, ce que vous ressentez, comment vous réagissez. Dites ce que vous pouvez accepter et ce que vous ne pouvez pas. Sinon vous risquez que l'autre ne s'en rende pas compte.

Malheureusement, le plus souvent, on est loin d'une communication aisée et franche. La communication authentique se heurte aussi à des peurs et des sentiments négatifs. Si c'est trop difficile pour vous, ou si votre partenaire refuse d'engager une conversation, vous pouvez lui proposer de lire cet article et d'en discuter. Vous pouvez en parler à quelqu'un d'autre qui sait vous écouter sans jugement, ou aller consulter un thérapeute.

La sexualité essentielle

Si nous cherchons à vivre une sexualité qui nous remplisse, nous devons comprendre comment elle fonctionne en nous et en l'autre. C'est une démarche de connaissance de soi sur les plans physique, relationnel et spirituel. Cela commence par la prise de conscience que des idées reçues et des sentiments négatifs s'agitent à l'intérieur de nous à notre insu et nous détournent de notre Moi véritable.

En effet, pour la majorité d'entre nous, nous vivons dans la dualité. En nous s'affrontent deux parties, deux personnages, deux forces de natures inégales. L'une est notre Moi véritable (notre Essence) et l'autre est une personnalité fabriquée par les circonstances, nos vécus plus ou moins dramatiques, et l'éducation reçue tout au long de notre vie (voir article L'enfant intérieur). Les traits négatifs de peur et de rigidité et les idées reçues sont inscrits dans notre personnalité, non dans notre être véritable.

Nos dysfonctionnements, en particulier ceux de la sexualité, résultent d'une dichotomie entre ces deux aspects de nous, et du fait que la personnalité se manifeste de façon intempestive et voile le Moi véritable. Lorsque la personnalité reconnait la présence de l'Essence, se met à son écoute et fonctionne de concert avec elle, tout s'harmonise et s'unifie. En cessant d'obéir à notre personnalité, à ses jeux de pouvoir et ses complications, en étant attentifs au langage et aux signaux de notre Essence, nous percevons ce qui est juste et bénéfique pour nous. Vivons une sexualité qui soit l'expression de notre Essence, une sexualité essentielle.

Comment reconnaitre le langage de votre Essence? Il est vraiment simple et immédiatement accessible à tous. Ce sont vos sentiments, que vous devez apprendre à percevoir dans la finesse. Vous reconnaitrez que vous êtes en accord avec votre Essence chaque fois que vous ressentirez de la joie, de l'humour et de la légèreté, que vous vous sentirez rempli et en paix. Dans le cas contraire, vous êtes le jouet d'un quelconque sentiment négatif de la personnalité qui veut se manifester, comme le ferait un enfant bougon et mal aimé.

Être dans la sexualité essentielle, c'est savourer la pratique sexuelle avec le même naturel, la même simplicité, la même innocence, le même émerveillement que manifeste un enfant qui se régale dans un bain. C'est vivre une relation joyeuse, ludique et légère, tout en restant profonde et respectueuse. Elle est l'expression créative de ce que nous sommes véritablement.

Pour vous aider à vous familiariser avec cet aspect de vous, voici d'abord quelques indications de base, suivies de suggestions pratiques dans la section suivante.

Vivre la sensation du moment

Vivre la sexualité en connexion avec son Essence, c'est d'abord ne plus se préoccuper de son passé ni de son futur. C'est vivre le moment présent. Pour l'homme, c'est peut-être sentir le plaisir d'une érection sans avoir en vue de s'introduire immédiatement dans la femme, ou pour la femme, sentir la douceur d'une caresse sans se préoccuper d'être prête pour l'homme.

Ne vous préoccupez pas de ce qui va se passer dans un quart d'heure, une minute ou quelques secondes. Efforcez-vous d'être présent à ce que vous faites. Exercez une attention légère, flottante, sans tension ni crispation. Ne faites pas l'amour comme une compulsion, un acte automatique. Vivez pleinement et consciemment vos sensations, savourez-les.

A ta santé

Vivre au présent, ici et maintenant, c'est être pleinement présent à ses sensations, à ses actes. Retenu par un hier qu'on ressasse ou précipité dans un demain qu'on appréhende, on ne profite pas de l'heure agréable qui passe et on ne vit pas la réalité, souvent source de joie. Efforçons-nous donc de nous recentrer sur le présent, d'être tout entiers à ce que nous ressentons, à ce que nous faisons. Écartons les concepts, les interdits, la honte, la culpabilité, les blessures, les rôles, l'angoisse. Vivons l'instant, vivons la sensation plénière. Soyons dans la pulpe de nos doigts, dans les papilles de notre langue, dans les récepteurs de notre odorat, soyons dans notre sexe, soyons en nous, soyons avec l'autre. Être dans la sensation consciente, c'est aussi se respecter, respecter l'autre, respecter la merveilleuse nature qui nous offre ce bien-être. Et c'est le moyen de trouver la félicité et un bon équilibre mental. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

De cette façon, vous profiterez pleinement d'une caresse, d'un verre de jus de fruit dégusté ensemble, du regard de l'autre.

Le plaisir, pour la majorité des gens, c'est une projection mentale. Il faut vraiment se rendre compte, au niveau plaisir et douleur, qu'il est exceptionnel de sentir un plaisir sans fantasmer dessus. Êtes-vous capable de ressentir une caresse sans faire d'histoire, sans bâtir une histoire autour, sans vous demander de qui elle vient, ce qu'elle signifie, etc? La réceptivité sensorielle va très loin. Cette exploration fait partie de la démarche tantrique. Voir à quel point ce qu'on croit être ressenti est, en fait, pensé. On ne ressent pas: on pense le ressenti. (Éric Barret, Nouvelles Clés, accès 2011)

Vivre pleinement le moment présent ouvre des portes, et pas seulement dans la pratique sexuelle. C'est nous découvrir dans notre véritable nature, c'est percevoir comment nous fonctionnons, c'est découvrir toutes les dimensions de soi. Cela a été enseigné de longue date dans différentes traditions, que ce soit dans l'enseignement amérindien, le tantra ou la méditation Vipassana. Par exemple, Vipassana est un moyen de se transformer à travers l'attention portée aux sensations physiques du corps.

Attention à l'autre et à soi-même

Toute expérience relationnelle orientée vers l'échange vrai nécessite une écoute accueillante, attentionnée et compréhensive vis-à-vis de l'autre. Mais il est important de ne pas oublier l'écoute bienveillante vis-à-vis de soi-même, de son enfant intérieur.

Lorsque vous écoutez l'autre, vous êtes avec lui/elle et votre attitude est adaptée à ce qui se passe sur le moment, à ce qu'est l'autre dans sa particularité à ce moment. Soyez attentifs à ses réactions et aux sensations qui vous parviennent.

Lorsque vous faites l'amour, plutôt que tenter de vous remémorer ce que les livres décrivent sur les hommes et les femmes, ce qu'il est bon de faire, ce qu'ils/elles désirent, quelle méthodologie il faut employer, plutôt que de vous faire une représentation dans votre tête, écoutez l'autre, ce qu'il/elle vous dit par ses mots, son regard, son corps. Il se peut que ses réponses ne correspondent pas à ce qu'on vous en a dit dans les manuels, ni dans le présent article.

Le lâcher-prise

Lâcher prise, c'est s'abandonner. C'est abandonner son envie ou son souci de contrôler ce qui va se passer dans le futur immédiat ou plus lointain. C'est s'en remettre à la vie, se laisser guider par les sollicitations de son enfant intérieur. C'est être attentif aux sollicitations de l'autre qui peuvent se présenter, tout en conservant sa liberté de répondre oui ou non. Cela demande de ne pas craindre d'être emmené dans le nouveau, dans l'imprévu.

Dans l'exercice de la sexualité, il ne s'agit donc pas de s'abandonner à la volonté de l'autre, mais au flux de son propre SOI. C'est accueillir ses émotions, ses sensations et celles de l'autre comme elles viennent. C'est se laisser porter par elles, c'est accueillir le plaisir dans son mode d'expression particulier du moment, et savourer pleinement ses effets.

Vous trouverez votre chemin non en pensant, en sentant ou en faisant, mais en vous abandonnant. (Deepak Chopra, Le chemin vers l'amour)

L'abandon à soi-même se cultive, s'approfondit dans la durée de la relation avec l'autre. Il demande la sécurité et la paix de l'esprit. Si la relation se construit dans l'amour et la fidélité, il est possible de s'abandonner de plus en plus profondément à chaque fois. Le lâcher-prise, c'est aussi la confiance en la vie, en soi et en l'autre.

Jeu, spontanéité et humour

Jouer, c'est inventer au fur et à mesure sans but défini, comme le font les enfants. On ne cherche pas à reproduire quelque chose, ni à produire un résultat. On laisse venir ce qui vient sans jugement et on crée le jeu comme une danse spontanée. J'invente et je crée dans la liberté, en réponse au geste de l'autre, tout en restant juste avec moi-même. Je vis chaque rencontre, chaque orgasme avec mon/ma partenaire comme s'ils étaient nouveaux à chaque fois.

rire

La créativité et la spontanéité viennent d'une liberté intérieure, une liberté de l'esprit qui prend place dès lors qu'on ne laisse plus de place aux sentiments négatifs et à la personnalité avide. Attention toutefois de ne pas exiger de vous d'être ce modèle de liberté en tout temps, parce que vous reconnaissez toutes les ombres dans lesquelles vous vous débattez au quotidien. Il ne faut pas croire qu'il faut avoir éliminé toutes nos pensées perturbatrices une fois pour toutes pour pouvoir vivre des moments de liberté. Vous avez déjà cette capacité de liberté intérieure.

Nous avons tous des moments de paix où nous sommes dans un état de liberté et d"expansion: face au sourire d'un enfant, au moment où nous nous laissons aller à danser sur une musique, devant la beauté d'un paysage, dans la douce fraicheur d'un bain de mer par temps chaud, ou en savourant les tendres caresses de l'aimé(e). Ayez confiance que vous avez déjà vécu de tels moments et qu'ils font partie de vous. Acceptez de donner place à cet état.

Dans le jeu et la liberté, vous pouvez sentir l'énergie de vie dans votre corps. L'énergie de vie, c'est ce qui se manifeste par la respiration, les battements du cœur, les mouvements, et aussi l'expression sexuelle. Elle est l'expression physique de notre Moi véritable. Dès sa naissance, le bébé prend plaisir à sentir son corps bouger, à toucher et à saisir. De même, la fonction sexuelle est naturelle et saine. Elle nous procure de la joie lorsqu'elle est la pleine expression de notre énergie de vie.

L'humour est l'une des expressions de cette liberté saine et joyeuse. Être en connexion avec son Essence, c'est se détacher de tous les aspects de soi auxquels on tient à s'identifier. On peut alors rire de soi, avec tendresse. On peut rire de tout car on se voit et on voit les autres comme des acteurs sur une scène en train de jouer une comédie. On peut rire de soi y compris dans la relation sexuelle. À d'autres moments, on préférera le silence, l'émerveillement, le recueillement.

