GRAAL -ARTHUR-EXCALIBUR - PAIX-LIBERTE-AMOUR DIVIN

Eugene Joe: Synonymous With Navajo Sand Art Painting

z navajo_sand_artis_-_alysa_landry.jpg

Alysa Landry
For 50-plus years Eugene Joe has created art to the  point that when people talk about Navajo sand art his name is in the  conversation.

Eugene Joe: Synonymous With Navajo Sand Art Painting

September 21, 2013

 

A stiff wind lifts Eugene Baatsoslaani Joe’s heavy ponytail as he gazes  across the vista that first inspired him more than half a century ago.

It’s not hard to find a quiet place to ponder among the sandy hills in the  northwest corner of New Mexico, but this mesa is his: a place Joe staked out for  himself as a child and a location he visits often as an adult.

The view near Shiprock, New Mexico, has changed over the years: power lines  chase the horizons, dirt roads cut across the landscape and a water tank sits  atop the mesa where Joe discovered his destiny.

“I sat here until I knew what I was supposed to do with my life,” he said. “I  sat here until the insects were crawling over me and I was one with the  earth.”

“Eugene started down his own road. Instead of being just another sand painter, he had some talent and went on to perfect it. It got extremely – beautifully – artistic.” (Alysa Landry)
“Eugene started  down his own road. Instead of being just another sand painter, he had some  talent and went on to perfect it. It got extremely – beautifully – artistic.”  (Alysa Landry)

Joe, whose name is synonymous with contemporary Navajo sand painting, decided  when he was very young that he would use art to capture that harmony with the  earth and with his Native traditions. He has spent nearly 50 years making a name  for himself as an American Indian fine artist.

At 63, Joe still returns to this mesa for inspiration and meditation.

“This is where philosophers, thinkers, men who want to be men, this is where  they are born,” he said. “I sit here on top of the mesa, not thinking, not  meditating, not wanting, but just seeking to blend in.”

Joe started his artistic journey as an apprentice to his father, James C.  Joe, who was a pioneer in Navajo sand art.

Traditionally part of sacred healing ceremonies inside Hogans, sand paintings  are performed by medicine men and are not intended to last more than a couple of  hours. Sand paintings are called “ikaah” in the Navajo language, or “a summoning  of the gods.”

Medicine men use sand on the floor of the Hogan to create designs and figures  in the five sacred colors: white, blue, yellow, black and red. A patient sits on  a completed painting and the medicine man touches the sand figures and the  patient to transfer the medicine.

The sickness then falls away and conditions of harmony are restored. The sand  painting is erased before sunset, and as the sand is disposed of, the last of  the sickness is carried away from the patient.

James Joe was among the first Navajo artists to transform sand painting into  a contemporary medium by using glue to fix the sand to boards. A medicine man,  or hatathli, James Joe also helped set the parameters for what was acceptable  when it came to turning a sacred healing art into a fine art.

James Joe faced resistance from tribal elders, said Ed Foutz, former owner of  Shiprock Trading Company. Foutz jumped at the opportunity to market fixed sand  paintings and was the first to buy and sell them.

“There was some feeling that it shouldn’t be done,” Foutz said of the early  paintings, which some elders viewed as disrespectful. “When (the artists) came  in, they brought them in covered, or quietly. They were bought in a separate  room – a safe – where other people didn’t see them. There was feeling that  things like that shouldn’t be put on boards.”

After trading with James Joe for several years, Foutz bought a painting from  Eugene Joe in 1967, when the artist was still a teenager. Although Foutz doesn’t  remember the specifics of that first painting, he does remember the artist.

“Eugene was fairly shy as a teenager,” Foutz said. “I remember him coming in  with his dad and he didn’t say much.”

In 1972, Joe enrolled in classes with a professional artist named Don Esley,  of Maine, who encouraged Joe to develop his own style. Training as a fine artist  helped Joe carve a niche that has sustained him through years of economic  instability and in the face of dozens of imitators.

Sand painting grew in popularity in the 1970s, Foutz said. While Joe was  cultivating his talent and planning for a future as a serious artist, hundreds  of other sand painters flooded the market.

