GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

LE PLUS GRAND FLICAGE DE TOUS LES TEMPS Agnès Buzyn a interdit la vente libre de chloroquine dès le 13 janvier

caméra surveillance

LE PLUS GRAND FLICAGE DE TOUS LES TEMPS

 

Chère lectrice, cher lecteur,

Parfois je me demande si le gouvernement français n’a pas saboté la lutte contre le coronavirus.

Je m’explique :

  • Il n’y a eu aucune réquisition d’usine, ni de remise en marche d’un appareil industriel capable de produire assez de simples masques en plastique lors de la pandémie. Finalement, c’est seulement maintenant que le gouvernement nous dit qu’il devrait y avoir 1 masque lavable en tissu pour chaque travailleur pour le déconfinement du 11 mai1 (Europe 1, 14 avril) ;
  • Une capacité de test anémique: Le 11 avril, nous étions capables de faire seulement 70 000 tests par semaine. Soit 7 fois moins que l’Allemagne2. Trois jours plus tard, Olivier Véran nous annonçait bien soudainement qu’on pouvait faire le double3. Bizarre. Les « raisons réglementaires » qui avaient bloqué la réalisation de 150 000 à 300 000 tests par semaine entre mi-mars et début-avril ont-elles été levées ? (Le Point, 3 avril)4 ;
  • Un citoyen des Côtes d’Armor a acheté des masques en Chine pour les revendre à prix coûtant. Tous les masques ont été saisis par les gendarmes5 (Le Parisien, 3 avril) ;
  • Le Monde (Les Décodeurs, 5 mars), sous prétexte de nous « désintoxiquer », nous informe noir sur blanc qu’Agnès Buzyn a interdit la vente libre de chloroquine dès le 13 janvier 6. Pourtant, la chloroquine était déjà à l’étude en Chine contre le coronavirus et le pays reconnaît que l’épidémie a commencé à être prise en charge dès le mois de décembre7.

    Il faut généralement plus de 15 jours pour organiser et rédiger une étude scientifique, donc il est probable qu’Agnès Buzyn ait été au courant du relatif succès de cette substance. En outre, cette étude se base sur des précédents : 3 articles sur le lien entre chloroquine et d’autres coronavirus, qui remontent à 2008, 2013, et 20158;
  • D’après Didier Raoult, la chloroquine fait partie des facteurs de baisse de l’épidémie en France9. Or le professeur a été régulièrement attaqué dans les médias. Chaque fois qu’une étude prouve l’utilité de cette substance (certes, avant que le malade ne se retrouve dans un état critique), elle « peine à convaincre »10 … Rappelons que selon la Cour des comptes, le gouvernement aide les médias à hauteur de 1,8 milliard d’euros par an en 2017, et ceci inclut 130 millions d’aide directe que reçoivent la quasi-totalité des journaux autorisés11. Le gouvernement ne soufflerait-il pas aux oreilles des médias ce qu’il faut dire ?
  • Emmanuel Macron a insisté dans son discours du lundi 13 avril sur la nécessité d’un vaccin et d’employer « tous les moyens possibles » pour résorber le virus12. Le même Emmanuel Macron qui était ministre de l’économie lorsque 13 000 lits d’hôpital ont été « fermés » sous la présidence de François Hollande. Et il a lui-même « fermé » plus de 4000 lits au début de son mandat (20 minutes, 18 mars13) ;
  • En pleine crise du coronavirus, et avec les hôpitaux de la région Grand-Est aux abois, le directeur de l’agence régionale de santé, Mr Lannelongue, a maintenu la décision de licencier 596 soignants. Oui ceux qui sauvent des vies en ce moment se feront licencier ensuite ! (7 avril, Causeur14) ;
  • On protège la population… mais pas les plus vulnérables: 6500 morts en maison de retraite, au 16 avril15, que la solitude et la coupure avec leurs proches n’a manifestement pas aidé à guérir (L’Internaute).

Le virus, une belle couverture pour cacher ce qui ne va pas.

Je suis étonné par une telle incompétence et une telle malveillance.

D’ailleurs les Français ne s’y sont pas trompés, à pétitionner par centaines de milliers contre Edouard Philippe et Agnès Buzyn, pour mise en danger de la vie d’autrui.