L'émerveillement

Le don d'émerveillement est cette faculté de recevoir les sensations, et particulièrement la beauté de toutes choses, dans toute leur primeur, dans toute notre fraicheur, avec étonnement et enthousiasme. Comme le fait l'enfant, comme on le fait dans des états rénovés de conscience: l'état amoureux, la convalescence. Aussi décidons de nous resituer dans la virginité de notre sensibilité et d'accueillir les sollicitations sensitives comme si elles étaient nouvelles, comme si nous étions nouveaux. Autrement dit, décidons de nous rendre disponibles, de sortir de la prison de la rationalité. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

*********

Si nous récapitulons les qualités évoquées pour manifester notre essence, il est remarquable de constater qu'elles sont identiques à celles que nous avons repéré pour le développement de notre fonction spirituelle (voir Spiritualité et développement personnel): sincérité, humilité, simplicité, patience, écoute, bienveillance et tendresse, non-jugement, accueil, confiance, abandon, rire, conscience, responsabilité. Cela n'a rien de surprenant car la sexualité essentielle est l'une des manifestations de la spiritualité.

Notons que ces qualités sont essentiellement de polarité féminine: accueillir le moment, être dans le jeu, l'écoute, l'invention et non dans la performance. Hommes et femmes sont dotés de ces qualités, mais les hommes auront souvent besoin d'une rééducation pour s'autoriser à les exprimer. Que vous soyez femme ou homme toutefois, ne vous préoccupez pas de devenir quelqu'un de parfait, avec une nouvelle sexualité. Il ne s'agit pas d'un nouveau modèle à atteindre, répétons-le. Ne vous efforcez pas de changer brutalement vos habitudes. Laissez simplement parler votre cœur en vous détachant de ce qui ne vous convient plus. Soyez dans l'écoute et le dialogue et tout évoluera selon votre propre rythme et pour votre confort.

La danse sexuelle

Humour

Deux dames se racontent leurs aventures amoureuses. L'une demande à l'autre:

- Et toi, tu fumes après l'amour?

- Oh je ne crois pas, répond l'autre, je n'ai jamais remarqué. Et tu sais, j'emploie du lubrifiant.

Voici quelques suggestions pratiques pour vous guider dans une sexualité épanouie. J'insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas de règles à suivre, mais de suggestions pour sortir de comportements tout faits. Ce sont des propositions pour élargir le champ de votre expérience et découvrir de nouvelles facettes de vous-même. En faire des règles serait retomber dans un nouveau schéma.

Préparatifs

Il est bon de préparer votre corps. Se laver, c'est offrir à l'autre le meilleur de soi. Mais c'est aussi s'offrir du bien-être pour soi, se sentir le plus détendu possible. Une douche est aussi un lavage psychique, pour vous débarrasser de l'énervement ou de l'activité mentale que vous venez juste de quitter, au téléphone, dans un embouteillage, avec d'autres personnes. Plutôt que d'amener avec vous ces tensions psychiques sur la scène du couple, quittez-les avant, comme vous quittez vos habits. La douche, le bain, sont des sas pour entrer dans un autre monde, celui de l'abandon à soi. Et aussi celui de la sensualité. La douche, le bain, pourquoi pas à deux?

Vous pouvez préparer votre lieu, comme vous le préparez pour recevoir un être important. Vous pouvez aménager la salle (qui n'est pas forcément votre chambre) pour qu'elle soit agréable et confortable. Vous devez décider ensemble si vous l'éclairez pour pouvoir vous regarder et découvrir vos corps respectifs, ou si vous préférez la pénombre parce qu'un dévoilement trop direct vous intimide. Toute cause de gène doit être éliminée. Faites en sorte de ne pas être dérangés.

Prévoyez un temps suffisamment long. Ne soyez pas préoccupé par un rendez-vous placé juste après.

Les "préliminaires", un échange à part entière

On dit souvent, c'est bien connu, que la femme ne peut pas procéder à l'accouplement immédiatement, car elle a besoin de préliminaires. Les préliminaires consistent à effectuer des caresses pour laisser au désir de la femme le temps de monter. Cette indication a pour mérite d'attirer l'attention sur les besoins de la femme et de reconnaitre sa spécificité sexuelle. Il a pour inconvénient de ne pas la reconnaitre suffisamment en la décrivant selon une approche masculine, comme on va le préciser.

En premier lieu, il ne s'agit pas de faire des préliminaires une règle de conduite, une méthode obligatoire: J'ai appris comment une femme fonctionne, donc j'applique la leçon. Si on transforme cette invitation en mode d'emploi, on reste dans sa tête et on passe à côté de l'écoute et de la créativité du moment présent. Qui donc que la femme elle-même peut décider de quoi elle a besoin ou envie? Il n'est nul besoin que lui ou elle se préoccupent de leçons qu'on leur a dictées. Le questionnement sur les préliminaires s'efface dès qu'on est à l'écoute de l'autre: on suit ce que les corps expriment, sans réfléchir à la phase suivante de la méthode.

Et les corps s'expriment selon le contexte. Si on vient de s'occuper des devoirs scolaires des enfants avant qu'ils se couchent, il est probable que l'attention n'est pas orientée vers le corps et qu'il est besoin d'un moment pour s'y connecter. Mais si on vient de se baigner, de s'embrasser dans la cuisine ou dans la douche, les préliminaires peuvent déjà avoir eu lieu.

La séparation en deux phases, les "préliminaires" et la "pénétration", n'existe qu'en fonction de la façon dont on envisage le déroulement de ces phases. La "pénétration" peut inclure des préliminaires en étant très lente. Certains hommes caressent longuement la vulve avec leur sexe, ce qui rend le passage de l'un à l'autre très progressif.

Venons-en au principal: le mot préliminaire en lui-même contient un relent d'orgasme masculin. Il sous-entend préliminaire en vue d'autre chose. Donc le préliminaire n'est conçu que pour la suite. Parler de préliminaires implique qu'en pensée on est déjà dans l'après-préliminaire.

Or les préliminaires sont un échange à deux à part entière, qu'ils aient une suite ou non. Ils se suffisent à eux-mêmes. Ils ne sont donc pas des préliminaires, mais un mode d'expression particulier de l'échange amoureux de deux corps dans la tendresse. Il est possible que ce mode dure des heures et qu'il ne se prolonge pas par un accouplement génital. Tout dépend du moment et de la danse des corps qui nait à ce moment.

Les massages constituent une forme d'approche sexuelle très intéressante et très agréable. En premier lieu, ils répondent au besoin fondamental du petit enfant d'être touché et caressé, qui bien souvent n'a pas été satisfait. Cela crée donc une détente très favorable à l'expression sexuelle, même si apparemment elle ne va pas dans le sens de l'excitation. Patience! En deuxième lieu, ils permettent une expérience qu'on a rarement l'occasion de vivre: quand vous êtes massé(e), vous recevez et vous n'avez pas à vous préoccuper de votre partenaire, de son plaisir. Il/elle vous l'offre. Laissez-vous recevoir du bien-être et de l'amour comme un bébé, sans avoir à le mériter et ni donner en retour. Pour une fois, c'est permis! Vous donnerez ensuite, lorsque vous échangerez vos rôles.

Découverte des sensations corporelles

L'échange de tendres caresses pendant un long moment est également extrêmement profitable à l'homme. S'il pense tout de suite à la pénétration, il se fige sur le plaisir qu'il a déjà connu et qu'il cherche à retrouver. Il n'est pas ouvert au nouveau, à la surprise. Il passe à côté de nouvelles sensations que son corps peut lui procurer par les caresses, les massages érotiques, ou simplement une longue étreinte en silence.

clitoris
Anatomie du clitoris

Contrairement à une idée répandue, le clitoris ne se limite pas à la pointe extérieure (en haut sur l'image). C'est un corps long de 8 cm environ, qui se prolonge de part et d'autre de l'urètre et du vagin jusqu'aux cuisses
(d'après Helen O'Connell)

Je touche l'autre,je le caresse, je le masse, sans chercher à obtenir une réaction de sa part. Je me laisse toucher, caresser, masser, et je savoure. Je fais signe si quelque chose ne me convient pas.

Vous pouvez aussi masser son sexe longuement. Avez-vous déjà eu l'occasion de sentir votre sexe massé pour lui-même, non pour le préparer à une suite, mais pour la sensation et la découverte de cette partie un peu étrange de vous. Massez le sexe de l'autre comme vous masseriez son visage, avec amour et tendresse, un quart d'heure, ou bien plus, aussi longtemps que vous voudrez et qu'il/elle voudra.

Vous pouvez vous offrir la lenteur.

La "lenteur est chose divine" écrit Daniel Odier (dans Nouvelles Clés, accès 2011). Il est vrai que la rapidité est incompatible avec la sensualité. La sensation n'apparait dans toute sa pureté, dans toute sa splendeur que lorsque la conscience est retenue. Il faut donc prendre le temps de vivre, le temps de jouir. Sortir de la compulsion et entrer dans la délectation. Quand vous embrassez, embrassez longtemps, quand vous caressez, caressez longuement. Faites les choses infiniment. Ce qui n'exclut pas les unions éclairs quand chacun, pris par un irrésistible désir, se donne fougueusement à l'autre. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

Pénétration et fusion

Lorsque le moment est venu de fusionner, les sexes viennent s'épouser. Il est habituel de nommer pénétration cet "emboitement" parce que le sexe de l'homme pénètre dans la vulve de la femme. Or ce n'est là qu'une façon parmi d'autres de considérer l'acte. C'est celle qui laisse l'initiative à l'homme. C'est tout-à-fait possible. Mais il faut être conscient que le même acte d'épousailles peut être réalisé avec une autre attitude d'esprit.

Pour comprendre cette subtilité, que vous soyez homme ou femme, imaginez que vous introduisez votre doigt dans votre bouche. Placez d'abord votre attention dans votre doigt. Sentez-le pénétrer dans votre bouche. Maintenant, changez votre point de vue en plaçant votre attention dans votre bouche, c'est elle qui va aller embrasser le doigt, le sucer si vous préférez. Sentez ce qui est différent et les sensations que cela procure.

De même, dans l'accouplement, on peut considérer que la "bouche" vaginale de la femme (avec ses lèvres) vient embrasser le pénis, le "sucer", le masser doucement, l'avaler, ce qui ne peut plus s'appeler pénétration. Remarquez que le même acte, l'emboitement des deux sexes, prend un caractère différent selon que le mouvement est à l'initiative de l'un ou de l'autre.

Cela démontre que le geste extérieur n'est pas important en soi. La qualité du geste se trouve dans l'intention et les sentiments qui le sous-tendent. Vous pouvez imaginer, homme ou femme, que votre sexe est comme une main qui touche et caresse, fait connaissance, dialogue avec le corps de l'autre. Il n'y a plus de pouvoir de l'un sur l'autre, mais une rencontre dans l'écoute et le respect. La rencontre peut prendre la forme d'une sorte de danse, selon l'état physique et selon l'état d'âme, parfois dans la lenteur, parfois dans l'excitation, parfois dans l'immobilité. L'un peut mener, ou c'est l'autre. Puis il y a synergie et personne ne mène plus que l'autre, on est les deux en même temps, le doigt, la bouche, tout le corps, deux corps qui n'en forment qu'un.

Les sécrétions de la femme

Lorsque le corps de la femme s'abandonne au plaisir, il s'ouvre et laisse émaner ses substances vaginales. D'abord, le vagin se lubrifie. Mais d'autres sécrétions du vagin sont émises ensuite, sorte de transpiration des muqueuses dont la composition est variable en fonction de la stimulation sexuelle.