“Back then, you bought sand paintings from one or two people, then all of a  sudden there were thousands of them,” Foutz said. “There were so many I used to  joke that they would use up all the sand and the community would cave in.”

Joe worked steadily to perfect his techniques, ignoring the artists who  mass-produced paintings and sold them to tourists.

“So many of the sand painters got a particular pattern or did different  figures and just reproduced them in different sizes,” Foutz said. “Eugene  started down his own road. Instead of being just another sand painter, he had  some talent and went on to perfect it. It got extremely – beautifully –  artistic.”

Another thing that sets Joe apart from other artists is his knowledge and  reverence for Navajo traditions in his paintings, said Mark Bahti, of Tucson,  Arizona. Bahti has spent his career showing and selling Indian art, and he  co-authored with Joe several books about Navajo sand painting.

Because his father was both an artist and a hatalthli, Joe learned the sacred  nature of sand painting and how to represent Navajo tradition in contemporary  art.

“Eugene was the one breaking the new ground when it came to sand painting.” (Alysa Landry)
“Eugene was the  one breaking the new ground when it came to sand painting.” (Alysa  Landry)

“Eugene was the one breaking the new ground when it came to sand painting,”  Bahti said. “Most craftspeople don’t understand what they are representing. They  use designs they see in books instead of relying on the traditional background.  Sand painting has become the fast food of Indian art. It is appeal without  description.”

Joe avoided that by recognizing that contemporary sand art should not include  exact reproductions of the sacred healing ceremony, but that it can still honor  the traditions and the elders, Bahti said.

“He is not reproducing ceremonial sand art on a canvas,” Bahti said. “He  leaves out key elements or sequences so it’s not an exact reproduction.”

An exact reproduction of the ceremonial painting would summon the gods, who  are required to answer prayers if they are offered correctly, down to the  smallest detail. A fixed sand painting risks offending or mocking the gods,  which can lead to harm.

Sand painting as a fine art requires small alterations, Bahti said. Examples  of this include substituting a prescribed color with another one, leaving out  one of the four sacred plants or changing the number of feathers on the heads of  the Holy People.

“Sand painting is generally regarded as risky,” Bahti said. “Eugene pushes  the limits. He took his training as a fine artist and moved it forward as a  technique instead of a craft.”

From an early age, Joe decided to make religious paintings, but he also  wanted to expand his portfolio by capturing portraits, landscapes, nature and  traditional lifestyles. He also does profiles of warriors, collages and glues  smaller sand paintings on top of larger ones for a three-dimensional effect.

Joe learned from his father the painstaking techniques – an education that  lasted six years before Joe started making his own paintings. That included  learning the process for grinding stones into sand and sifting the sand between  his fingers.

“The art form changes from artist to artist, but the traditional form is  passed down from master to apprentice,” Joe said. “That’s why my father was so  important to me.”

Joe treated his chosen medium the way any artist would, he said. His first  pieces were simple, but as the years went on, they became more complex and  incorporated more artistic elements.

“I’m always pushing the boundaries, trying to figure out what else I can put  on canvas,” Joe said. “Over the years I have added more details, more textures,  more colors than ever before. Now I am looking for techniques that other  painters can learn and use. The old masters used oil, pastels, sculpting,  weaving and pottery. Now sand painting is emerging as its own medium, so that  means I have to push it and see where I can make it go.”

That drive is something traders and collectors recognize in the paintings,  Foutz said.

“Eugene has a wonderful artistic ability and is always trying to become  better,” Foutz said. “He is always looking for different colors of rocks that he  can grind down, looking for techniques to add to what he is doing. He is never  satisfied.”

Nearly 50 years after he sold his first painting, Joe’s career shows no signs  of slowing down.

Interest in sand painting has dipped along with the economy, Foutz said, but  Joe continues to sell.

“From a standpoint of marketability, Eugene is right at the top,” Foutz said.  “Eugene today is one who can sell. He can take his work out and return  empty-handed. Sand painting may not ever reach the same level or be as accepted  as oil paintings or sculptures, but Eugene is one who can sell.”