Listons donc les avantages que le gouvernement français a retiré et retire encore du confinement :

  • Fin des protestations contre le régime des retraites… dont la réforme a été finalement suspendue ;
  • Un 1er tour des municipales maintenu alors qu’il a été un moment clé de la diffusion de la maladie ;
  • Suspension des libertés de se déplacer, de dépenser son argent, ou même de manifester. N’oublions pas que les interdictions de se réunir sont la règle en cas d’instauration de la loi martiale ou… de coup d’Etat ;
  • Masquage de la crise économique qui couve depuis au moins 3 ans, avec des banques exsangues à force de spéculations, sous perfusion de la planche à billets. L’action de la Deutsche Bank, gavée de dettes jusqu’à la gorge est aujourd’hui à moins de 6€ après avoir été à 52€ il y a dix ans, après la crise des subprimes. Si elle venait à tomber, toute l’Allemagne tomberait avec elle. Il en va de même pour les banques belges et françaises ;
  • Tentative anti-démocratique de vouloir mettre en place des « coronabonds» qui mutualiseraient les dettes européennes. Ceci constituerait une première étape pour l’établissement d’un budget européen, puis d’un ministère et enfin, la dissolution de la France dans une Union européenne politique. Un fait aussi bien reconnu par les polémistes16, que par les financiers les plus froids17. On appelle ça le moment Hamilton18, en référence au geste financier qui a préludé à la création des USA ;
  • Mise en place du « permis de se déplacer » sur smartphone, uniquement sur le site du gouvernement, qui ne manquera pas de conserver vos données IP19 ;
  • Mise en place probable d’une application de pistage, qui rentrera officiellement dans votre répertoire et saura à qui vous parlez et combien de temps20. Elle permettra de suivre vos déplacements à distance, de vous ficher. C’est ce qui se passe en Italie et en Chine. Peut-être même sera-t-elle reliée à l’enregistrement permanent de vos conversations qu’opèrent les constructeurs de téléphone à votre insu. De toute façon, l’exécutif n’a plus de contrepouvoir pour lui tenir tête, j’y reviendrai ;
  • Sans compter qu’à l’instar des autres constructeurs de téléphone, Apple accède à toutes les requêtes du gouvernement pour pénétrer votre vieprivée… comme nous l’a appris un média public, France 24, et ce dès 201321.

Appel à la désobéissance numérique !

Voilà pourquoi je vous en prie, ne faites pas vos attestations par téléphone, et n’installez jamais l’application du gouvernement.

Ceci n’a pas lieu qu’en France : les médias autorisés, de concert avec le pouvoir, ont partout alimenté une terreur bien supérieure à la gravité de la maladie. Ce qui a donné lieu à la plus grande entreprise de flicage que l’humanité ait jamais connue.

En France, la CNIL ne représente aucune défense, puisqu’elle est une agence gouvernementale non-élue. L’assemblée nationale est majoritairement du côté du gouvernement, et ses élus fantoches ne représentent aucun contre-pouvoir non plus.

Quant à « l’opposition », avez-vous envie de la voir disposer des mêmes outils totalitaires ?

Voulez-vous vivre comme en Chine ?

Rappelons brièvement que plus on en sait sur votre santé, plus cela augmente les risques d’élever le coût de votre mutuelle, car tôt ou tard, on donnera à ces organismes de plus en plus de détails sur votre consommation médicale.

Le secret médical est une boîte de Pandore qui a déjà été ouverte par ces organismes et le Big Data, depuis 201622

Plus on aura de données sur vous, plus on pourra vous désactiver socialement : si vous avez des idées « déviantes », on pourra révéler un adultère pour briser votre vie, révéler vos blagues grasses pour vous faire virer, vous enlever des aides, des allocations, et même votre retraite.

C’est le modèle chinois du « crédit social », qui note les individus23. Et cela ne tardera pas à arriver chez nous, pour nous contrôler électroniquement si on continue à se laisser faire.

Il suffit qu’on sache assez de choses sur vous pour ne plus se retenir de les utiliser contre vous.

Ce ne sont pas les robots, mais la nature humaine qui fonctionne ainsi.

Ne laissons jamais le gouvernement mettre le nez dans notre vie privée par des moyens électroniques.

Ne le laissons jamais nous fliquer officiellement par nos téléphones.

Sinon, nous sombrerons dans le totalitarisme.

Quant à ceux qui veulent à tout prix faire confiance au gouvernement, je voudrais demander pourquoi il surveille si étroitement la population depuis quelques temps :

  • Une augmentation drastique du nombre de caméras. 1200 à Paris24, soi-disant pour réguler la circulation… Il laisse aussi les concessionnaires des autoroutes en installer tous les deux kilomètres, ce qui est purement et simplement illégal sur une route25 ;
  • La reconnaissance faciale arrive, comme l’admet Cédric O, le ministre du numérique, qui affirme dans un long entretien qu’elle « va dans le sens de l’histoire » 26.

Depuis Machiavel, c’est-à-dire depuis près de 600 ans, nous savons qu’un citoyen est d’autant plus libre qu’il s’attend au pire de la part de ceux qui le dirigent.

On se demande pourquoi le philosophe florentin a si mauvaise réputation !

Portez-vous bien,

Dr. Thierry Schmitz



25/04/2020

A découvrir aussi