Orchidée
Orchidée. Merci à Laetitia Tixier

Certains hommes sont dérangés par ces sécrétions. Du coup les femmes elles aussi sont gênées par crainte de déplaire. Le malaise des hommes peut venir en partie du fait qu'ils associent les sécrétions à quelque chose de dégoutant. A cela on peut les renvoyer à la façon dont leur sperme peut être reçu par les femmes. Le considèrent-elles comme dégoutant? Et eux-mêmes? A bien y regarder, le dégout n'est peut-être que l'apparence d'un réflexe de recul vis-à-vis d'un phénomène inconnu qui les dépasse et qu'ils ne peuvent maitriser. Le corps féminin est tellement mystérieux!

Or, hommes et femmes, vous pouvez changer votre regard sur ce phénomène féminin. Prenez en compte qu'il est à sa plus grande intensité au moment où la femme s'offre totalement à son partenaire et à elle-même. Elle s'ouvre comme une fleur, elle libère et offre ses parfums, son miel. C'est son don à la vie, au mystère.

Toutefois, si vous êtes gêné, ne vous forcez à rien, ne faites rien à contre-cœur. Acceptez cette appréhension comme une conséquence de votre éducation, de votre histoire. Vous évoluerez doucement en dialoguant tendrement.

La même difficulté survient vis-à-vis des règles. L'homme comme la femme peuvent en être gênés. Il n'y a aucun inconvénient à faire l'amour pendant les règles. Considérez qu'au moment de ses règles, la femme s'offre dans son aspect le plus intime. Sa confiance et son ouverture est un cadeau pour l'homme.

Apprenez à accueillir les sécrétions avec un regard différent. Les sécrétions sont bien plus qu'une lubrification et les règles bien plus que l'évacuation d'une muqueuse qui n'aura servi à rien. Elles transportent, de même que le sperme, des qualités énergétiques tout-à-fait intéressantes (voir Alchimie sexuelle).

Maitrise de l'éjaculation

Il est habituel de penser que l'orgasme de l'homme se produit à travers et grâce à l'éjaculation. Or c'est faux. Des orgasmes de l'homme peuvent également advenir sans éjaculation. Cela prouve qu'orgasme et éjaculation ne sont pas liés même si l'une peut entrainer l'autre. Mais comment faire l'expérience d'orgasmes sans éjaculation et dans quel but le ferait-on?

L'éjaculation se produit habituellement par réflexe et l'homme subit les réactions de son corps. Il ne peut faire l'expérience de l'orgasme sans éjaculation que s'il a appris à maitriser ce réflexe, comme on maitrise un cheval fou. Il doit donc prendre conscience de la gamme de sensations qui se déroulent au fur et à mesure que son désir monte, les apprivoiser, et retenir son éjaculation lorsqu'il sent qu'elle est sur le point de se produire.

Les hommes habitués au sentiment d'exaltation que procure l'éjaculation peuvent être enclins à penser qu'ils vont être privés de ce plaisir majeur et que c'est un sacrifice bien inutile. Ce n'est pas un sacrifice et c'est utile. Ce n'est pas un sacrifice, comme en témoignent des hommes (et leurs compagnes) qui ont expérimenté cette pratique. Ils affirment que la rétention de l'éjaculation bien menée et bien comprise peut conduire à des plaisirs plus grands encore, mais d'une autre nature. C'est utile parce que la relation sexuelle peut se prolonger indéfiniment, elle n'est pas stoppée par la baisse de tonus et l'impossibilité d'une érection consécutives à l'éjaculation.

L'homme qui as su contrôler son éjaculation découvre quantité de plaisirs nouveaux. Sa première découverte, c'est la volupté extraordinaire qui nait à son lingam [pénis]; toujours croissante, elle deviendra une sensation exquisément majeure qui fondra son lingam dans la yoni [vulve] et dissoudra son corps dans le corps de la femme. Sa deuxième découverte, c'est le "préorgasme": si l'orgasme explosif ne se produit pas, en revanche l'homme ressent l'acmé de jouissance qui précède l'éjaculation retenue. Et cette jouissance, il peut la renouveler tant qu'il veut puisque son désir et son érection persistent; et elle sera de plus en plus forte. Sa troisième découverte est que cette ascension continue de plaisirs va le mener à l'extase qui est plus qu'un plaisir suprême: l'accès à un état de conscience supérieure. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

L'entrainement est progressif, au même titre qu'un entrainement sportif doux ou un yoga. Il est très profitable de l'effectuer avec l'aide de la partenaire. Prendre conscience des muscles pelviens, ceux qui sont à la base du bassin et qui sont mobilisés par les mouvements de contraction de l'anus et du pénis, et s'entrainer à les contracter souvent indépendamment les uns des autres et de plus en plus longtemps. Penser à respirer profondément en même temps. Masser et caresser doucement le pénis pour faire monter le plaisir sexuel. S'entrainer à contenir le réflexe d'éjaculation à des points d'excitation de plus en plus forts (voir des conseils pratiques détaillés dans l'ouvrage de Barbara Keesling, L'orgasme multiple au masculin).

baiser

Par cette pratique l'orgasme masculin se rapproche de l'orgasme féminin. L'homme peut bénéficier d'orgasmes multiples. Les deux partenaires sont en phase. La femme elle aussi en tire des bénéfices très appréciables.

Les bénéfices pour la femme sont évidents. D'une part la prolongation de l'union va lui donner tout le temps qui lui est nécessaire pour élever son niveau d'excitation et atteindre son paroxysme, qui est souvent plus lent à survenir. D'autre part, le contrôle de l'éjaculation, en perpétuant le désir et l'érection de l'homme, va permettre à la femme de connaitre plusieurs orgasmes, elle qui est capable de les renouveler sans lassitude. Par ailleurs, le contact prolongé de sa yoni avec le lingam lui procure des voluptés inouïes, de plus en plus ardentes, jusqu'à sentir son sexe fondre et se fusionner avec le lingam et cette lave envahir son corps. Enfin l'accumulation de ses plaisirs va propulser la femme dans l'extase, elle aussi. (Dr Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

C'est en concertation que les amants décideront d'explorer cette pratique, car elle nécessite la participation des deux. La femme doit accepter, au cours de l'apprentissage, que son partenaire ait besoin de stopper l'excitation lorsqu'il s'approche du point critique.

La pratique occidentale actuelle de la rétention est issue des enseignements tantriques orientaux, bien qu'elle ait été connue en Égypte, en Europe et en Amérique dans les temps anciens. Diffusée en Occident, elle a été reprise, isolée de son contexte philosophique et adaptée par des sexologues et des groupes de recherche en spiritualité ou en vie saine. L'une de ces méthodes est la karezza, prônée par J.W Lloyd et A.B. Stockham, dans laquelle les partenaires recherchent une tendre proximité, une union et un développement spirituel mutuel.

Certains couples pourront choisir cette pratique comme mode de vie. D'autres choisiront, selon leur convenance du moment, de retenir ou non l'éjaculation. L'éjaculation apporte aussi ses bénéfices. Outre la sensation d'ivresse connue par l'homme de se laisser traverser par cette force puissante, la femme en ressent aussi les effets et la force. Selon J. Sion (Le manuscrit de Marie-Madeleine), au moment où le sperme gicle sur les parois de son vagin, le mouvement des fluides crée une puissance magnétique que l'homme et la femme reçoivent dans leur corps, à condition d'être dans un état de lâcher-prise et d'élévation spirituelle.

Maitrise sexuelle du corps

En plus de la maitrise de l'éjaculation, il est très intéressant de développer une certaine maitrise du corps pour recevoir plus de bénéfices de la pratique sexuelle. Lorsqu'un danseur s'entraine pour élargir ses possibilités corporelles, il augmente la palette d'expression des mouvements de son âme. De même, en ayant une connaissance plus fine et plus intime de votre anatomie et en donnant plus de mobilité et de souplesse à votre bassin, vous augmenterez la gamme de vos sensations sexuelles.

Il est recommandé de bien connaitre votre anatomie et celle de votre partenaire. Présentez votre anatomie à l'autre, comme vous lui présenteriez un ami. Faites une connaissance intime en massant soigneusement les organes sexuels de l'autre, qui pourra communiquer ce qu'il/elle ressent et donner des indications sur ce qui lui plait ou non.

périnée de femme périnée d'homme

Muscles du périnée chez une femme (Wikipédia)

Muscle du périnée chez un homme (Wikipédia)

Apprenez à faire bouger à volonté (contracter et décontracter) les différents muscles du plancher pelvien (périnée). Selon le site Mon-Intimité, "le plancher pelvien est composé de plusieurs muscles et fascia. On distingue 2 niveaux de muscles: 1° la partie superficielle, appelée aussi diaphragme uro-génital, formée par le muscle urétro-vaginal issu du muscle bulbo-caverneux, l'anus et le muscle transverse du périnée. 2° la partie profonde, appelée aussi diaphragme pelvien, formée par le muscle releveur de l'anus." Le muscle pubo-coccygien souvent cité est une partie du releveur de l'anus.

Aussi bien pour les hommes que les femmes, il est bon d'apprendre à contracter chaque partie séparément, les muscles de l'avant, les muscles de l'arrière, les muscles de la couche supérieure et les muscles du plancher. Un entrainement est nécessaire, car nous ne sommes pas habitués à faire fonctionner volontairement ces muscles. Non seulement vous acquerrez une meilleure maitrise sexuelle, mais vous stimulerez la circulation des fluides et des courants énergétiques de cette zone souvent rigidifiée par des peurs, des traumatismes et des interdits. Même si vous avez reçu l'injonction Ne remue pas les fesses quand tu marches, tu ressembles à une putain, autorisez-vous à bouger les fesses et tout le reste avec souplesse et joie.

La femme peut atteindre la maitrise du vagin par contraction - décontraction des muscles du plancher pelvien et des muscles abdominaux. Certaines femmes utilisent un petit œuf vaginal en pierre ou en plastique médical qu'elles sont capables de faire monter et descendre dans le vagin. Dans des civilisations anciennes, les geishas, les femmes des empereurs chinois, les femmes des harems utilisaient des boules ou œufs en pierres semi-précieuses pour tonifier leurs muscles intimes et acquérir un contrôle des mouvements du vagin... Les plus douées pratiquaient deux boules: elles faisaient descendre une boule et en même temps remonter la deuxième, dans le but de les frapper l'une contre l'autre; parfois elles étaient même capables de faire une rotation des boules! (site MonIntimite)

Pendant la pratique sexuelle, suivez votre respiration en conscience, au moins pendant quelques instants. Cela vous permettra de voyager dans d'autres espaces. Que ce soit dans des moments calmes ou d'excitation intense, essayez ceci: dirigez votre inspiration vers le ventre, inspirez profondément; ralentissez consciemment la respiration. Et découvrez!

Échanges énergétiques

L'orgasme met en circulation un flot important d'énergie qui stimule les différentes parties du corps et pas seulement la zone pelvienne. Il réagit par des manifestations spontanées variées qu'il est bénéfique d'accueillir: spasmes, tremblements, émotions, rires, pleurs, sons vocaux, cris, etc. Les pleurs, qui intriguent et parfois choquent certains et certaines, n'indiquent en aucune façon un chagrin ou un drame, mais au contraire une libération intense d'énergie de vie. Honorez-les.