Steve Mattoon, manager of Garland’s Navajo Rugs in Sedona, Arizona, is one of  Joe’s biggest buyers. Mattoon has bought and sold Joe’s work for the last 32  years and usually has about half a dozen in stock.

Mattoon sells to novice art buyers and to collectors alike.

“People respond to his imagery and his color and the quality of his work,”  Mattoon said.

“Eugene’s unique style and the amazing quality of his work has been  time-tested for 32 years.”

 

“Eugene has a wonderful artistic ability and is always trying to become better.” (Alysa Landry)
“Eugene has a  wonderful artistic ability and is always trying to become better.” (Alysa  Landry)
Read more at http://indiancountrytodaymedianetwork.com/2013/09/21/eugene-joe-synonymous-navajo-sand-art-painting-151361
Alysa Landry



Pour plus de 50 ans, Eugene Joe a créé art au point que lorsque les gens parlent Navajo art sand, son nom est dans la conversation.


Eugene Joe : Synonyme d'Art de sable Navajo peinture



Alysa Landry



21 Septembre 2013



Un vent raide soulève la queue de cheval lourd de Eugene Baatsoslaani Joe comme il regarde à travers la vista qui lui inspire tout d'abord il y a plus d'un demi-siècle.
Il n'est pas difficile de trouver un endroit tranquille pour méditer sur les collines de sable dans le coin nord-ouest du Nouveau-Mexique, mais cette mesa est le sien : un endroit Joe jalonné pour lui-même comme un enfant et un emplacement, il se rend souvent à l'âge adulte.
La vue près de Shiprock, Nouveau-Mexique, a changé au fil des ans : lignes électriques chassent les horizons, les chemins de terre traversent le paysage et un réservoir d'eau se trouve au sommet de la mesa, où Joe découvert son destin.
« Je me suis assis ici jusqu'à ce que je savais ce que j'étais censée pour faire de ma vie », dit-il. « Je me suis assis ici jusqu'à ce que les insectes ont été rampant sur moi et j'étais l'un avec la terre. »