D'autres manifestations énergétiques ont lieu sur des plans plus subtils. Nous dégageons en permanence un champ bioénergétique qui est perçue par les autres. Réciproquement, nous sommes réceptifs aux champs bioénergétiques des autres. Même si cela vous semble étrange, vous pouvez réaliser que c'est une expérience habituelle et familière. Si quelqu'un est triste par exemple, vous le ressentez facilement, vous le sentez habité d'une énergie lourde et cette énergie lourde vous atteint. Ce phénomène est explicable par l'existence des corps énergétiques et de l'aura (voir Chakras et corps subtils).

Contrôlez la qualité de l'énergie échangée

Dans un échange relationnel, l'énergie de l'autre s'infuse dans notre aura et réciproquement. Si son énergie est lourde, et si nous nous laissons envahir par son émotion, nous pouvons en être affectés et devenir tristes ou fatigués. Mais si nous savons rester dans la confiance et la légèreté, si nous ne nous impliquons pas émotionnellement dans les émotions de l'autre, si nous restons centrés sur la respiration, alors les énergies parasites de notre aura sont dispersées. Tout reste en équilibre.

Faire l'amour, c'est aussi émettre ses énergies et recevoir celles de l'autre de façon approfondie. Lorsque vous faites l'amour, vous vous confiez à l'autre dans votre plus grande intimité et vos corps sont plus réceptifs. Si vous faites l'amour dans une intention de pouvoir et de manipulation, vous contribuez à abaisser les énergies de l'autre. Inversement, si vous faites l'amour dans le respect de l'autre et le don de vous, vous nourrissez son énergie d'amour. Les énergies qui sont ainsi communiquées à un partenaire peuvent rester incrustées dans ses corps énergétiques.

Inversement, un partenaire peut être encombré de vieilles énergies provenant de ses anciennes relations, énergies encore présentes et influentes. Donc attention si elles sont lourdes. N'en soyez pas effrayé pour autant, ne repoussez pas forcément cet être, mais soyez conscient. Purifiez-vous si nécessaire discrètement après un échange amoureux parasité, ou bien de vos anciennes relations. Utilisez des huiles essentielles en parfum ou en friction, méditez, visualisez que vous restituez ces parasites à la lumière (voir Puissance de l'imaginaire), pardonnez-vous et pardonnez à vos anciens partenaires, et surtout ressentez votre amour profond pour vous-même et pour votre partenaire.

Élévation vibratoire

baiser, Selenn Hart

Lorsque le rapport sexuel est effectué véritablement dans l'amour de soi et de l'autre, le rapport sexuel éveille des forces latentes puissantes, induit des flashs cosmiques et propulse vers un autre état de conscience. Le rapport sexuel peut ouvrir d'autres portes, d'autres royaumes et vous transporter dans des dimensions de plus en plus vastes.

L'union sexuelle peut être effectuée intentionnellement avec la pensée d'augmenter la fréquence vibratoire de votre corps et d'échanger vos codes d'évolution vibratoires. Ordinairement, l'énergie sexuelle reste au niveau génital et dans le ventre. Vous pouvez lui ordonner de monter dans votre colonne vertébrale jusqu'au cœur et au-delà vers les centres supérieurs du cerveau, vers le chakra coronal, ce qui aura pour effet de faire surgir l'orgasme dans la tête (voir Alchimie sexuelle).

Lorsque vous vivez une relation profonde, faites toujours intervenir le facteur le plus important, celui de la communion totale de vos corps, de vos âmes, et faites monter ces énergies le plus haut possible. Cet acte sera merveilleux pour vous. Il ne s'arrêtera pas au niveau de l'animalité humaine, il sera vraiment au niveau de l'homme de demain. Nous ne vous avons pas dit de "jouer" à faire monter les énergies, nous vous avons simplement dit ceci: que lorsque l'acte est très bien vécu, très bien mené en quelque sorte, les énergies montent automatiquement et vont là où elles doivent aller.Nous parlons simplement de ce que tout un chacun peut vivre au quotidien et qui n'est pas dangereux si c'est fait dans la pureté et l'amour... Les [humains] qui commencent vraiment à évoluer sur ce chemin de Lumière ont des relations intimes totalement différentes, beaucoup plus profondes, beaucoup plus vécues au travers de l'âme qu'au travers du corps, et ils s'en sortent grandis, avec une nouvelle force. (Monique Mathieu - la sexualité)

La femme initiatrice

Les énergies féminines ont un rôle particulier que peu de femmes connaissent ou pressentent, et que les hommes ignorent. Dans le cœur et la sagesse corporelle de la femme se trouvent des pouvoirs fabuleux. L'humanité doit retrouver ces connaissances qui n'ont pas été perdues mais restreintes à certains groupes de personnes aptes à les recevoir et les apprécier. Il existait autrefois des enseignements à ce sujet, qui ont été bafoués et occultés. En fouillant dans les traditions, on découvre vite que la maitrise de la sexualité a été largement enseignée de par le monde à des classes de femmes initiées et chez les femmes chamanes. On en trouve des exemples en Asie, parmi les prêtresses égyptiennes, chez les peuples autochtones (voir Accouchement, sang menstruel et chamanisme). Il est dit que Marie-Madeleine a été initiée à l'alchimie sexuelle en Égypte. L'initiation inclut la maitrise des muscles, des courants énergétiques du corps et des états de conscience. Ces femmes étaient capables d'aider les hommes et les femmes à accéder à leur maitrise et à développer leurs autres dimensions.

Marie-Madeleine,
une initiée maitre de l'énergie de la Déesse

Les prêtres patriarcaux juifs et leurs femmes s'opposaient de plus en plus ouvertement à l'adoration de la Mère divine, la Shékinah sacrée. En jouant le rôle d'intermédiaires entre le chercheur et Dieu, les prêtres cherchaient à régir la capacité inhérente des individus d'avoir une connaissance directe de Dieu à l'intérieur d'eux-mêmes. Ils se méfiaient, et souvent, abhorraient les manières d'entrer en relation directe avec la Shékinah. Ils méprisaient Isis, Inanna et les autres représentations de la Grande Mère, à défaut de pouvoir se servir de la Déesse à leurs propres fins. Les femmes qui étaient solidement ancrées dans les vieilles traditions matriarcales étaient perçues comme une menace parce qu'elles ne pouvaient être dominées facilement et qu'elles détenaient des pouvoirs que la prêtrise convoitait pour elle-même. Par conséquent, bien des hommes en position d'autorité religieuse regardaient ces femmes de haut et les considéraient comme des tentatrices responsables de la chute du genre humain et de la corruption de la chair. La plupart des maris traitaient leurs femmes et leurs filles comme des possessions ignorantes et de virtuelles esclaves au service de leurs plaisirs physiques et de leur besoin d'héritiers. On appliquait souvent aux femmes qui étaient connues pour leur adoration de la Déesse les étiquettes de prostituées et de femmes aux mœurs légères.

Anna, grand-mère de Jésus; Claire Heartsong

Les femmes étaient porteuses d'une énergie créative et intuitive très forte qui ne devait pas servir au simple plaisir sexuel. En réalité, Marie-Madeleine était maitre de l'énergie créative de la kundalini et fut capable de démontrer la fonction essentielle de cette énergie à certains hommes. Cependant, les enseignements et pratiques qu'elle dirigeait furent mal compris et elle fut traitée de prostituée.

Révélations d'Arcturus, Ramathis-Mam

Marie me reconnut comme initiée [au culte d'Isis], du fait que je portais à mon bras le bracelet d'or en forme de serpent... Il est ironique que j'aie ensuite rencontré les yeux de ceux qui furent des disciples [de Jésus], qui me jugèrent et décidèrent que j'étais une prostituée. Cette opinion s'est perpétuée au fil de générations de croyants.

Le manuscrit de Marie-Madeleine, T. Kenyon et J. Sion

Le rayonnement magnétique féminin

Lorsque la femme peut s'abandonner complètement aux courants de vie, son corps s'ouvre comme une fleur. Comme la fleur, elle émet ses parfums et effluves, chimiques, physiologiques, biomagnétiques.

La femme ne peut s'abandonner complètement que si elle se sent en sécurité, sinon elle conserve une tension due à un reste de vigilance. Elle se sent en sécurité complète si elle est profondément aimée et estimée, sans aucun jugement sur son corps ou ses attitudes.

Dans ces conditions, l'ouverture du corps et les effluves magnétiques sont produites en stimulant ses sens par le toucher et les caresses. Le champ magnétique culmine en puissance au moment de l'orgasme.

Le champ magnétique persiste tant que la femme reste en état de grâce, y compris après l'union dans un autre environnement. Dans ce cas, la femme est très attirante et magnétique. Les hommes qui l'approchent en ressentent parfois des effets sexuels dans leur corps. Ils doivent donc prendre conscience de ce qui se passe, savourer leurs sensations et respecter la femme.

Le nid magnétique

Après l'orgasme, les vagues énergétiques de la femme oscillent longuement dans son corps et il est recommandé de ne pas arrêter l'étreinte des corps juste à ce moment. Il serait dommage que l'homme suive sa tendance à se lever ou s'endormir car c'est alors que l'homme et la femme peuvent bénéficier du champ biomagnétique de la femme.

En restant en contact avec elle par ses caresses et le contact corporel, en s'abandonnant, l'homme reçoit des courants énergétiques puissants dans ses corps subtils. Il se blottit contre elle, se laisse enlacer. Il entre en contact avec l'essence féminine. Cette attitude n'a rien de puéril, ni d'antiviril. Son énergie sexuelle est nourrie et devient plus puissante. (d'après Le manuscrit de Marie-Madeleine, T. Kenyon et J. Sion)

L'alchimie féminine

Les femmes ont le plus souvent éprouvé de la répugnance pour leur sang menstruel, plutôt que de le considérer comme la source de leur puissance... Depuis des éons, on déclare aux femmes que leur sang est une malédiction, et elles sont devenues terrifiées de leur propre sang. Elles ne comprennent pas qu'il est leur source et leur puissance. (Terre, B. Marciniak - lire la suite dans Alchimie sexuelle)

amour

Autrefois, les prêtresses qui avaient la connaissance de l'alchimie sexuelle la transmettaient au cours de quelques initiations secrètes à des hommes qui avaient atteint un certain niveau de service au divin, pour leur permettre d'accéder à une plus grande puissance spirituelle.

Sexualité sacrée

Le vécu extatique d'une relation sexuelle conduit les amants au-delà de leur condition humaine ordinaire. Elle les emmène dans d'autres dimensions - au septième ciel. Dans ce cas, il ne s'agit plus d'une fuite de soi-même ou d'une compensation, mais d'un véritable bourgeonnement et d'une floraison de nos richesses intérieures. Accéder au divin qui est en soi est le sens le plus élevé de la sexualité.

Mais il ne suffit pas de faire l'amour pour y accéder. Il faut choisir cette intention et s'y préparer. Les fondements de cette préparation sont la communication authentique entre amants, la confiance, l'abandon, la joie et l'extase. Elle inclut qu'on se déleste momentanément de tous les soucis du passé et du futur, qu'on se laisse couler dans le moment présent. L'extase divine survient par elle-même sans qu'on puisse volontairement la créer. On prépare le terrain pour l'inviter. Elle n'exige rien d'autre que l'intention délibérée de l'inviter, la détermination et la persévérance. Elle vient ou non.

L'extase

Le bouleversement de l'orgasme ne relève pas seulement du plaisir, il est aussi vécu comme une transformation profonde. Les maitres spirituels nous disent que l'état d'illumination qui est totalement libre, extatique, illimité, se rapproche beaucoup de l'orgasme. Ou du moins que c'est une de ses possibilités. (D. Chopra, Le chemin vers l'amour)

Célébrer la sexualité avec les cycles de la nature

Les amérindiens ont toujours observé la nature; c'est leur livre de la vie...

Ils n'ont pas seulement observé les cycles naturels; ils ont toujours compris que c'est le mélange des énergies mâles et femelles qui crée la vie. Ils considèrent le sexe comme une partie naturelle de la vie. Beaucoup de cultures amérindiennes, en fait, considèrent que faire l'amour, c'est partager l'énergie ou fusionner l'énergie.

Les cérémonies primordiales de maintes tribus ont lieu durant le solstice d'hiver, l'époque de l'Esprit Gardien Waboose. A cette époque, nous honorons le mélange des énergies mâles et femelles parce que c'est l'union du Père Soleil et de la Terre Mère qui aura lieu au printemps, qui produira la vie nouvelle. En honorant cette union du Soleil et de la Terre, c'est la sexualité humaine que les amérindiens honorent, sur un plan symbolique.

Nous reconnaissons continuellement le fait qu'on doit être à deux, le mâle et la femelle, pour recréer la vie sur tous les plans de l'existence. C'est cette reconnaissance, je pense, qui nous empêche de devenir trop arrogants, de penser que nous n'avons besoin de personne d'autre dans la vie. L'indépendance est une bonne chose, tant qu'elle ne va pas jusqu'à l'arrogance ou l'extinction...

Honorer les énergies mâles et femelles est un thème constant qui parcourt toutes nos cérémonies. Nous avons d'abord la cérémonie du Renouveau de la Terre; puis nous avons la cérémonie de reconnaissance de la saison du printemps pour planter. A ce moment, nous honorons la fertilité des femmes, et leur pouvoir de donner la vie. Lorsque nous plantons notre jardin, nous construisons un cercle de cérémonie à l'intérieur et nos sœurs sortent pour faire une bénédiction spéciale au terrain. Autrefois, les femmes enlevaient leurs vêtements et marchaient nues autour du jardin. Elles trainaient leur vêtements par terre derrière elles sur le sol.

Sun Bear, with Wabun and Barry Weinstock, The path of power, Bear Tribe Publishing, Spokane, USA, 1983. Traduction A. Boudet

L'extase n'est pas un simple orgasme, c'est plus et c'est autre chose. Il y a bien jouissance mais elle dépasse le plaisir d'organe, elle est d'une autre nature, elle est vibratoire, ravissante, élevante. C'est dans le corps entier un état de bien-être océanique, bien-être qui déborde les limites du corps, les efface et baigne le partenaire et tout l'environnement. Devenu sans limites, le corps "est" au monde. Et c'est comme si on ne pouvait plus faire de distinctions entre le corps et l'âme, comme si on ne sentait plus de différences entre l'un et l'autre. Des sentiments fabuleux nous habitent: sentiments de joie totale, de félicité, sentiment de plénitude comme s'il ne manquait plus rien, sentiment d'amour infini envers notre ami(e), envers le monde entier, sentiment d'appartenance à tout ce qui vit, tout ce qui est, à l'univers... Cette mort de l'égo fait disparaitre la dualité et nous fait atteindre l'unité: unité avec l'autre, unité avec l'univers, unité avec la source des origines, l'engendrement de l'être et du cosmos. Dans sa phase ultime, l'extase se fait illumination. (Dr. Leleu, Sexualité, la voie sacrée)

La sexualité, le chemin le plus direct vers le divin

La sexualité conduit vers le divin sans avoir recours aux prêtres, aux églises et aux écoles. Les églises en ont fait un péché pour obliger la population à se soumettre à leurs jugements et les éloigner de leurs expériences mystiques personnelles. Beaucoup d'écoles spirituelles ont développé l'idée que la seule voie pour trouver leur être intérieur était l'abstinence.

[L'union sexuelle est] le chemin vers la réalisation divine le plus dynamique et l'un des plus rapides. Quelle ironie que l'Église en ait fait un péché - et qu'elle ait par conséquent terrifié ceux qui auraient pu tomber dessus par hasard. C'est une tragédie que l'Église ait fait porter la blâme et la honte aux femmes et aux hommes en raison de leur nature d'êtres sexués, et qu'elle ait barré la voie à l'un des sentiers les plus directs vers la réalisation de Dieu. (T. Kenyon, Manuscrit de Marie-Madeleine)

Quand nous nous unissons par amour, nos corps physiques ainsi que tous nos chakras fusionnent. L'acte sexuel est à nos yeux une union avec le Divin; tous nos chakras y participent, en alignement avec le cœur, ce qui engendre une expérience sublime. L'expression de notre sexualité exige que les flammes du cœur s'éveillent d'abord. (A. Jones, Telos)

Apprenez à vivre la relation sexuelle avec la conscience de votre divinité. Dans la relation sexuelle, appelez à vous toutes les énergies divines, transmutez ces énergies. Ce sera non seulement profitable à votre évolution, mais aussi à l'évolution de votre partenaire... Cela vous donnerait une force considérable qui vous permettrait d'avoir accès à d'autres parties de vous-même et notamment à la force spirituelle considérable qui est en vous. (M. Mathieu)

Lorsque vous avez une relation sexuelle, offrez-la au divin

Non dans l'intention d'obéir à un dogme religieux, mais pour retrouver votre beauté intérieure et votre grandeur.
Accomplissez tous vos actes en les offrant à la vie, à la terre, à la lumière, au divin.

En savoir plus

Articles dans ce site

  • Hommes et femmes, le bonheur de s'écouter et se comprendre. Réaliser l'union du féminin et du masculin en soi. Les relations de couple sont souvent dénaturées par des conflits, des difficultés de communication et des différences d'opinion. Ces comportements sont-ils génétiquement programmés? Non. Ils sont le résultat d'une éducation enfermante et d'une ignorance de notre nature profonde. Une observation authentique et honnête de soi nous révèle que chaque homme et chaque femme possède aussi bien les qualités masculines que féminines, qui demandent à être reconnues, acceptées et développées. C'est en faisant la paix intérieure entre notre masculin et notre féminin que nous pouvons établir des relations harmonieuses, d'abord avec soi-même et ensuite avec les autres. C'est alors que la vie de couple, et la Vie elle-même, nous offrent le meilleur.
  • Le pouvoir alchimique du sang menstruel et de l'union sexuelle. Nous encourageons les femmes et les hommes à ne plus considérer les règles comme un phénomène gênant. Le sang menstruel porte la puissance et la connaissance. L'union sexuelle n'a pas été prévue par la nature uniquement en vue de la reproduction et de la survie de l'espèce humaine. L'orgasme produit des énergies de rajeunissement et de guérison. Ces fonctions nous ont été occultées et il est temps de les redécouvrir et de les honorer.
  • Accouchement, sang menstruel et chamanisme. Le chamanisme ancien était avant tout une affaire de femmes. La pratique chamanique d'utiliser le sang lors de cérémonies rituelles a émergé du passé le plus ancien, quand les femmes étaient les praticiennes sacrées de l'art magique de la guérison, et quand les principales substances qu'elles utilisaient dans leur travail étaient le sang menstruel et le sang de l'accouchement, qu'elles épanchaient sans sacrifice. Le mystère ancien du sang féminin revient à notre conscience.
  • L'éducation sexuelle. L'éducation sexuelle consiste à apprendre à connaitre l'autre sexe pour avoir des relations harmonieuses sur tous les plans de la personne. Elle a pour but l'accomplissement de la personnalité individuelle et sociale et à ce titre, elle ne peut être séparée de l'éducation en général. Elle vise à donner aux individus équilibre et bonheur.
  • Préparation consciente à la naissance naturelle avec le Dr Jean Faillières. La grossesse et l'accouchement sont source de nombreuses interrogations et inquiétudes en ce qui concerne la transformation du corps de la mère, les douleurs de l'accouchement et le nouveau rôle des parents. Il existe souvent une ignorance et des idées erronées sur ce sujet. Se préparer à la naissance, c'est saisir l'occasion de cet évènement important pour s'informer, observer et sentir le fonctionnement de nos corps (aussi bien le père que la mère), de la respiration, du cycle féminin, du développement de l'enfant dans le ventre de la mère, des tensions musculaires souvent inconscientes et inutiles. En apprenant à nous connaitre de façon approfondie, nous devenons plus conscients, plus lucides, plus responsables et autonomes au cours de l'évolution de la grossesse et de l'accouchement, mais aussi dans notre vie personnelle, celle de couple et de parents. L'accouchement peut se dérouler dans la confiance, la décontraction, en respectant le rythme naturel de la mère et de l'enfant.
  • Le retour de la femme libre (Pamela Kribbe). Dans notre histoire, l'énergie féminine a été profondément blessée. Ce ne sont pas seulement les femmes qui ont souffert de la domination masculine, les hommes aussi ont été blessés. Les femmes ont retiré leur conscience et leur force de leur ventre. Les hommes se sont coupés de leur coeur et de leurs émotions. Il est temps que les femmes montrent à nouveau leur vraie puissance, non pas de manière agressive mais de façon à réconcilier le masculin et le féminin. Actuellement vous pouvez guérir ces blessures et vivre ensemble dans la paix et la joie.
  • L'Enfant intérieur et le langage des émotions. Il est des moments (exceptionnels?) où nous sentons que ce que nous faisons et exprimons représente ce que nous sommes vraiment. Cela se traduit par la joie et la légèreté. C'est le signe que nous avons donné place à notre Enfant Intérieur, à ses qualités de spontanéité, de simplicité et d'authenticité. Il est le porteur de notre Élan de Vie. Or, le plus souvent, nous l'avons nié et abandonné, de sorte qu'il a dû se composer un autre personnage (le Comédien) dans le but de recevoir de l'attention et de l'amour de la part des autres. En écoutant nos émotions et notre corps, nous reconnaitrons la souffrance de cet Enfant. Nous découvrirons que nous avons le pouvoir de transformer les jeux de conflit entre l'Enfant Intérieur et le Comédien afin de donner place à notre Moi véritable et vivre une vie épanouissante et sereine.
  • Spiritualité et développement personnel. La spiritualité n'est pas un système religieux ou une philosophie culturelle. Elle est une fonction naturelle vivante de l'être humain.Elle est indépendante de toute croyance, religion ou dogme. Elle consiste à reconnaitre l'existence de notre Moi véritable, de notre ESSENCE, et à apprendre à nous laisser guider par elle. C'est donc la découverte d'une autre dimension de nous-mêmes, une partie lumineuse, puissante et grandiose, qui ne demande qu'à être développée par l'expérience. Lorsque nous sommes en connexion avec elle, elle transforme notre état intérieur qui se caractérise alors par la joie et la liberté. Elle transforme aussi nos sensations corporelles, car elle agit comme une Source d'énergie et élève notre état vibratoire. Nous sommes invités à réaliser cet état en observant les jeux de l'égo, ses résistances, et en cultivant la confiance et le lâcher-prise. Des clés pratiques telles que l'observation de nos sentiments et la méditation sont suggérées.
  • Ma vie est le miroir de mes pensées et de mes sentiments. Le pouvoir de l'intention consciente et des pensées inconscientes. Les circonstances de notre vie ne se produisent pas par hasard. Elles sont la projection manifestée de nos pensées, le plus souvent à notre insu. Des observations scientifiques multiples confirment l'influence de la pensée sur la matière au niveau atomique. Toutefois, la manifestation de nos pensées dans la matière est commandée par l'impact émotionnel que ces pensées exercent sur nous. Les émotions agissent comme de puissants aimants. En étudiant attentivement et en comprenant ce processus, nous pouvons examiner nos conditions de vie douloureuses pour mettre à jour les pensées et les sentiments négatifs inconscients qui les sous-tendent.Nous pouvons alors les transformer et créer une vie qui soit à l'image de nos aspirations les plus élevées. Enfin, munis de cet outil de transformation, élargissant notre vision, nous pouvons participer à l'établissement de la paix et de l'harmonie sur la Terre. Il est urgent de le faire.
  • Se mettre à nu, une expérience harmonisante et libératrice. Nombreux sont celles ou ceux qui éprouvent des difficultés à se dénuder en présence d'autres personnes. La seule raison à cette gêne semble être la culpabilité qui a été inculquée par une éducation contraignante qui considère le corps et les parties sexuelles comme quelque chose de honteux. Or, la nudité apporte bien des bienfaits physiques et psychologiques. C'est un excellent apprentissage en vue de se libérer de la honte, savourer des plaisirs simples, trouver plus d'authenticité dans la relation aux autres, développer le respect et la bienveillance envers les autres. C'est également un sédatif à la violence sexuelle. Les mouvements naturistes ont été des pionniers dans cette expérience harmonisante et libératrice.
  • Chakras et corps subtils. Nous ne sommes pas constitués que de chair. Il existe dans notre anatomie des circuits énergétiques et des corps faits de matière extrêmement tenue et subtile qu'on appelle chakras et corps énergétiques. Trop subtils pour être détectés par les appareils faits de matière dense, il est donné à chacun d'apprendre à les ressentir. Ils ont des fonctions de régulation et de communication interne et externe de l'énergie. Leur état de santé est en correspondance avec nos sensations et nos attitudes.