« Eugene a commencé sa propre voie. Au lieu d'être juste un autre peintre de sable, il avait un talent et a continué à perfectionner. Il a obtenu très-magnifiquement – artistique. » (Alysa Landry)
« Eugene a commencé sa propre voie. Au lieu d'être juste un autre peintre de sable, il avait un talent et a continué à perfectionner. Il a obtenu très-magnifiquement – artistique. » (Alysa Landry)
Joe, dont le nom est synonyme de peinture contemporaine de sable Navajo, a décidé très jeune qu'il utiliserait l'art de capturer cette harmonie avec la terre et ses traditions autochtones. Il a passé près de 50 ans, faire un nom pour lui-même comme un artiste amérindien.
63, Joe retourne toujours à cette mesa pour l'inspiration et la méditation.
"C'est où les philosophes, les penseurs, les hommes qui veulent être des hommes, c'est où ils sont nés, » dit-il. « Je suis assis ici sur le dessus de la mesa, ne pas penser, ne pas méditer, ne voulant pas, mais juste qui cherchent à se fondre dans. »
Joe a commencé son parcours artistique en tant qu'apprenti de son père, James C. Joe, qui fut un pionnier dans la langue Navajo art sand.
Traditionnellement une partie des cérémonies de guérison sacrés à l'intérieur des Hogans, peintures de sable sont occupés par des hommes de la médecine et ne sont pas destinés à durer plus de quelques heures. Peintures de sable sont appelés « ikaah » dans la langue Navajo, ou « une invocation des dieux ».
Hommes-médecine utilisez le sable sur le plancher de la Hogan pour créer des dessins et figures dans les cinq couleurs sacrées : blanc, bleu, jaune, noir et rouge. Un patient est assis sur une peinture dûment remplie et le guérisseur touche les chiffres de sable et le patient pour transférer la médecine.
La maladie puis tombe, et les conditions de l'harmonie sont restaurées. La peinture de sable est effacée avant le coucher du soleil, et comme le sable est supprimé, la dernière de la maladie se faite loin du patient.
James Joe a été parmi les premiers artistes Navajo pour transformer un milieu contemporain peinture de sable à l'aide de colle pour fixer le sable aux conseils. Un homme-médecine, ou hatathli, James Joe a également aidé à définir les paramètres de ce qui était acceptable quand il s'agissait de transformer un art de guérison sacré en un art.
James Joe fait face à la résistance des anciens des tribus, a déclaré Ed Foutz, ancien propriétaire de Shiprock Trading Company. Foutz a sauté sur l'occasion sur le marché des peintures de sable fixes et fut le premier à acheter et à vendre.
Foutz « Il y avait un sentiment qu'on ne devrait pas le faire, » dit des premières peintures, dont certains anciens considérés comme irrespectueux. "Quand (les artistes) est venu, ils ont à couvert, ou tranquillement. Ils ont été achetés dans une pièce séparée – coffre-fort – où les autres personnes n'a pas les voir. Il y avait des sentiment que des choses comme ça ne devrait pas être mis sur les conseils d'administration. »
Après négociation avec James Joe depuis plusieurs années, Foutz a acheté une peinture de Eugene Joe en 1967, où l'artiste était encore un adolescent. Bien que Foutz ne se souvient pas des particularités de ce premier tableau, il souvient de l'artiste.
« Eugene était assez timide comme un adolescent », a déclaré Foutz. « Je me souviens de lui venir avec son père et il n'a pas dit beaucoup. »
En 1972, Joe inscrits dans les classes avec un artiste professionnel nommé Don Esley, du Maine, qui l'encourage à Joe pour développer son propre style. Formation comme une artiste fine ont aidé Joe se tailler une niche qui a subi lui grâce à des années d'instabilité économique et face à des dizaines d'imitateurs.
Peinture de sable a grandi en popularité dans les années 1970, a déclaré Foutz. Alors que Joe était cultiver son talent et planification d'un avenir comme un artiste sérieux, des centaines d'autres peintres sable inondé le marché.
« À l'époque, vous acheté peintures de sable d'une ou deux personnes, puis tout d'un coup il y avait des milliers d'entre eux, » a déclaré Foutz. « Il y avait donc beaucoup, j'ai l'habitude de plaisanter que qu'ils utiliseraient tous le sable et la Communauté s'effondrer ».
Joe a travaillé régulièrement pour parfaire ses techniques, ignorant les artistes qui produit en série de peintures et les ont vendaient aux touristes.

"Donc beaucoup des peintres sable a obtenu un modèle particulier ou fait différentes figures et seulement eux reproduisent dans différentes tailles,", a déclaré Foutz. « Eugene a commencé sa propre voie. Au lieu d'être juste un autre peintre de sable, il avait un talent et a continué à perfectionner. Il a obtenu très-magnifiquement – artistique. »

Une autre chose qui distingue des autres artistes Joe est sa connaissance et le respect des traditions Navajo dans ses tableaux, a déclaré Mark Bahti, de Tucson, en Arizona. Bahti a passé sa carrière montrant et vente art indien, et il a co-écrit avec Joe plusieurs ouvrages sur la peinture de sable Navajo.

Parce que son père était un artiste et un hatalthli, Joe appris le caractère sacré de la peinture de sable et de la représentation de tradition Navajo dans l'art contemporain.


« Eugene était celui l'innove quand il est venu à la peinture de sable. » (Alysa Landry)

« Eugene était celui l'innove quand il est venu à la peinture de sable. » (Alysa Landry)

« Eugene était celui l'innove quand il est venu à la peinture de sable », a déclaré Bahti. "La plupart des artisans ne comprennent pas ce qu'ils représentent. Ils utilisent des dessins qu'ils voient dans les livres au lieu de compter sur le fond traditionnel. Peinture de sable est devenu le Fast-Food de l'art indien. C'est un appel sans description. »

Joe qui est évitée en reconnaissant que l'art contemporain sable n'inclue pas les reproductions exactes de la cérémonie de guérison sacrée, mais qu'il peut encore honorer les traditions et les anciens, dit Bahti.