Sites web

Livres

  • Dr Gérard Leleu: Sexualité: La Voie sacrée. Ed. Albin Michel, 2004. Le Traité des caresses: Mieux connaître la géographie sensuelle de son corps. Ed. J'ai lu, 2003.
  • Le chemin vers l'amour - Aimer et être aimé, le plus beau cadeau de la vie, Deepak Chopra. Ed. J'ai lu, 2009. L'amour est un sentiment, mais c'est également un pouvoir.
  • Les deux extases sexuelles: La jouissance et l'orgasme. Jean-Claude Piquard. Presses libres, 2006
  • Linda Lou Paget: Comment faire l'amour à un homme. Ed. Marabout, 2000. L'art de faire l'amour à une femme. Ed. Marabout, 2001. L'orgasme sans tabou. Ed. Marabout, 2003
  • Comment faire l'amour toute la nuit: L'orgasme multiple au masculin, Barbara Keesling. Ed. J'ai lu, 2005
  • La femme multi-orgasmique, Mantak Chia et Rachel Carlton Abrams. Ed. Guy Tredaniel, 2006. Le couple multi-orgasmique, Mantak Chia, Maneewan Chia, Douglas Abrams, Rachel Carlton Abrams. Ed. Maisnie Tredaniel, 2001
  • L'art de l'extase sexuelle: La voie de la sexualité sacrée et du Tantra pour les couples occidentaux, Margo Anand Naslednikov. Ed. Guy Tredaniel, 2007
  • Faire l'amour de manière divine, Barry Long. Ed. Altess, 1998
  • Tantra: L'Initiation d'un occidental à l'amour absolu, Daniel Odier. Ed. J.-C. Lattès, 1996
  • L'émergence de la Femme divine, une nouvelle vision du Tantra, Raylene Abbott. Ed. Véga, 2006
  • Le tantra, le culte de la féminité, André Van Lysebeth. Ed. Flammarion, 1992
  • La fonction de l'orgasme, Wilhelm Reich. Ed. L'Arche 1967
  • Le manuscrit de Marie-Madeleine: Les alchimies d'Horus et la magie sexuelle d'Isis, Tom Kenyon et Judi Sion. Ariane Éditions, 2008. (Seul le premier tiers est en rapport avec le titre. Le reste est d'un intérêt moindre)
  • Anna, grand-mère de Jésus. Claire Heartsong. Ariane Éditions, 2009. Le message d'Anna a pour but d'amener le Divin féminin dans notre quotidien afin de compléter notre parcours initiatique en tant que disciples d'aujourd'hui.
  • Conversations avec Dieu, tome 2: Un dialogue hors du commun. Neale Donald Walsch. Ed. J'ai lu, 2006
  • Les grandes voies du Soleil. Soria et Régine Fauze. Ed. Ariane, 1997. Des informations pour vous aider à participer davantage en conscience à votre libération et à votre reconnaissance d'enfants divins
  • Anton Parks: Les chroniques du Girku, tome 1: Le secret des étoiles sombres. Ed. Nouvelle Terre, édition augmentée 2007. Tome 2: Adam Genisis. Ed. Nouvelle Terre, 2007
  • Mu: Le maître et les magiciennes, Alexandro Jodorowsky. Albin Michel, 2008. Des femmes remarquables l'aident à se dépouiller de ses cuirasses émotionnelles, à élargir son cœur et sa vision de la vie. Il alterne ainsi les rigoureuses méditations silencieuses menant à la paix de l'esprit et la plongée aux tréfonds du sexe, du rêve et de la création, jusqu'aux limites de la folie.

 


Cette canalisation a été présentée à une séance publique
 le 17 Avril 2005 à Haaren, Pays-Bas,). Le texte a été légèrement remanié pour une meilleure lecture.


Chers amis, je me réjouis d'être à nouveau parmi vous. Lorsque je vous vois, ce n'est pas en tant que corps physiques, ceux que vous apercevez dans un miroir. C'est votre aspect intérieur que je perçois, les mouvements internes de vos pensées, de vos sentiments et de vos émotions. Je suis ici pour vous soutenir dans votre voyage.

Le sujet dont j'aimerais parler aujourd'hui a eu un grand impact sur vous tout au long de votre histoire terrestre. Il s'agit de la sexualité et comment elle est vécue par les hommes et par les femmes.

Ce n'est pas un sujet facile. La sexualité s'est chargée de beaucoup de jugements, de peurs et d'émotions. Il n'y a presque plus d'aspects en elle qui soit spontané et évident. Cela revient à dire que l'aspect candide de la sexualité, celui de l'enfant innocent qui explore librement, a été perdu. Vous êtes pleins de peurs et d'émotions quand il s'agit de vous exprimer sexuellement.

C'est de ce fardeau que je veux parler dans ce message, mais j'aimerais d'abord dire un mot sur ce que signifie la sexualité dans une perspective spirituelle.

La sexualité, ce sont les énergies masculine et féminine qui dansent ensemble. A l'origine, c'était plus qu'un acte physique. Elle était conçue pour être une danse où tous les niveaux ou aspects de vous-même et de votre partenaire participent.

Je distinguerai quatre niveaux ou aspects qui peuvent jouer un rôle dans cette danse des énergies.

Les quatre aspects de l'expérience sexuelle 

D'abord, il y a le niveau  physique, l'aspect du corps physique. Le corps est innocent. Il connaît l'attirance et le désir sexuels et cela est présent spontanément dans le corps. Le corps cherche la gratification de ses désirs et c'est l'humain, ou la conscience de l'âme dans l'humain, qui détermine le mode d'application et de manifestation du désir sexuel. Là encore, le corps est innocent. Il connaît l'attirance et le désir. Il n'y a rien de mal à cela. Ce peut être une source de plaisir, de jeu et de réjouissance. Mais le corps ne peut choisir par lui-même de quelle façon il va exprimer son énergie sexuelle. C'est vous, l'être humain, qui en avez la charge et le corps a besoin de votre direction.

Si vous voulez vivre la sexualité de la manière la plus aimante, le siège de la direction sera placé dans le coeur. Quand vous laisserez votre coeur s'occuper de votre énergie sexuelle, elle trouvera son expression la plus joyeuse. L'alternative est de laisser vos pensées (jugements) ou vos émotions diriger le courant sexuel et vous verrez que cela causera divers blocages dans votre énergie, mais j'en parlerai par la suite.

Le second aspect de la danse sexuelle que je distinguerai est le niveau émotionnel. L'union sexuelle est un acte profondément émotionnel. Si vous ignorez cet aspect, vous ne serez pas pleinement présent dans l'acte et vous vous couperez de la signification réelle de la sexualité.

Dans le message précédent « Gérer les émotions », nous avons beaucoup parlé du sujet des émotions. Nous avons mis en lumière les puissantes énergies de la peur, de la colère et de la tristesse et vu comment elles pouvaient vous déstabiliser. Quand l'une de ces puissantes émotions est à l'oeuvre dans une relation entre deux personnes et n'est pas reconnue consciemment et exprimée, elle surgira lorsqu'ils seront dans l'intimité. Peut-être que ces émotions causeront de puissantes réactions de résistance ou de fermeture au moment de votre intimité physique, ou bien le corps sera incapable de ressentir de l'attirance ou de l'excitation.

Chaque fois qu'il y a ces blocages physiques ou psychologiques, il est important de les gérer au niveau où ils sont apparus : au niveau émotionnel. Si vous essayez d'enlever des symptômes physiques sans tenir compte de la dynamique émotionnelle sous-jacente, vous ne respectez pas votre corps ni vous-même. Quand votre corps refuse l'intimité, il vous dit purement et simplement qu'il y a un blocage émotionnel. C'est peut-être dû à un problème entre votre partenaire et vous, ou bien à un choc émotionnel du passé. Peu importe, il est nécessaire de s'en occuper avec une attention bienveillante avant que l'énergie sexuelle puisse circuler librement.

Après le niveau émotionnel, il y a le niveau du coeur, qui est le siège de la sensibilité. Dans le même message, nous avons fait la distinction entre les émotions et les sentiments. Ceux-ci relèvent de l'intuition et de la sagesse intérieure. Vos sentiments vous parlent en doux murmures, emplis de sagesse et de compassion. Les émotions sont de nature plus spectaculaire et nous les appellons des réactions d'incompréhension, car c'est essentiellement ce qu'elles sont : des explosions dues à l'incompréhension de ce qu'il vous arrive.

Lorsque le coeur est ouvert entre deux partenaires sexuels, il y a entre eux de la confiance, de l'amour et de la sécurité. Lorsque le coeur est présent dans une rencontre sexuelle, vous permettez à votre intuition de percevoir ce qu'il se passe entre vous au moment de votre intimité physique. Vous ne cachez pas vos émotions, vous parlez d'elles ouvertement. De vieilles douleurs peuvent remonter à la surface et sont acceptées comme telles. Vous êtes accepté tel que vous êtes et ce genre d'acceptation est la plus grande puissance de guérison qui existe. Lorsque vous reliez l'énergie de votre coeur à celle de votre sexe, cela apporte la guérison à un endroit qui en a bien besoin.

Cependant, le coeur peut aussi jouer un rôle subtil en vous empêchant de vivre la sexualité de manière joyeuse et aimante. Le coeur a pu se fermer aux joies de la sexualité pour diverses raisons. Premièrement, il peut y avoir dans le coeur un désir de s'élever au-dessus de la réalité physique de la terre. Deuxièmement, il peut y avoir des dogmes religieux à l'oeuvre qui empêchent le coeur de s'ouvrir à ce qu'est réellement la sexualité. Je vais maintenant parler de ces deux éventualités.

Le coeur peut avoir une forte inclination à s'élever au-dessus du plan dense de la réalité matérielle. C'est une sorte de nostalgie. Il peut y avoir là un rêve d'unité qui ne vise pas du tout à l'union sexuelle, mais recèle en fait un rejet subtil des réalités de la terre (ainsi que de la sexualité). Nombre d'entre vous ont la mémoire de l'énergie d'amour et d'harmonie vécue sur des plans immatériels avant de s'incarner sur terre. Votre coeur réclame à grands cris l'aisance et la légèreté de cette vibration. Vous essayez d'absorber cette énergie en méditant. Bien souvent, les chakras du haut (le coeur, la gorge, le troisième oeil et le chakra-couronne) sont activés de cette façon. Ils s'ouvrent, alors que les chakras du bas (le plexus solaire, le nombril et le coccyx) vitaux pour votre vie terrestre, sont plus ou moins laissés à l'abandon.

De manière moins naturelle, cela se produit aussi quand vous prenez des drogues. Quand vous prenez des substances qui favorisent l'expansion du mental, les chakras du haut sont artificiellement déchirés et il vous est possible de vivre une expérience temporaire d'extase et de béatitude qui vous fait oublier l'aspect dense et lourd de la réalité terrestre.

Même si le désir et l'aspiration à la transcendance sont compréhensibles, il est important de faire la paix avec la réalité terrestre. Autrement, vous allez créer une séparation artificielle entre les parties supérieure et inférieure de votre champ d'énergie. Vous allez préférer rester avec votre conscience dans la partie supérieure de votre aura et vous allez développer une résistance subtile ou manifeste envers la réalité du corps, des émotions et de la sexualité. Cela crée un déséquilibre dans votre champ d'énergie. Lorsque vous êtes ainsi nostalgiques, essayez de ressentir la raison et le but de votre présence sur terre maintenant. Votre raison d'être ici n'est pas de transcender la terre mais d'amener le Foyer ici-bas. C'est un voyage sacré.

La seconde raison qui pousse le coeur à fuir la sexualité, ce sont les dogmes religieux, souvent en provenance de vies passées. Il y a eu probablement des vies où vous avez prononcé des voeux de chasteté,  où l'on vous a enseigné à vous sentir coupable ou honteux des plaisirs du corps et de la sexualité. Ces énergies peuvent encore traîner dans votre coeur. A cause d'elles, vous pouvez avoir des jugements négatifs ou une résistance à l'intimité physique. Ces jugements et ces sentiments ne reposent pas sur la vérité. Une fois encore, je souhaite dire que le corps est innocent. L'attirance, le désir et tous les processus physiques qui vous font désirer l'union physique sont sains et naturels. Les déséquilibres qui se produisent dans le domaine de la sexualité sont presque toujours dus à des aspects non-physiques dont je viens de parler.

Le quatrième et dernier aspect est mental. Au niveau mental, il peut y avoir des croyances morales ou spirituelles qui vous empêchent d'apprécier la sexualité. La plupart sont de nature religieuse.

Au niveau spirituel, vous pouvez avoir l'impression que le corps physique est une prison. La réalité non-physique des « plans supérieurs » (comme vous les appelez), est si glorifiée que la réalité physique est sous-évaluée. C'est fréquent chez les artisans de Lumière. C'est surtout parmi eux qu'il y a une résistance au plaisir et à la jouissance que peut donner la sexualité. Cela provient en partie des croyances morales et religieuses et en partie d'une simple inexpérience de cet aspect de la vie. La plupart des âmes d'artisans de Lumière ont passé de nombreuses vies comme prêtres, religieuses ou analogues, retirés de la communauté, sans partenaire ni famille. Ils se sont tellement concentrés sur le spirituel qu'ils ont négligé la sexualité.

Chez les gens spirituels ou religieux, il y a souvent un manque de respect pour le corps dans son expression naturelle. C'est vraiment regrettable car de notre côté, c'est l'expression dans la matière qui est considérée comme le voyage le plus sacré qu'une âme puisse entreprendre. Semer et récolter les graines de votre divinité si loin de votre Foyer dans la réalité de la matière et de la forme est une entreprise sacrée. C'est un acte créateur divin des plus élevés.

Peut-être avez-vous déjà été présent au chevet d'un mourant ou avez-vous été témoin d'une naissance. A ces moments, l'âme entre ou sort de la danse avec la matière. Ces deux instants sont entourés d'une atmosphère  sacrée. Vous pouvez percevoir cela comme un silence profond et enveloppant, empli de dignité, qui annonce l'arrivée ou le départ de l'âme. De notre côté du voile, il y a le respect le plus profond pour ce que vous faites à ces moments. La danse avec la matière est sacrée. Et vous la détestez si souvent !

La sexualité dans sa vraie signification est une danse dans la matière qui en même temps, s'élève au-dessus de la matière. Dans une expression sexuelle équilibrée, vous transcendez la réalité matérielle sans l'ignorer ou la refouler, sans abandonner les trois chakras du bas et sans chercher l'extase uniquement à travers les chakras du haut. Une sexualité complète intègre tous les niveaux de votre être. La sexualité comble le fossé entre la matière et l'Esprit.

Lorsque deux personnes sont physiquement intimes de manière aimante, toutes les cellules de leur corps vibrent un peu plus vite, elles commencent à danser un peu. Une voie d'accès est ouverte vers une réalité énergétique qui a une vibration légèrement plus élevée et un sentiment plus léger. Après une union sexuelle où votre être tout entier participe (votre corps, votre mental et votre âme), vous vous sentez en paix et joyeux. C'est une extase paisible. Les cellules de votre corps ont goûté l'énergie de l'amour et à cet instant, vous avez rapproché de vous la réalité de l'amour. Vous avez canalisé l'énergie divine de l'Amour qui souhaite si ardemment s'écouler en vous et qui a le plus grand respect pour votre nature sexuelle.

Si l'énergie des quatre niveaux s'écoule ensemble lors d'une union sexuelle, c'est un acte de création divin. Il est tout naturel que des enfants naissent d'une telle union. Quand la danse du masculin et du féminin s'accomplit de façon si joyeuse, seules la bonté et la douceur peuvent naître d'elle. Si un enfant est conçu de cette façon, il entre dans les réalités de la terre sur une piste d'amour et de lumière. C'est l'accueil le plus aimant qu'une âme puisse recevoir sur terre.

Parce que les énergies sexuelles sont si précieuses, nous vous demandons : s'il vous plaît, gérez votre sexualité avec respect. Quand il y a des problèmes, des peurs ou des tensions autour d'elle, ne jugez pas la sexualité elle-même, n'y renoncez pas, car c'est une parcelle de vous qui est naturelle et sacrée.

Les problèmes sexuels et la bataille des sexes.   

J'aimerais à présent parler de l'histoire de la sexualité et dire quelques mots sur les problèmes spécifiques que les femmes et les hommes vivent aujourd'hui dans leur expression sexuelle.

Beaucoup de choses se sont passées dans ce domaine. En son essence, la sexualité porte un grand potentiel de lumière, mais à cause de cela, il y a aussi le potentiel d'un grand abus. L'histoire dont je souhaite parler est celle de la lutte de pouvoir entre hommes et femmes. C'est une histoire ancienne qui remonte en fait aux temps où les empires extra-terrestres ont commencé à interférer avec la vie sur terre. Avant cela, la terre était une sorte de paradis, un jardin d'Eden, où régnaient la beauté et l'innocence. Nous ne parlerons pas de cette ère ici, mais sachez simplement que vous êtes à la fin d'une lutte de pouvoir bien plus ancienne que les 5000 ans d'histoire écrite.

Dans la dernière phase de cette histoire, les hommes ont clairement joué le rôle de l'agresseur et de l'oppresseur. Mais cela n'a pas toujours été ainsi. Il y a eu un temps où les femmes ont été bien plus puissantes dans le domaine public et dans le domaine privé de la vie. Elles ont aussi opprimé l'énergie sexuelle masculine de manière cruelle et sadique. Les femmes ne sont pas naturellement le sexe opprimé ou soumis, elles ne sont pas non plus par définition le sexe le plus aimant. Vos stéréotypes de femmes douces et impuissantes et d'hommes durs et insensibles parle davantage de la dernière phase de cette histoire que de la nature des hommes et des femmes.

Il y a eu un temps avant l'histoire écrite où les sociétés matriarcales étaient considérées comme la norme. Les femmes aussi ont utilisé leurs énergies de manière destructrice, sans aucun respect pour la force de vie individuelle et la créativité de chaque être humain. Les femmes avaient le pouvoir sur les hommes. Elles contrôlaient et manipulaient les hommes en faisant usage des pouvoirs de l'émotion et de l'intuition avec lesquels elles ont une affinité naturelle. Elles ont aussi utilisé leurs talents psychiques pour  contrôler les hommes. Il y avait par exemple des sacrifices et des rituels où les hommes étaient torturés et tués.

Je précise pour votre histoire officielle que cet aspect décrit un tableau unilatéral de la relation entre hommes et femmes. L'oppression de la femme par l'homme a été évidente pendant toute la période couverte par votre histoire écrite. Mais la rancune et la haine que les hommes ont manifestées (et manifestent peut-être encore) envers les femmes ne sont pas venues de rien. En plus des traditions culturelles et des coutumes qui les influencent, il y a aussi de profondes blessures émotionnelles dans l'âme collective masculine qui datent d'une ère bien plus ancienne. 

Sans entrer dans les détails de cette ère, j'aimerais vous inviter à ressentir s'il est possible que vous ayez vécu cela. Pour les femmes, la question est : pouvez-vous imaginer avoir un jour exercé le pouvoir sur des hommes et que vous ayez réussi à contrôler leur énergie ? Et pour les hommes, la question est : pouvez-vous imaginer que cela avait lieu à une vaste échelle et que vous étiez « le sexe faible » ? peut-être recevrez-vous des images ou des rêveries en vous posant la question . Laissez votre intuition vous montrer et observez les émotions qui remontent à la surface. Vous serez peut-être surpris.

Dans l'âme collective, la haine et le ressentiment sont nés de cette histoire ancienne. Ils se sont manifestés sous forme d'oppression de l'énergie féminine dans la politique mais aussi dans la religion, particulièrement dans l'Eglise. L'idée selon laquelle la sexualité est synonyme de péché ou, au mieux, un mal nécessaire est une ligne de pensée typiquement masculine influencée par la haine et les rancunes résultant de la répression de la sexualité masculine dans une autre ère. La sexualité masculine était alors considérée comme un instrument de procréation sans aucun respect pour les sentiments des hommes et les liens émotionnels entre un père et ses enfants. Souvent, les enfants étaient élevés par leur mère en séparation du père et on prêtait à peine attention à ce que le père pensait ou voulait. D'importantes valeurs se transmettaient par la mère et l'infériorité des hommes étaient l'une d'elles. L'homme était une bête de somme plutôt qu'un partenaire égal.