« Il n'est pas la reproduction cérémonial art de sable sur une toile, » a déclaré Bahti. « Il laisse les éléments clés ou séquences n'est pas une reproduction exacte. »

Une reproduction exacte de la peinture cérémonie serait invoquer les dieux, qui sont nécessaires pour répondre à la prière si ils sont offerts correctement, dans les moindres détails. Une peinture de sable fixe risque d'offenser ou de se moquer des dieux, ce qui peuvent conduire à endommager.

Peinture de sable comme un art nécessite des retouches, Bahti dit. Des exemples son remplacement par une couleur prescrite par un autre, en laissant de côté une des quatre plantes sacrées ou en modifiant le nombre de plumes sur la tête du peuple Saint.

« Peinture de sable est généralement considéré comme risqué, » a déclaré Bahti. « Eugène repousse les limites. Il a pris sa formation comme un grand artiste et déplacé vers l'avant comme une technique non pas une embarcation. »

Dès son jeune âge, Joe a décidé de faire des peintures religieuses, mais il veut aussi élargir son portefeuille en capturant des portraits, paysages, nature et modes de vie traditionnels. Aussi, il fait des profils de guerriers, collages et colle les petites peintures de sable sur le dessus de plus grands pour un effet tridimensionnel.

Joe a appris de son père les techniques minutieuses – une éducation qui a duré six ans avant que Joe a commencé à fabriquer ses propres tableaux. Cela inclus l'apprentissage du processus pour meules en sable et en tamisant le sable entre ses doigts.

« Les changements de forme d'art de l'artiste à l'artiste, mais la forme traditionnelle est transmis de maître à apprenti, », a dit Joe. « C'est pourquoi mon père était tellement important pour moi. »

Joe traité de son médium choisi la manière que serait de n'importe quel artiste, dit-il. Ses premières œuvres étaient simples, mais comme les années ont passé, ils sont devenus plus complexes et incorporés des éléments plus artistiques.

« Je suis toujours repousser les limites, essayer de comprendre ce que je peux mettre sur toile, », a dit Joe. "Au cours des années, j'ai ajouté plus de détails, des textures plus, plus de couleurs que jamais auparavant. Maintenant, je cherche des techniques que les autres peintres peuvent apprendre et à utiliser. Les vieux maîtres utilisé l'huile, pastel, sculpture, tissage et la poterie. Peinture de sable est émerger comme son propre milieu, afin que les moyens je dois pousser et voir où je peux le faire aller."

Que le lecteur est quelque chose de reconnaissent les marchands et collectionneurs dans les peintures, dit Foutz.

« Eugene a un merveilleux talent artistique et cherche toujours à devenir meilleur », a déclaré Foutz. "Il est toujours à la recherche de différentes couleurs de roches qui il peut moudre vers le bas, à la recherche de techniques d'ajouter à ce qu'elle fait. Il n'est jamais satisfait. »

Presque 50 ans après que, il a vendu sa première peinture, carrière de Joe ne montre aucun signe de ralentissement.

Intérêt pour la peinture de sable a plongé avec l'économie, dit de Foutz, mais Joe continue à vendre.

« Du point de vue de vendabilité, Eugène est au sommet, » Foutz dit. « Eugene aujourd'hui est celui qui peut vendre. Il peut sortir son travail et revenir bredouille. Peinture de sable peut ne jamais atteindre le même niveau ou être aussi acceptée comme peintures à l'huile ou des sculptures, mais Eugène est celui qui peut vendre. »

Steve Mattoon, gestionnaire de tapis navajos de Garland à Sedona, en Arizona, est l'un des plus grands acheteurs de Joe. Mattoon a acheté et travail de Joe vendu depuis 32 ans et habituellement a environ une demi-douzaine en stock.

Mattoon vend aux acheteurs d'art novice et aux collectionneurs.

« Les gens réagissent à son imagerie et sa couleur et la qualité de son travail, » a déclaré Mattoon.

« Style unique du Prince Eugène et l'incroyable qualité de son travail est éprouvée depuis 32 ans. »


22/09/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 173 autres membres