En plus que l'Eglise soit un bastion d'énergie masculine frustrée, le monde de la science manifeste aussi de l'hostilité envers l'énergie féminine. Bien que la science et la religion soient à de nombreux égards des ennemis naturels, elles s'unissent dans leur résistance à l'aspect intuitif, fluide de l'énergie féminine. Les dogmes de l'Eglise sont rigides et étouffants mais les méthodes scientifiques sont tout aussi restrictives d'une autre manière. Alors que l'impulsion derrière la science moderne était innovante et édifiante dans son désir de détrôner la fausse autorité, elle s'est retrouvée prise dans un cadre de pensée rationnelle étroit qui ne permettait pas à l'énergie féminine de participer. La pensée scientifique est analytique et logique mais elle ne s'ouvre pas assez  à l'imagination et aux sources d'information extra-sensibles (intuitives). L'aversion que de nombreux scientifiques éprouvent envers le « paranormal » et tout ce qui ne peut être expliqué par un raisonnement rationnel est due en partie à une mémoire de l'âme emplie de douleur et d'humiliation qui remonte à une époque où les pouvoirs étaient utilisés abusivement par des femmes comme instrument de manipulation contre eux.

Je parle de cette histoire ancienne car j'aimerais clarifier le fait que dans la bataille des sexes, en fait, il n'y a pas d'offenseurs ni de victimes, pas de bons d'un côté ni de méchants de l'autre, parce que vous avez tous été les deux. Il y a eu une lutte entre les énergies masculine et féminine où ces énergies se sont opposées, alors qu'à l'origine, elles étaient complémentaires. Actuellement, hommes et femmes sont invités à unir leurs forces à nouveau et à redécouvrir la joie et la dignité de la danse originelle du masculin et du féminin.

Essentiellement, l'énergie féminine guide et inspire, tandis que l'énergie masculine sert et protège. L'énergie féminine est l'inspiration derrière toute création ; l'aspect masculin prend soin de la manifestation dans sa forme et son action. Les deux énergies sont à l'oeuvre en chaque être humain, chaque individu, qu'il soit  homme ou femme. Que vous soyez homme ou femme n'a pas vraiment d'importance ; c'est l'équilibre et la relation entre les deux énergies en vous qui compte.

Les blocages dans la sexualité féminine  

Je vais maintenant parler des blocages d'énergie dans le domaine de la sexualité spécifiques aux femmes et aux hommes. Chez les femmes, c'est la zone des premier et second chakras (le coccyx et l'ombilic) qui est la plus abîmée et blessée en résultat de l'oppression sexuelle et de la violence subies au cours des siècles. Depuis des millénaires, les femmes ont été formatées dans un rôle servile dans presque tous les domaines de la société et cela est encore d'actualité en maints endroits sur terre. En ce qui concerne la sexualité, cette inégalité se manifeste sous forme de viol, d'agression et d'humiliation à une grande échelle. En conséquence, nombre de femmes, en réalité l'âme féminine collective, ont incroyablement souffert. Il y a de profondes blessures émotionnelles qui ont besoin de temps, d'amour et de soins intensifs pour guérir.

Bien souvent, les femmes perçoivent l'élan pour l'union sexuelle comme un ardent désir du coeur ou un sentiment spirituel. Mais lorsqu'elles se retrouvent dans l'intimité physique, elles ont peut-être des difficultés à exprimer librement leur énergie sexuelle à cause de blocages d'énergie dans les premier et second chakras. Dans ces centres d'énergie, il y a des mémoires d'une sexualité qui leur a été imposée et les a humiliées. Ces expériences ont été si douloureuses que la femme a retiré son énergie, sa conscience, de la région du ventre. Quand on approche à nouveau cette partie de leur corps de manière sexuelle, les muscles se contractent instinctivement ou le corps émotionnel signale automatiquement une résistance. Les cellules physiques ont conscience du trauma et ne suivent pas si facilement l'invitation à danser. Elles veulent se fermer et créer une barrière pour vous protéger de plus d'agression. Cette réaction est tout à fait compréhensible et devrait toujours être traitée de la manière la plus respectueuse. Utiliser la force pour lever la résistance revient à violer à nouveau les centres blessés.

Si vous êtes une femme et que vous avez ces émotions, il est très important d'en prendre pleinement conscience : il peut y avoir là de la résistance ou de la colère par rapport à l'intimité physique. Et toutes ces émotions sont souvent plus anciennes que votre relation actuelle, plus anciennes même que cette vie. Il peut y avoir de très vieux traumas dans ces chakras du bas qui ont laissé de profondes cicatrices émotionnelles.

Spécifiquement, je recommanderais aux femmes qui reconnaissent cette douleur d'entrer en relation avec les vies où elles ont été l'offenseur, l'agresseur (par opposition à la victime). Ou bien, si c'est difficile pour vous d'avoir accès à vos vies passées, d'entrer en contact avec l'énergie de l'offenseur ou de la femme dominatrice en vous. Cela peut sembler étrange, mais en voici la raison : avoir été victime de violence sexuelle a généré beaucoup de colère dans votre champ d'énergie. Il peut y avoir là de la colère depuis de nombreuses vies. Elle vous bloque et vous maintient enfermée dans un sentiment d'impuissance et de victimisation. Pour libérer la colère, vous avez besoin de comprendre. Vous avez besoin de comprendre pourquoi et pour quoi  ; vous avez besoin de voir le scénario en entier.

Si vous pouvez vous imaginer dans la peau d'une femme dominatrice, impitoyable et cruelle envers les hommes et ressentir en vous que c'est aussi un de vos aspects, alors la colère peut se dissoudre. Une compréhension plus parfaite peut naître, la connaissance intuitive de faire partie d'une histoire karmique plus vaste, où vous avez joué à la fois le rôle d'offenseur et celui de victime. Il est quasiment impossible de libérer vos émotions de souffrance, d'impuissance et de victimisation sans voir aussi votre côté sombre.

Il n'est pas nécessaire que vous vous souveniez de vos vies passées pour reconnaître le côté sombre qui est en vous. Vous pouvez très bien en devenir plus consciente en vous observant dans votre vie quotidienne. Lorsque vous ressentez cette énergie, cette volonté d'exercer votre pouvoir ou blesser les autres, vous pouvez ressentir que vous n'avez pas seulement été la victime désemparée de circonstances extérieures. Il y a un lien karmique entre l'offenseur et la victime : les deux rôles reflètent des aspects de vous-même.

Sitôt que vous reconnaissez et acceptez votre côté sombre, vous pouvez porter sur vos blessures intérieures un regard différent et commencer à pardonner. Quand il y a de la compréhension, la colère peut se dissoudre et vous pouvez entrer en contact avec les strates d'émotions sous-jacentes : la tristesse, le chagrin, la douleur  qui se superposent, ainsi que dans votre corps.

Il est très important que les femmes reconnaissent leur aspect « offenseur » et qu'elles s'en occupent. Quand il y a en vous de la haine et de la rancune envers la sexualité, prenez conscience que plus vous avez de haine et de colère, plus vous vous identifiez au rôle de victime et plus vous vous privez de votre liberté.  Essayez de ressentir que dans l'arène de la sexualité, se joue un jeu karmique dans lequel vous avez assumé les deux rôles, celui du bon et celui du méchant. De là, vous pouvez pardonner, à vous aussi bien qu'aux autres. Il y a une raison pour que les choses arrivent. Les actes de violence et de répression peuvent sembler insensés, mais il y a toujours une histoire derrière. Et toute violence sexuelle laisse de profondes traces  aux quatre niveaux de l'être humain.

Les blocages dans la sexualité masculine

En ce qui concerne l'expérience masculine de la sexualité, les blocages surviennent surtout au niveau du coeur ou de la tête. A ces niveaux, il peut y avoir une peur de s'abandonner, une peur de l'intimité émotionnelle profonde. La plupart du temps, cette peur remonte bien plus loin que votre mémoire. C'est en relation avec l'ère de domination des femmes sur les hommes. C'est ce qui a rendu menaçant le jeu de l'attirance sexuelle, autrefois innocent et spontané. Les hommes ont appris qu'il était dangereux de montrer ouvertement leurs émotions et d'ouvrir leur coeur à leur partenaire.

Les hommes ont en eux des peurs profondément enracinées de s'abandonner à leurs sentiments et ces peurs ne se manifestent pas forcément au niveau physique. Il se peut qu'ils participent à l'acte sexuel physique tout en gardant leurs sentiments à part. L'homme peut donc être sexuellement présent au niveau physique alors que ses sentiments sont (en partie) absents. Ses émotions sont verrouillées à cause de sa peur de s'ouvrir et de se rendre vulnérable au rejet une nouvelle fois. Son âme se souvient qu'il a été abandonné et blessé dans ses émotions.

Patience et amour

En général, les blocages d'énergie sont assez différents chez les hommes et chez les femmes. C'est pour cela qu'il est important de parler ouvertement de ce que vous ressentez lorsque vous êtes ensemble. Lorsque vous avez vraiment confiance en votre partenaire, vous pouvez examiner en détails sans honte où votre énergie sexuelle se bloque lorsque vous êtes dans l'intimité. Vous pouvez faire cela simplement en observant, au moment où vous ressentez une pulsion d'excitation et un désir d'intimité, jusqu'où vous vous permettez de le ressentir et de l'exprimer. Voyez si vous êtes gêné(e) ou bloqué(e) dans votre corps ou bien dans vos émotions et vos sentiments. Percevez-vous une douce chaleur qui embrase votre coeur lorsque vous êtes ensemble ? Ressentez-vous une ouverture spirituelle envers l'autre ? Êtes-vous prêt(e) à rencontrer l'autre dans sa totalité ?

Cela peut sembler étrange, mais vous avez peur d'une intimité réelle. Vous êtes tous désireux d'une relation satisfaisante. Dans les rues, presque toutes les affiches font référence à une relation gratifiante sexuellement et émotionnellement. Mais l'intimité vous effraie. Lorsque quelqu'un est très proche de vous et qu'on vous demande d'enlever tous vos masques, toutes sortes d'inhibitions surgissent, dont vous n'étiez pas conscients. Au moment où elles font surface, essayez de ne pas vous juger pour cela. Voyez plutôt là une occasion d'examiner de près ces inhibitions et ces blocages. Personne n'en est exempt. Presque tout le monde a des blocages qui l'empêche de vivre la sexualité dans toute sa signification, telle que je l'ai décrite au début. C'est pour cela que je vous demande de regarder avec amour le courant d'énergie sexuelle qui est en vous, que vous soyez seul(e) ou en relation, et de traiter les blocages que vous trouverez avec bienveillance et respect. La force est le pire conseiller dans ce domaine. La patience et l'amour sont indispensables.

Gardez vivant votre désir d'une expérience véritable et complète de la sexualité ! Ne jetez pas le bébé avec l'eau du bain. Le désir est sain. Le chemin vers une expérience complète et joyeuse de la sexualité peut être long et sinueux. Mais tout le long de ce chemin, vous allez développer l'amour et la compassion envers vous et les autres. C'est quelque chose d'infiniment précieux dans votre monde humain. Vous êtes en train de guérir une vieille histoire de lutte entre les hommes et les femmes. Les énergies masculine et féminine veulent s'unir dans une danse de joie et de créativité. Toute contribution dans ce sens à un niveau individuel a une influence positive sur l'âme collective des hommes et des femmes. Votre amour de vous-même rend disponibles pour les autres les énergies de patience et d'amour.


© Pamela Kribbe
www.jeshua.net/fr


- Les messages de Jeshua sont disponibles en livre ! -
 



16/05/2020

A découvrir aussi